AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Come on, it’s not a date !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kiritani Ayumi» I ❤ Nishinaka
Avatar : Horikita Maki
Pseudo : Yuki
Date de naissance : 04/08/1990
Age : 26
That's what i do there : Présentatrice télé & Animatrice radio
What about love ? : Je suis une princesse à la recherche de son prince ♥ Ou d'une autre princesse ♥ Je suis l'amour avec un grand A d'une certaine déess mais personne ne le sait encore... Même pas nous ♥
How I feel : Merry christmas, faisons le sapiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin ♥


Messages : 1664

Mer 12 Aoû - 13:27
Voir le profil de l'utilisateur     

Come on, it’s not a date !

Kitahara Hiro & Kiritani Ayumi

« Merci de votre fidélité, et merci Kitahara-san de nous avoir accordé de votre temps pour nous parler de votre livre. N’oubliez pas de l’achetez. »

S’incliner face à l’invité, s’incliner face à la caméra, toujours le sourire aux lèvres.

« Bonne continuation Kitahara-san, et à demain chers téléspectateurs. »

Un clap se fit entendre ainsi qu’un "coupé", signe que l’enregistrement était terminé. L’émission ne serait diffusée que la semaine prochaine tout comme celles que j’avais présentées tout à l’heure.
Je remerciais l’équipe de tournage avant de me tourner vers Kitahara Hiro, l’invité de mon émission était tout à l’heure. Sauf, qu’entre temps il avait disparu… Non, non, non, et non, c’était impossible !

Ayant finit mes remerciements, qui étaient surtout là pour ne pas avoir de soucis au travail, je pus tranquillement partir à la recherche du jeune homme. D’un pas précipité, je pris la direction du couloir, attrapant le sac à main que mon manager me donnait. Lui par contre, je me fichais de savoir s’il m’appréciait ou non.

Je marchais dans le couloir d’un pas précipité jusqu’à voir le dos d’Hiro. Il marchait vite quand même, je devais presque courir pour le rattraper… A moins que ce soit le bruit de mes talons qui faisait ambiance film d’horreur, qu’il l’ait effrayé.

« Kitahara-san, attendez. »

Heureusement que je faisais du jogging tous les matins, j’aurais été vite essoufflée sinon. Une fois à la hauteur du jeune homme je lui souris tout en gardant une attitude professionnelle… C’était mieux qu’un sourire de bécasse tout moche et imparfait… Quoique, tout ce qui venait de moi était parfait quand même.

« Vous êtes rapide dis donc, je dis quand nous fûmes arrêtés. Je voulais vous remercier d’avoir participé à l’émission qui s’est très bien passée. »

Je m’inclinais avant de me relever, si je ne parlais pas maintenant, il risquait de filer avant que j’ai le temps de dire "tarte à la chantilly".

« Je me demandais si ça vous intéressez qu’on aille boire quelque chose tous les deux pour fêter ça ainsi que le succès de votre livre. »

Pour éviter qu’il ne fuie, je gardais sagement mon sourire séducteur de côté. Quelque chose me disait que ce genre de technique ne fonctionnerait pas sur lui et je voulais boire, au moins, un verre ou un café avec lui.

DEV NERD GIRL

Kitahara Hiro» I ❤ Nishinaka
Avatar : Lee Dong Hae (c) Naomi
Pseudo :
Date de naissance : 12/04/1989
Age : 27
That's what i do there : Ecrivain.
What about love ? : She's gone, but he is here ~
How I feel : Empty
Messages : 353

Mer 12 Aoû - 23:05
Voir le profil de l'utilisateur     


Comment ça, je fuis ?!
ft. Hiro & Ayumi


Fuir était une chose que je maitrisais bien. C'était presque devenu mon troisième métier, à force. Fuir les problèmes, les emmerdes, faire le mort et ne pas répondre au téléphone. Oui, je savais très bien faire.
Malheureusement, il y a des choses qu'on ne peut pas contourner. Et cette émission à laquelle j'avais été invité en faisait partie. Après le succès inexplicable de mon livre, plusieurs radios et télévision avaient contacté mon éditeur afin que j'en fasse la promotion. Oui, mon éditeur. Parce que moi j'avais cessé de répondre à leurs appels. En toute sincérité, je ne voyais pas l'utilité de promouvoir un bouquin comme le mien. C'est vrai que j'y avais mis une part de moi dans ce livre. Ainsi qu'une part de Kamehime Shoko qui m'avait aidé à écrire ce livre. Sous forme d'un roman j'y avais traité la perte injuste d'un être aimé. Parce que c'était le seul sujet sur lequel je m'étais senti capable d'écrire. Seulement, j'avais également sorti ce bouquin parce que c'était mon métier de couverture, avant toute chose. A vrai dire, je n'imaginais pas que quelqu'un le lirait en dehors de Shoko ou de mon frère. Et encore moins que toute cette mascarade suivrait....

Et si ce n'était que l'émission, le problème, j'aurais pu endurer ça et jouer le jeu, le temps que ça passe. Mais ce qui me posait le plus problème, c'est la présentatrice. Kiritani Ayumi. C'était le genre de femme que je détestais. Princesse pourrie gâtée et prétentieuse. Son numéro de Shinki parfaite avait le don de mettre mes nerfs à vif. Elle incarnait tout ce que souhaitait Terazawa dans son impeccable vitrine Nishinakesque. J'étais sans doute mal placé pour parler, et je ne valais pas mieux qu'elle, je le reconnais. Toujours est-il que j'avais quand même beaucoup de mal avec cette fille là. Les filles en général, mais Kiritani en particulier.
Néanmoins, il me fut impossible de refuser, et je dû prendre mon mal en patience. Enormément.

Si tôt l'émission terminée, j'avais filé. Je ne pensais plus qu'à atteindre le parking et ma voiture. Rentrer chez moi et m'affaler sur le lit pour pleurer mon temps perdu. Comme si j'avais quelque chose de plus intéressant à faire ....
Sauf que j'étais à peine arrivé à un détour de couloir qu'un terrible bruit de talons claquant le sol résonna derrière moi. Un long frisson remonta le long de mon échine, et un terrible pressentiment me poussa à accélérer le pas sans me retourner. J'espérais en toute sincérité que ce n'était pas elle. Et si ça l'était, qu'elle ne m'est pas reconnue. Malgré l'heure que nous venions de passer ensemble, à échanger des politesse et des réponses pré-écrites.
Mais il fallut affronter la triste réalité, surtout lorsque je l'entendis très clairement m'appeler. Cette réalité me donna une belle gifle, avec un sourire narquois sur la face. Elle me poursuivait, elle savait qui j'étais, et visiblement, elle n'en avait pas fini avec moi.

A mon grand désespoir, j'interrompis ma course et me tournait vers elle. J'inclinais légèrement ma tête, et lui offrit un mince sourire.

« Kiritani-san. » fis-je simplement quand elle arriva à ma hauteur, pour la saluer une nouvelle fois.

Nous n'étions plus devant les caméras, et j'avais laissé tombé mon faux sourire. Même si j'étais très réticent à cette émission, et surtout à l'interview de la jeune femme, j'avais fait en sorte de rester poli, voir le plus avenant que ma réserve me le permettait. Aussi, j'aurais très bien pu l'envoyer péter une fois que la télévision ne m'obligeait plus à donner une bonne image de moi. J'étais certes agacé qu'elle me retarde, mais je n'étais pas une brute sans manière non plus. Et puis sa démarche était plutôt justifiée et sympathique. Elle était "parfaite" jusqu'au bout. Je lui souris avec réserve, espérant qu'elle m'avait seulement rappelé pour me remercier.

« Content que cela vous convienne, merci à vous. »

Aller, maintenant, tout le monde rentre chez soi. Non ? .... non ? Allez, sérieux quoi ....
Visiblement, la jeune femme ne l'entendait pas de la même façon que moi. Et elle n'avait aucunement l'intention de me laisser filer.
Quant à sa proposition, elle me mortifia. Boire un verre avec elle ? J'étais encore obligé d'être gentil avec elle ou alors je pouvais lui suggérer sans detour d'aller voir ailleurs ?
Un brin embarrassé, je toussotais dans mon poing en cherchant mes mots.

« C'est à dire que ... je n'aimerais pas vous retarder et puis, je ne pense pas que ce livre mérite vraiment que l'on fête son succès. »

Je passais une main dans ma nuque, cherchant désespérément un autre moyen de fuir. On disait que j'avais beaucoup d'imagination ... J'aimerais bien le croire à cet instant !

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Kiritani Ayumi» I ❤ Nishinaka
Avatar : Horikita Maki
Pseudo : Yuki
Date de naissance : 04/08/1990
Age : 26
That's what i do there : Présentatrice télé & Animatrice radio
What about love ? : Je suis une princesse à la recherche de son prince ♥ Ou d'une autre princesse ♥ Je suis l'amour avec un grand A d'une certaine déess mais personne ne le sait encore... Même pas nous ♥
How I feel : Merry christmas, faisons le sapiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin ♥


Messages : 1664

Lun 17 Aoû - 18:58
Voir le profil de l'utilisateur     

Come on, it’s not a date !

Kitahara Hiro & Kiritani Ayumi

Être cordiale avec quelqu’un était vraiment agaçant, tellement ça me rappeler toutes ces longues soirées ennuyeuses entre riches. C’étaient des réunions où tout le monde était hypocrite à sourire, paraître gentil alors qu’on ne s’appréciait pas forcément.
Mais je ne dis rien et regardais simplement Hiro qui cherchait un moyen de fuir. Malheureusement pour lui, je ne comptais pas le lâcher de sitôt le petit écrivain. J’étais habituée à avoir tout ce que je voulais et à ne pas abandonner avant.

« Si je vous le propose, c’est parce que ça ne me dérange pas et que j’ai du temps à vous accorder. »

J’avais dit cela sans me défaire de mon sourire. Pourquoi est-ce qu’on ne pouvait pas acheter des heures avec quelqu’un sans que ce soit un host ou un escort ? Triste vie, tiens.
Par contre ce qui était amusant c’était les réactions du jeune homme qui semblait vraiment vouloir me fuir. C’était rare que ça arrive car j’essayais de faire bonne impression en public mais mon passé de fille choyée par ses parents devait être connu de certains. Je pouvais toujours faire croire que j’avais changé depuis, que j’étais douce, non capricieuse mais un shinki, riche surtout, avait rarement ces "qualités".

« Puis je pense que votre livre mérite justement que l’on fête son succès. J’ai trouvé l’histoire vraiment bien et quand je l’ai lu, j’ai eu l’impression de vivre la perte de cet être cher. »

En disant cela, j’étais partie dans mes pensées alors que toute trace de sourire avait disparu. Il est vrai que, même si je n’avais pas encore perdu un être aimé, je savais la douleur qu’on pouvait ressentir quand cela arrivait. Pendant des mois, j’avais épaulé Shoko, aujourd’hui encore alors qu’elle commençait à aller mieux.

Alors que je repensais aux mois où mon amie avait été à l’hôpital, je voyais Hiro à travers un voile. Puis, lorsque je me rendis compte que je m’étais perdue dans mes lointains souvenirs, je secouais la tête en clignant des yeux, comme pour reprendre mes esprits. Ce n’était pas le moment de penser à ça. Je devais convaincre ce jeune homme récalcitrant de venir boire un verre avec moi. Qu’est-ce que ça pouvait lui coûter à part du temps et de l’argent de passer un peu de temps avec moi ?

« Si vous ne voulez pas qu’on aille fêter le succès de votre livre on peut fêter le futur succès de l’émission qui sera diffusée la semaine prochaine, j’ai dit en souriant de nouveau. »

Le succès de l’émission était plus que certain vu le nombre de mes fans à Nishinaka mais également au Japon. Il fallait dire qu’avec un joli minois et beaucoup de perfection on arrive à beaucoup de chose dans ce milieu. De même, on devait essayer d’éviter les scandales au maximum sauf quand on avait une bonne agence comme la mienne… Mais il ne fallait pas croire, je n’étais pas la plus imbuvable. J’avais des collègues bien pires mais biens moins malignes que moi.

« Si jamais ça se passe mal, vous pouvez toujours partir… Mais si vous ne voulez vraiment pas ce n’est pas grave. Je comprendrais que vous ayez quelque chose de mieux à faire… »

Shoko, pardonne-moi d'utiliser ce qu'on a appris ensemble s’il te plait. Entends mon excuse muette.

« Comme apprendre la langue des signes, vous savez signer Kitahara-san ? »

En quatre ans, j’avais perfectionné mon apprentissage de cette langue pour communiquer plus facilement avec Shoko en extérieur. Mais ce sujet de la langue des signes arrivaient un peu comme un cheveu sur la soupe ou je me faisais des idées ?

DEV NERD GIRL

Kitahara Hiro» I ❤ Nishinaka
Avatar : Lee Dong Hae (c) Naomi
Pseudo :
Date de naissance : 12/04/1989
Age : 27
That's what i do there : Ecrivain.
What about love ? : She's gone, but he is here ~
How I feel : Empty
Messages : 353

Mar 18 Aoû - 21:49
Voir le profil de l'utilisateur     


Comment ça, je fuis ?!
ft. Hiro & Ayumi


Qu'elle accepte de me laisser filer aurait été trop beau. Ne pouvait-elle pas simplement renoncer et tourner les talons ? Si je m'étais montré poli, il me semblait le message était on ne peut plus clair. Tenait-elle tant que ça à me faire perdre mon temps ?
Sans jamais cesser de sourire, la jeune femme ne se laissa prendre à aucune excuse, ayant réponse à tout. Quoique je dise, rien n'y fit. J'arquais un sourcil quand elle me fit part de son ressentit à propos de mon livre. Je ne savais si je devais être plus surpris qu'elle l'ait vraiment lu ou bien qu'elle sache vraiment lire. Bon, je vous l'accorde, j'exagère un tantinet. Mais c'est que cette femme avait un réel don pour provoquer mon agacement. Rien que le son de sa voix à la radio me provoquer un désagréable frisson. Rien de ce qu'elle disait ne me paraissait sincère et vraie. Quelle impression avait-elle bien pu avoir ? Savait-elle vraiment ce que cela signifiait de perdre quelqu'un que l'on chérissait ? Que pouvait-elle bien comprendre, elle qui avait toujours tout eu sur un plateau d'argent ? Son regard transpirait le caprice et le plus grand drame de sa vie devait s'apparenter au jour où son paternel avait refusé de lui acheter un autre poney. Et je savais pertinemment que son désir de me voir rester n'était qu'une fantaisie de plus.

Je réprimais un soupir, à court d'idée. Ayumi n'avait aucunement l'intention de me laisser rentrer chez moi. Ses arguments étaient bien ficelés, même si son trop plein de confiance me fit grimacer interieurement. Sérieusement, y avait-il un brin de modestie dans ce petit bout de femme ? Sous le maquillage peut-être ? Ou derrière se sourire faussement avenant ?
Est-ce que j'étais trop rude avec elle ? Méritait-elle vraiment que je pense cela d'elle ? Oh, mais ce n'était pas spécialement personnel. Je pensais ça de la moitié des femmes Shinki à vrai dire ...
Je voulu la remercier pour les "compliments" et l'invitation, mais les mots me restèrent en travers de la gorge. Et plus elle essayait de me convaincre, moins j'arrivais à trouver une issue. Des gens nous passaient devant, se dirigeant certainement vers leur véhicule afin de regagner leur chez eux. Je voyais bien que le temps défilait. Et que j'étais toujours bloqué ici, dans ce couloir, avec cette arapède de présentatrice.

Et puis elle changea brusquement de sujet, juste après m'avoir laissé un infime espoir qu'elle rennonçat. J'écarquillais les yeux alors que ses derniers roulaient vers ses mains. Signer ? Pourquoi parlait-elle de ça, tout d'un coup ? Mais cela eut le mérite d'attirer mon attention - une minute de plus et mon cerveau déconnectait totalement - et m'intrigua assez pour que je lui adresse un regard interrogateur. Cela me captiva d'avantage que, si je ne savais pas parler couramment la langue des signes, j'avais pu en apprendre quelques brides aux cotés de Shoko pendant ces jours où nous avions collaborés. Ecrire sur son carnet aurait été suffisant pour répondre à mes questions, mais je m'étais senti suffisament investit pour faire un pas vers elle et accepter d'apprendre quelques signes. Malheureusement, mon savoir restait très rudimentaire. Bonjour. Merci. Au revoir. Vous êtes gentille. Oui, j'avais eu souvent l'occasion de lui dire. Chose que je me voyais mal à répondre à mon interlocutrice actuelle. D'ailleurs, c'était étonnant qu'une femme aussi centrée sur elle-même ai connaissance de ce langage. Etait-ce cela aussi, une lubie ? Ou peut-être l'avais-je mal jugée, en fin de compte. Enfin, en partie ...

« Vous ne me laisserez pas partir, n'est-ce pas ? »

Un soupir s'échappa cette fois de mes lèvres, accompagné d'un air las. Non loin de moi l'envie de satisfaire son caprice, j'avais néanmoins envie de quitter cet endroit et visiblement, plus vite je céderais, plus vite je pourrais retrouver mon lit. Puisque semblait-il, résister ne ferait qu'accroitre ce temps loin de lui. Je passais une main derrière ma nuque, résolu. J'avais abandonné toute tentative de dissimuler mon entrain.

« Très bien, je veux bien vous accorder une heure. »

Une heure ? C'est tout ? Quel radin. Mais c'était bien assez pour une sortie que je n'avais absolument aucune envie de faire. Et puis qui sait ? Peut-être que je serais surpris. Un peu .... L'espoir fait vivre ! Autant se dire que ce n'était qu'un mauvais moment à passer. Et peut-être qu'Ayumi finirait d'elle même par se lasser de ma tête d'Iceberg.

Je m'engageais donc en direction de la sortie, vers ma précieuse voiture qui devait languir mon arrivée, après avoir fait signe à la jeune femme de me suivre. Ah, je m'en voulais d'avoir cédé si vite. Quel homme, je faisais...
Gentleman, malgré mon avis sur elle, je lui ouvris la porte et la laissai entrer dans le véhicule, avant de moi-même prendre la place du conducteur. J'allumais le contact et après lui avoir demandé la destination qu'elle souhaitait, nous gagnâmes la route.

« Et donc... Vous savez signer, Kiritani-san ? » ne pus-je m'empêcher de relever, sans détacher mes yeux de la route.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Kiritani Ayumi» I ❤ Nishinaka
Avatar : Horikita Maki
Pseudo : Yuki
Date de naissance : 04/08/1990
Age : 26
That's what i do there : Présentatrice télé & Animatrice radio
What about love ? : Je suis une princesse à la recherche de son prince ♥ Ou d'une autre princesse ♥ Je suis l'amour avec un grand A d'une certaine déess mais personne ne le sait encore... Même pas nous ♥
How I feel : Merry christmas, faisons le sapiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin ♥


Messages : 1664

Lun 24 Aoû - 16:06
Voir le profil de l'utilisateur     

Come on, it’s not a date !

Kitahara Hiro & Kiritani Ayumi

La mention du langage des signes avait l’air d’avoir captivé Hiro comme s’il s’y intéressait… C’était étrange mais peut-être avait-il eut l’occasion de rencontrer une personne utilisant ce langage et que ça l’avait fasciné.

Je retins cependant le sourire amusé qui avait failli fleurir sur mes lèvres, par la suite. Cependant, je secouais négativement la tête pour lui répondre que, non, je ne lâcherais pas, même si ça lui ferait surement plaisir. J’avais du temps à perdre et une heure c’était déjà ça de gagner. Aussi, je ne retins pas le sourire satisfait qui se dessina sur mes lèvres alors que je suivais le jeune homme qui avait le dos tourné. Bien entendu, il disparut lorsqu’il se retourna, m’évitant ainsi de paraître plus détestable. Je remerciais même Hiro de me tenir la portière, si ce n’était pas beau tout ça.

Pour la destination, je choisis un bar dans Mazerumachi. Au moins ce n’était ni trop chic ni trop bruyant ce qui allait nous permettre de discuter sans être accommodés par le luxe ou le bruit. Un bon entre-deux.

« Je sais signer depuis environ quatre ans maintenant. Il y a eut certaines circonstances qui ont fait qu’une personne de mon entourage ne pouvait plus parler et c’était plus simple de communiquer ainsi que par écrit. Plus rapide aussi. »

C’était aussi le seul moyen que j’avais trouvé à l’époque pour montrer à Shoko qu’elle n’était pas seule, que je la soutenais et que je la comprenais avec ou sans paroles. Bien évidemment, l’apprentissage avait été long mais maintenant on pouvait discuter facilement rien qu’en signant. Et, même si mon amie reparlait maintenant, elle préférait signer en extérieur et je respectais cela. Tellement, que j’avais continué l’apprentissage pour qu’elle n’ait pas à se forcer… Même si j’aimerais qu’elle réussisse à s’ouvrir aux autres.
Mais c’était quelque chose de personnel dont je ne parlais peu. En fait, tout ce qui touchait à mes proches étaient presque toujours passé sous silence parce que ça pourrait leur causer du tord et je voulais éviter. J’étais d’accord pour être médiatisée mais il était hors de question qu’il le soit aussi alors qu’ils ne le voulaient pas. Rihito c’était une autre histoire car il était connu lui aussi et, de ce fait, exposé au média.

« Vous voulez apprendre à signer Kitahara-san ? Je sais dire quelques noms et prénoms grâce à leur signification. Il y a des signes que vous voulez apprendre ? »

Si le cœur lui en dit, j’étais complètement d’accord pour lui apprendre à signer une partie de la langue des signes. Ce n’était pas en une heure de temps qu’il pourrait tout voir alors apprendre… Cette langue était quand même très diversifiée.

Cependant, le jeune homme n’eut pas le temps de répondre car je vis une place à deux pas d’un bar que j’appréciais. C’était grâce à la circulation car on était arrivé tôt dans une rue qui, généralement, était toujours bondée et où il y avait peu de place pour se garer.

« Il y a une place ici. »

Je n’avais pas dit ça à la dernière minute mais au moment où la place avait été visible. Cela permit à Hiro de se garer et avant d’ouvrir la portière je regardais l’heure sur mon portable. On avait, maintenant, une heure pour parler.

Une fois sortie du véhicule, je guidais Hiro jusqu’au bar et choisis une place ni trop intime, ni trop visible… Même si, être vu ensemble pouvait faire une belle publicité pour l’émission de la semaine prochaine.

J’attendis que les commandes soient prises et que mon cocktail légèrement alcoolisé arrive pour relancer ma question.

« Vous voulez apprendre des signes Kitahara-san ? »

Bien sûr, la question avait été posée alors que je la signais en même temps. Je lui autorisais même à vérifier sur internet, le lieu où l’on trouve tout et son contraire.

DEV NERD GIRL

Kitahara Hiro» I ❤ Nishinaka
Avatar : Lee Dong Hae (c) Naomi
Pseudo :
Date de naissance : 12/04/1989
Age : 27
That's what i do there : Ecrivain.
What about love ? : She's gone, but he is here ~
How I feel : Empty
Messages : 353

Lun 31 Aoû - 1:47
Voir le profil de l'utilisateur     


Comment ça, je fuis ?!
ft. Hiro & Ayumi


Les mains sur le volant, les yeux fixés sur la route, je tentais tant bien que mal de chasser mon agacement et oublier le temps que je perdais à céder aux caprices de cette princesse. Si je regrettais parfois mon image d'homme froid et distant, ce soir, je regrettais seulement de ne pas l'être plus. Ou du moins, suffisamment convainquant pour que la présentatrice me lâche. Malheureusement, nous nous dirigeâmes selon son bon vouloir vers le bar qu'elle avait choisi.
J'avais même fait l'effort d'entamer la conversation, dans l'espoir de me détendre un peu. Même si le son de sa voix m'avait toujours crispé. C'était à se demander comment j'avais réussi à tenir une heure d'émission en sa compagnie ...

Ayumi me parla d'une amie qui s'était retrouvée dans l'incapacité de parler. J'arquais un sourcil, et par réflexe, tournai la tête vers elle. Elle était sérieuse. Et moi, j'étais parfaitement confus parce que je ne venais d'entendre. Se pouvait-il qu'elle et moi connaissions la même personne ? Nishinaka avait une population assez grande pour contenir au moins deux muets, mais les dates correspondait assez à mes informations. Néanmoins, je me reconcentrai sur la route, histoire d'au moins atteindre le bar en vie.

« C'est très noble de votre part, Kiritani-san. »

C'était à peine cynique, je vous jure. Et je pensais vraiment qu'il s'agissait d'un très noble geste pour une personne aussi égocentrique que cette jeune femme. Après tout, cela demandait une capacité d'empathie que je ne soupçonnais pas chez elle. Est-ce qu'encore une fois j'avais une tendance à trop la diaboliser ? Peut-être devrais-je me montrer plus doux avec elle. Mais il fallait dire que ce n'était pas en me forçant à passer la soirée avec elle qu'elle allait s'attirer mes faveurs. Elle marquait certes des points, mais partait de tellement bas que l'acension paraissait bien ridicul.

Quelques instants plus tard, je me garais non loin de l'établissement, là encore sous le bon commandement de la Shinki. Un bar. Sur le moment, je n'avais pas vraiment fait attention mais ce n'était pas la meilleure idée qu'elle ait eut. Sérieusement, j'aurais l'air de quoi moi, si je me retrouvais totalement torché devant elle en à peine un verre ? Ce soir, je bannissais l'alcool. Avec un peu de chance, je passerais seulement pour un type extrêmement raisonnable et ma fierté n'en prendrait pas un trop gros coup.
Une fois installés, forcé de constater qu'Ayumi faisait beaucoup pour que je me sente à l'aise. C'était bien difficile. Mais j'appréciais l'effort.
Un serveur ne tarda pas à prendre nos commandes et avec le ton le moins naturel au monde, je commandai un cocktail sans alcool. Ouai, bon. Moins un l'image du mec cool. Mais sincèrement, je ne tenais pas à finir le caleçon sur la tête comme mon frère le disait si bien.

Mon attention se recentra donc vers celle qui m'avait volé mon tête à tête avec mon lit. Je reconnaissais que signer m'interessais. C'était toujours interessant d'apprendre de nouvelles choses. J'étais curieux de nature, et j'aimais apprendre. Surtout quand certaines choses me touchaient. En l'occurrence, si cela me permettait de me rapprocher de Shoko, j'étais tout ouïe. Elle avait tellement fait que j'étais prêt à faire l'effort.

« Eh bien, j'avoue, je suis intrigué, mademoiselle Kiritani. Vous semblez savoir de quoi vous parlez. Que pourriez vous m'apprendre alors ? »

Les bases, déjà. Il y avait toujours des bases dans une langue non ? Je me montrais plus attentif que jamais. Et malgré moi, j'oubliais bien vite que la personne en face de moi était Kiritani Ayumi. Je décidais de la considérer comme mon professeur, et jouais le rôle de l'élève studieux.

« Vous avez dit connaitre des prénoms... Vous sauriez dire le mien ? »

Ca y'est, j'étais lancé. On ne m'arrêtait plus. Tant mieux, autant que cette soirée passe vite sans que je ne meure d'ennui.
Au bout d'un moment, je me décidais enfin à poser une autre question.

« Kamehime Shoko, ça vous parle ? »

Autant mettre les deux pieds dans le plat, non ?

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Kiritani Ayumi» I ❤ Nishinaka
Avatar : Horikita Maki
Pseudo : Yuki
Date de naissance : 04/08/1990
Age : 26
That's what i do there : Présentatrice télé & Animatrice radio
What about love ? : Je suis une princesse à la recherche de son prince ♥ Ou d'une autre princesse ♥ Je suis l'amour avec un grand A d'une certaine déess mais personne ne le sait encore... Même pas nous ♥
How I feel : Merry christmas, faisons le sapiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin ♥


Messages : 1664

Lun 7 Sep - 0:04
Voir le profil de l'utilisateur     

Come on, it’s not a date !

Kitahara Hiro & Kiritani Ayumi

Hiro semblait très intéressé par la langue des signes. Aussi je lui appris à dire bonjour, à prendre des nouvelles de quelqu’un, à dire si ça allait ou non, quand on avait faim, soif, merci. Pas forcément le genre de rendez-vous que j’avais en tête mais il valait, peut-être, mieux ça pour éviter que ça ne tourne mal.
Je répondis à ses questions en signant son nom et prénom, après m’être lui avoir demandé leur signification, bien entendu. Je n’avais pas un dictionnaire dans la tête, seulement un portable dans la poche.

Puis, vint la question qui me fit me comporter d’une façon tout sauf classe. En effet, alors que je buvais un peu de cocktail pour me réhydrater, Kitahara me demanda si je connaissais Kamehime Shoko. Ce que j’avais dans la bouche repartit dans le verre alors que je regardais Hiro avec de grands yeux ronds. Je me demandais ce que je devais dire sans mentir, je n’aimais pas le mensonge.

« Ça me parle oui, j’avais dis en reposant mon verre et avant de commander ma même chose au serveur qui passait. »

Il ne m’avait pas demandé plus de détail que ça alors autant passer et reprendre… Qui j’essayais de convaincre ? Je savais que les autres questions n’allaient pas tarder et qu’Hiro n’allait pas s’arrêter tout de suite mais je préférais ne pas parler de ces choses là avec des inconnus.

« Mais c’est tout ce que je vous dirais concernant Shoko, la vie privée doit le rester comme on dit et je mets un point d’honneur à ce qu’elle le reste. »

Pour le coup, je devais paraître beaucoup moins sympathique mais c’était pour qu’Hiro comprenne que j’étais très sérieuse quand je disais ça. Mais, en même temps, je l’étais donc pas de raison pour ne pas le montrer.
Il fallait aussi comprendre que, pour moi, parler de Shoko, c’est évoquer un bout que ma vie que je ne voulais pas révéler à tout le monde. Elle était trop précieuse et si je savais qu’elle souffrait à cause de moi, je ne me le pardonnerai pas. Quitte à paraître horrible auprès des autres, je ne prendrais pas de risque de ce point de vu là.

« Donc je ne vous dirais pas si on s’entend bien ou si, au contraire, on s’entend mal. Si vous voulez le savoir, vous pouvez demander à Shoko. »

Je savais la réputation que j’avais auprès de certains mais je préférais confirmer leurs soupçons plutôt que faire du mal à une personne à laquelle je tiens. Je savais qu’en cas de soucis je pouvais les appeler elles répondraient présentes. D’où le fait que, même si peu de personnes me connaissaient réellement, je savais que je pouvais compter sur elles.

« Mais si vous voulez me parler de Shoko vous pouvez, je ne vous en empêche pas. D’ailleurs je suppose que c’est elle qui vous a conseillé pour le livre, non ? Après si vous voulez garder vous sources secrètes vous pouvez. Je sais qu’à part mon frère adoptif Rihito, je parle rarement de mon entourage proche. »

Au moins c’était clair, non ? Enfin pas assez apparemment pour moi car je finis par reprendre.

« Je sais quelle réputation je peux avoir mais on dit souvent que les apparences sont trompeuses. Dans mon cas c’est à moitié vrai, je peux être aussi vipère que peluche on va dire tout dépends des personnes. »

Après ces dires mon sourire revint sur mon visage et je penchais la tête un peu interrogative.

« Vous voulez reprendre l’apprentissage de la langue des signes ou vous préférez parler Kitahara-san ? »

Je bus quelques gorgées de ma nouvelle boisson tout en arquant un sourcil en attendant sa réponse.

DEV NERD GIRL

Kitahara Hiro» I ❤ Nishinaka
Avatar : Lee Dong Hae (c) Naomi
Pseudo :
Date de naissance : 12/04/1989
Age : 27
That's what i do there : Ecrivain.
What about love ? : She's gone, but he is here ~
How I feel : Empty
Messages : 353

Mer 9 Sep - 16:32
Voir le profil de l'utilisateur     


Comment ça, je fuis ?!
ft. Hiro & Ayumi


Je m'étais laissé prendre au jeu plus vite que je ne l'aurais cru. Bien sûr, je n'aimais toujours pas cette femme et ses méthodes pour satisfaire ses caprices. Je savais qu'au fond m'apprendre la langue des signes n'était qu'un moyen de me tenir le crachoir et captiver mon attention pour me faire rester. Mais forcé de constater qu'Ayumi n'était pas une si mauvaise pédagogue, je refaisais docilement chaque geste qu'elle me montrait, apprenant studieusement leur signification. La langue des signes m'avait toujours intriguée, et encore plus depuis que j'avais rencontré Shoko. J'étais quelqu'un de curieux, du genre à tout essayer, à tout vouloir découvrir. Malheureusement, apprendre la langue des signes était une tâche fastidieuse et je n'avais jamais eu le temps de m'y plonger plus que ça. Pour discuter avec l'artiste, nous nous étions contentés de son carnet et des quelques mots qu'elle m'avait appris.
C'est pourquoi, malgré elle, la présentatrice avait réussit à retenir toute mon attention. Il me sembla même sourire de temps en temps lorsque je me souvenais par moi-même des signes qu'elle m'avait appris plus tôt. Sans que je ne m'en rende compte, je m'étais finalement détendu.

La conversation allait de bon train. Ma curiosité avait pris le pas sur mon antipathie à l'égard de la jeune femme, si bien que je finis par l'interroger à propos de Shoko. Sa réaction fut immédiate est inatendu. J'arquais un sourcil, surpris, suivant sa main qui reposait son verre contenant ce qu'elle avait recraché. Au fond, c'était amusant de voir que princesse, prise au dépourvue, en avait perdu ses moyens. Enfin, au moins, elle avait eut la délicatesse de tout rejeter dans le contenant initial et pas sur ma figure. Mais pas de doute, Ayumi connaissait Shoko. D'ailleurs la jeune femme ne chercha pas à le nier mais refusa étrangement d'en dire plus. Enfin, elle en dit beaucoup sans rien dire à la fois.
Je restais silencieux, à l'écouter, me questionnant sur sa réaction. Cherchait-elle à protéger Shoko de mon éventuelle malveillance ? Ou à se protéger elle-même parce qu'elle n'entretenait pas une bonne relation avec elle ? Dans les deux cas, Ayumi semblait bien la connaitre, assez pour faire le lien avec mon livre ce qui ne manqua pas, là encore, de me surprendre.
Son attitude aussi avait changé. Elle avait laissé tombé ses sourires faussement avenants pour un ton sérieux, voir carrément sur la défensif. Et ce dernier point me conforta à penser qu'elle cherchait en fait à protéger la muette. Etait-ce possible ? Une femme aussi égocentrique ? Remarquez, Ayumi ne cessait de me surprendre depuis qu'elle m'avait interpellé dans le couloir, alors je finissais par me convaincre que c'était bel et bien possible.

Je pris une gorgée de mon verre et après avoir marqué une légère pause, me redressais sur la table et lui offrit un sourire en coin. Non sans une légère ironie.

« Quelle perspicacité ! Décidément, vous êtes une femme pleine de surprise, Kiritani-san. »

Je me retins même d'applaudir. Non seulement elle savait lire, mais en plus elle était suffisamment intelligente pour lire entre les lignes. Ou bien, Shoko elle-même lui avait dit. Ou encore, cette histoire de disparition tragique lui avait seulement remémoré les évènements survenus dans le passé à Nishinaka, impliquant la fameuse Shoko. Mais peu importe. Même si rien n'était sûr, j'avais envie de croire qu'elle et moi partagions, au moins sur ce point là, la même vision.

« En effet, je suis allé la trouver pour mon livre, et ce n'est pas un secret. Elle et moi partageons ... quelques points communs, c'est pourquoi je me suis permis de faire quelques recherches et de lui demander son aide. Kamehime-san a accepté avec gentilesse. »

Au moins, si elle doutait de mes intentions envers elle, peut-être se détendrait-elle un peu. Et puis, si elle était vraiment une proche de Shoko comme elle le sous-entendait, elle n'aurait qu'à lui demander.
Sa dernière réplique faillit me faire, moi aussi, recracher le contenu de mon verre, et je déglutis avec difficulté. Voilà qu'elle parlait d'apparences trompeuses ! Laissez moi rire. Sérieusement, elle se sentait obligée de préciser qu'elle pouvait être insupportable ? Depuis que j'étais dans cette ville, j'avais eu l'occasion de le remarquer merci. Une peluche, elle ? Crois-moi, Kiritani, t'es pas le genre de peluche que je mettrais dans mon lit. Cette image extremement dérangeante chassée de mon esprit, je repris contenance. Un nouveau sourire me fit découvrir mes dents, mais plus crispé cette fois-ci. Accompagné d'un léger soubresaut amusé.

« Je ne pensais pas vous toucher autant en vous parlant d'elle. Ne vous inquiétez pas, vous n'avez pas à vous justifier. Votre vie privée ne m'interesse pas. »

A vrai dire, rien chez elle ne m'interessait. Enfin, jusqu'à ce soir. J'aurais préféré partir et ne jamais avoir à parler avec elle. J'aurais préféré qu'en effet, rien m'interesse, qu'elle ne me parle pas de langue des signes, et encore moins qu'elle évoque son frère adoptif. J'avais à nouveau tiqué. Et encore une fois, ma curiosité était piquée au vif. Ma fierté en prenait un coup. Etait-il préférable d'avoir raison et de continuer à détester cette femme ? Ou d'admettre qu'elle n'était peut-être pas si antipathique que je ne le pensais ? C'était frustrant. Mais puisque nous y étions, autant mettre les pieds dans le plat jusqu'au bout.

« Faisons une pause. » déclarais-je pour répondre à sa question. « Votre vie privée ne m'interesse effectivement pas, mais vous avez dit avoir un frère adoptif ? Pourquoi accepter de parler de lui, plus que les autres ? »

En fait, ce qui était le plus frustrant, c'était que j'avais l'impression qu'elle savait exactement où mettre le doigt pour susciter mon attention. Que finalement, je n'avais plus autant envie de la planter sur place qu'au début. Et ce, de moi-même. Et ça, ça m'agaçait. Ce qui était stupide. J'aurais du me réjouir de ne pas passer une si mauvaise soirée, non ? Mais que voulez-vous ? Quand on est aussi con et borné que moi ....

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Kiritani Ayumi» I ❤ Nishinaka
Avatar : Horikita Maki
Pseudo : Yuki
Date de naissance : 04/08/1990
Age : 26
That's what i do there : Présentatrice télé & Animatrice radio
What about love ? : Je suis une princesse à la recherche de son prince ♥ Ou d'une autre princesse ♥ Je suis l'amour avec un grand A d'une certaine déess mais personne ne le sait encore... Même pas nous ♥
How I feel : Merry christmas, faisons le sapiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin ♥


Messages : 1664

Dim 13 Sep - 10:12
Voir le profil de l'utilisateur     

Come on, it’s not a date !

Kitahara Hiro & Kiritani Ayumi

C’était drôle de voir que tout le monde avait des idées reçu à propos des princesses. Je n’avais pas ce rang, je le savais bien, mais j’avais l’attitude un peu comme les filles Olsen… En ce moment ils repassaient la petite maison dans la prairie vers minuit. Je regardais parce que je rentrais à cette heure et c’était la seule chose que j’arrivais à suivre avec un bon petit plat maison.
Enfin, pour en revenir à moi, je savais très bien que mon caractère n’était pas facile pour tout le monde mais qu’est-ce que j’y pouvais si les stéréotypes étaient plus forts que tout ? Oui, je savais lire -comment je lirais mes scripts ou mes contrats sinon ?-, oui, je pouvais ressentir de la compassion ou encore pleurer quand ça n’allait pas. Je me retins donc poliment de faire ce genre de remarque pour éviter que le monde d’Hiro s’effondre.

J’eus, ensuite, une envie de rire que je retins de justesse. Lui ? Avoir des points communs avec Shoko ? Peut-être qu’il avait une histoire similaire à la sienne sans, pour autant, être pareil. Mais, dans ce cas, pourquoi avoir été la trouver ? Niveau caractère, Shoko était beaucoup plus ouverte et adorable que cet Hiro… Pourquoi j’avais été le voir ? J’aurais vraiment du faire comme si de rien et rentrer une fois l’émission finie. Je me mettrais des baffes parfois.
Cependant, c’était assez marrant parce que maintenant le jeune homme essayait de comprendre, d’en apprendre plus sur moi pour voir s’il s’était trompé ou non sur ma personne. Il voulait voir si j’étais aussi antipathique qu’il pensait… D’ailleurs, je faisais très attention à mon image alors pourquoi pensait-il cela ? Bah, je réfléchirais à cela plus tard, quand j’aurais le temps.

« Oui, j’ai bien parlé de mon frère adoptif. »

Cette pause commençait bien, elle ressemblait à un interrogatoire de police ou une interview. S’il voulait écrire un livre sur moi et montrer que je pouvais être gentille mais, aussi, le vendre en l’appelant « Kiritani Ayumi ou la désillusion totale » il pouvait jeter son idée au loin. Aucuns  de mes fans ne l’achèterait, ayant de moi l’image d’une animatrice aussi douce que calme.

« Si j’accepte de parler de lui, c’est uniquement parce qu’il est comédien et joue, principalement et souvent, dans des comédies musicales et qu’il est aussi connu. Je pense que Kiritani Rihito vous parle, non ? »

J’avais sortis mon téléphone pour montrer une photo de Ri’ et moi alors que nous étions sortis faire les magasins. Nous étions assis à la terrasse d’un café lorsque j’ai décidé de prendre le selfie qui était belle, bien cadré et lumineuse. Comme ça, il saura à quoi ressemble mon petit frère.

« Vu qu’il est connu, ça ne me dérange pas de parler de lui car il a fait le choix d’être célèbre. Ceux qui suivent Ri ou moi, savent que, même si on n’a pas le même sang qui coule dans nos veine, qu’on n’a aucun lien biologique en commun, on est très proche. Depuis qu’il est entré dans ma famille, qu’il est mon frère, je fais tout mon possible pour le protéger comme une grande sœur doit le faire, j’ai dit en regardant un point sans le voir car j’étais plongée dans mes pensées. »

Pendant tout mon récit, un doux sourire ornait mes lèvres quand je me souvenais de tous les moments qu’on avait passé depuis qu’il était entré dans ma famille. Mon frère comptait beaucoup pour moi, je tenais énormément à lui alors ce genre de réaction se produisait généralement quand je parlais de lui.

Puis, après m’être rendue compte que je m’étais évadée dans mes pensées, je redescendis sur terre avant de reposer mon regard sur Hiro. J’avais certaines questions à lui poser. Enfin deux pour le moment.

« Pourquoi ça vous intéresse ? Vous voulez écrire un livre sur la face cachée des gens pour montrer que les apparences sont trompeuses tout en prouvant que les préjugés son néfastes ? »

C’était une bonne idée de livre, non ? Peut-être que je devrais penser à me reconvertir dans l’écriture et devenir écrivaine… Non en fait, je voulais être sous les feux des projecteurs, je réfléchirais à cette solution pour quand j’aurais moins de popularité.

Ou alors devenir enquêtrice car je savais bien lire entre les lignes quand même, non ? Mais si, il suffisait d’écouter ma prochaine question.

« Ou alors un livre sur les relations entre les liens fraternels qui résultent d’adoption. Vous avez un frère ou une sœur adoptif Kitahara-san, je me trompe ? J’ai demandé en arquant un sourcil. »

Il ne semblait pas vouloir partir maintenant alors autant voir à combien de question assez personnelle il répondra. Enfin, personnelle sans être indiscrète, je n’étais, quand même, pas une fouineuse.

DEV NERD GIRL

Kitahara Hiro» I ❤ Nishinaka
Avatar : Lee Dong Hae (c) Naomi
Pseudo :
Date de naissance : 12/04/1989
Age : 27
That's what i do there : Ecrivain.
What about love ? : She's gone, but he is here ~
How I feel : Empty
Messages : 353

Lun 21 Sep - 15:45
Voir le profil de l'utilisateur     


Comment ça, je fuis ?!
ft. Hiro & Ayumi


Kiritani Rihito ... Le menton posé contre mon poing, je réfléchis quelques instants, assemblant les morceaux que la présentratrice me donnait. Effectivement, maintenant qu'elle y collait son nom derrière, ce Rihito me disait quelque chose. Il était même possible que je sois allé voir une de ses représentations par le passé. Je me rendis compte avec une certaine consternation que cette femme m'horripilait tellement qu'aucune information à son sujet n'était rentré dans mon cerveau. Pas ce fait de notoriété publique. Ah ! Quelle déception pour quelqu'un qui était censé être les yeux et les oreilles de cette ville.
Je hochais alors vaguement la tête alors qu'Ayumi se perdait elle-même dans ses souvenirs. Je ne pouvais m'empêcher de comprendre ce qu'elle ressentait. Aussi détestable pouvait-elle l'être, elle semblait réellement appréciée ce frère qui n'était pas lié à elle par le sang. Quelque part, je me sentis proche d'elle. Aizen aussi représentait tout pour moi. Il était celui qui m'avait donné une âme pour remplir la coquille vide que j'étais. Si je n'avais pas eu un frère comme lui, alors je serais sans doute toujours cet orphelin sans vie ni but. Aizen était devenu mon but : le protéger et faire en sorte qu'il soit heureux. Cela pouvait paraitre vague et stupide, mais pour un gamin qui n'avait jamais rien eu avant, c'était énorme. Et j'avais eu l'occasion de m'éloigner de cet objectif une fois, et je m'en mordais les doigts. Aujourd'hui, il était tout ce qu'il comptait. De toute façon, je n'avais plus que lui.

Le ton qu'employait Ayumi était devenu plus ferme, beaucoup moins avenante que lorsqu'elle m'avait forcé invité à l'accompagner ici. J'arquais un sourcil et sa remarque me fit esquisser un sourire. Je rêve ! C'était elle qui avait insisté pour que je reste avec elle et maintenant, voilà qu'elle me reprochait presque de lui faire la conversation ! Finalement, je préférais quand elle m'apprenait la langue des signes. Elle était meilleure pedagogue qu'interlocutrice.
J'avais porté le verre à mes lèvres mais marquait une pause en arquant un sourcil, grinçant légèrement des dents. Je reposais finalement mon verre et poussait un soupir dans un soubresaut mi-abusé mi consterné.

« Très drôle, Kiritani-san. » riais-je, jaune. « Malheureusement, je n'ai pas encore assez d'éléments sur le sujet.»

Oh mais que de qualités découvertes ce soir. En plus de savoir lire, de comprendre les sens cachés, elle avait également de l'humour. Mais je me retenais d'envoyer une autre remarque. C'était de bonne guerre, je n'étais pas tendre avec elle depuis notre rencontre.
Elle en déduisit que j'avais moi aussi un frère adoptif. Enfin, ça aussi, ce n'était pas un secret pour le peu qu'on me connaissait. Mais il était vrai que je ne criais pas sur tous les toits que j'étais un enfant adopté.

« Vous devriez songer à vous reconvertir dans la police, Kiritani-san. Vous feriez une fabuleuse enquêtrice. » Et au moins, je n'aurais plus à la supporter à la télé ou à la radio. Tout le monde serait heureux ! « J'ai bien un frère, et nous ne sommes, nous aussi, pas non plus reliés par le lien du sang. Et c'est un extraordinaire chorégraphe ! Je ne serais pas étonné s'il avait travaillé avec votre frère à vous. »

Cette fois-ci, mon sourire se fit plus doux et plus franc. J'avais laissé tomber le cynisme. J'admirais réellement Aizen et c'était une véritable hypothèse. D'ailleurs, je n'avais pas moi-même quittait la scène pour me consacrer à mes études - lamentablement échouées d'ailleurs - en informatique, peut-être qu'Aizen, Rihito et moi serions de super potes et que j'aurais rencontré Ayumi dans d'autres circonstances. Peut-être même que, oh mon dieu j'osais à peine l'imaginer, j'aurais pu l'apprécier ! Cette idée m'arracha une grimace, et je détournais le visage pour rire seul. Bon, là c'était le moment où la présentatrice devait me prendre pour un fou, mais bon .... Un peu plus un peu moins ? Peu importe.

« Enfin, maintenant que vous le dîtes ... » fis-je assez rapidement pour me reprendre. « Le nom de votre frère ne m'est, en effet, pas inconnu. Il n'est pas impossible que je l'ai déjà vu sur scène. »

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Kiritani Ayumi» I ❤ Nishinaka
Avatar : Horikita Maki
Pseudo : Yuki
Date de naissance : 04/08/1990
Age : 26
That's what i do there : Présentatrice télé & Animatrice radio
What about love ? : Je suis une princesse à la recherche de son prince ♥ Ou d'une autre princesse ♥ Je suis l'amour avec un grand A d'une certaine déess mais personne ne le sait encore... Même pas nous ♥
How I feel : Merry christmas, faisons le sapiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin ♥


Messages : 1664

Jeu 15 Oct - 0:03
Voir le profil de l'utilisateur     

Come on, it’s not a date !

Kitahara Hiro & Kiritani Ayumi

Rihito représentait beaucoup pour moi. On pouvait me qualifier de vipère, de monstres, de pestes et j'en passe, tant que j'avais Shoko, Asae et mon frère à mes côtés alors ça m'allait et ça ne me dérangeait pas. Ces trois personnes étaient tout ce qui m'importait après tout et les perdre seraient la pire chose qui pourrait m'arriver.

Je jouais avec la touillette avant de sourire bêtement, faisant exprès de paraître toute interrogative. Innocente. Mensonge, j'étais plus redoutable qu'on ne le pensait. Je tapais là où ça faisait mal après... Si j'avais une raison pour le faire bien évidemment.
Au pire j'allais passer pour lunatique.

« Oh, ça ne m'étonnerait pas que vous le connaissez. Il a fait tellement de comédie que ça ne m'étonnerait pas ! Ni même s'il a déjà  travaillé avec votre frère si c'est un excellent chorégraphe. »

Je passais volontairement le souvenir de la vidéo qui avait fait le buzz mais également le fait qu'il soit denshou. Je me méfiais toujours des NSA. Il se cachait partout après tout et je n'allais pas pousser Rihito dans les orties... Ou dans la gueule du loup.
Jouant avec la touillette, je regardais l'heure avant d'incliner la tête sur le côté.

« Une heure, ça passe vite, n'est-ce pas ? Je suppose que vous avez d'autres obligations ou c'était seulement pour que je vous laisse tranquille après ? Parce qu'on a dépassé de 10 minutes. »

Je lui montrais mon téléphone dernier cri pour qu'il se rende compte de l'heure qu'il était. D'ailleurs en parlant de mon téléphone, je devais acheter une nouvelle coque... Enfin demander à papa de m'en faire une nouvelle.

« Vous voyez, ce n'était pas si désagréable que cela, même si on a beaucoup parlé du langage des signes. »

Eh oui, il ne fallait pas de leurrer. D'ailleurs, passons du coq à l'âne.

« Je suppose qu'on n'est plus à cinq minutes près. Il vous arrive de sortir le soir ? »

Je m'en fichais un peu de savoir quelle genre de filles il aimait ou s'il était en couple. Je voulais juste savoir si on allait se croiser lorsque je serais sous ma forme Akira.

Il allait surement réentendre parler de moi, hors des médias. Parole de Kiritani Ayumi !

DEV NERD GIRL



hrpg:
 
Contenu sponsorisé»

Aujourd'hui à 20:30
     
 
Come on, it’s not a date !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enfin une date pour les élections en Haiti
» date limite des transactions ?
» Date du repêchage
» What 's the date today ?
» Date limite - Plafond salariale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We Love Technology ♠ :: La ville de Nishinaka ♠ :: Mazerumachi-