AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Two jerks, One bed ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kitahara Hiro» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Lee Dong Hae (c) Naomi
Pseudo :
Date de naissance : 12/04/1989
Age : 29
That's what i do there : Ecrivain.
What about love ? : She's gone, but he is here ~
How I feel : Empty
Messages : 353

Ven 18 Sep - 12:47
Voir le profil de l'utilisateur     


❝Two jerks, One bed❞
Yuna & Hiro
Depuis combien de temps n'étais-je pas sorti de Nishinaka ? Peut-être depuis que j'y avais mis les pieds en fait. Qu'est-ce qui me rattachait à cette ville ? Moi qui pourtant avait tant de griefs contre elle... J'avais pourtant réussi à obtenir ce congé avec une facilité surprenante et je n'avais pas eu l'impression que la NSA se soit montrée réticente. Sans doute était-ce parce qu'elle savait que ce n'était qu'un congé et que je reprendrais mon poste aussitôt que je retrouverais la ville. Mais qu'est-ce qui m'empêcher de partir ? De tout quitter, fuir ses règles et ce travail qui bouffait mon âme... Mon frère peut-être ? Il n'était pas autant partisan que moi de la technologie, mais il aimait cette ville. Paradoxalement. Et il aimait son job à la NSA aussi. Moi ? J'aimais ce constant progrès que le maire avait favorisé. Je reconnaissais me plaire aux commandes de toute cette technologie, mais il y avait tellement de choses qui était détestable à côtés ...
Pour autant, nous savions tous que je reviendrais. Je ne pouvais pas laisser Aizen. Qui sait quelle représaille ils pourraient excercer contre lui ? Et puis, soyons franc : en dehors de Nishinaka, je n'avais rien. Ni diplôme, ni notoriété. Mon bouquin avait été un succès là-bas, mais j'ignorais ce qu'il en était dans le reste du pays. Alors non, fuir, bien que cela soit devenu ma spécialité, n'était en rien un choix réfléchis à cet instant.

Si j'avais pris congé, c'était pour aérer mes idées. J'avais enfin retrouvé la motivation pour écrire à nouveau. Le clavier roulait plus facilement sous mes doigts, mais ces derniers temps, j'avais la conviction qu'il manquait quelque chose. J'étais resté beaucoup trop enfermé. Il fallait que je sorte, que je vois d'autres paysages. C'était Aizen qui m'avait suggéré Shirahama, une station balnéaire au sud du Kansai. Un décor paradisiaque, des plages de sables fins et pour peu que je trouve le bon hôtel, je pourrais travailler en paix tout en profitant des services proposés par la station. J'aurais souhaité qu'il m'accompagne, mais contrairement à moi, il ne pouvait pas se permettre de prendre ces vacances. Son métier de chorégraphe était trop prenant, et sa passion était plus forte qu'un bout de plage. Tristesse. Mais réflexion faite, avec mon frère dans les parages, il m'aurait été impossible d'écrire...
C'était donc seul que j'avais fait mes valises et réservé un hotel étoilé, bien situé mais assez éloigné du centre d'activité pour me permettre d'avoir la paix. Trois jours pour respirer et prendre du recul face à cette ville et mon rôle d'agent. Trois jours pour trouver l'inspiration, mais surtout trois jours de détente. Et pour une fois, j'avais réussis à laisser mon appréhension de côté et me prêter au jeu. Je partais détendu, serein ...

Ah, si j'avais su ! Mais franchement, j'aurais pu commencer à me douter de quelque chose avec le retard du train. Quatre heure bon sang ! Ils avaient roulé sur combien de personnes, sérieusement ?! Quel départ... !
Quant à l'hotel ... J'ai bien cru que je ne le trouverais jamais. Il était vachement plus grand sur la photo. Et plus beau aussi. Enfin, j'étais pas là pour mater la façade, n'est-ce pas ? Et puis, tant que l'interieure n'était pas trop bruyant, ça irait. Le Hall était vivant, au moins je pouvais être rassuré : je n'étais pas tombé sur un hotel miteux, abandonné et ultra louche.
Malgré mon enregistrement tardif, je réussis à obtenir la clé de ma chambre et attrapa tout juste un ascenseur en quête de cette dernière. La déco n'était pas dégueu, et à mon grand bonheur je ne restai pas coincé dans l'ascenseur ! Ah, j'étais peut-être trop mauvaise langue, trop tendu ... J'étais parti dans l'optique de profiter, pas pour râler. Un soupir quitta mes lèvres quand enfin je trouvais le numéro correspondant à ma clé et activer le mécanisme pour déverouiller la porte. Distraitement, je pénétrais dans la chambre en tirant ma valise derrière moi, soulagé de pouvoir enfin me poser après ce pénible voyage. Mon regard se posa sur le grand lit au centre de la pièce. Je ne manquerais pas de place cette nuit ! La chambre était simple, la décoration sobre mais suffisamment chaleureuse pour que l'on s'y sente bien.

Je me décidais à tester la literie, posant mes fesses au pied du matelas quand une pile de vêtements attira mon attention. Les habits gisaient juste à côté d'une valise qui n'était pas la mienne. Je haussais un sourcil, surpris. Est-ce que quelqu'un avait oublié ses affaires avant de partir ? Intrigué, je m'avançai afin d'en examiner la provenance, mais un cliquetis me fit relever la tête. La porte qui devait mener à la salle de bain s'ouvrit et dans un écran de fumée, mon regard se releva lentement pour croiser ... une paire de seins ? Qué ? Malgré quelques secondes de bug intensif et d'incompréhension, je réussis à convaincre mes yeux de quitter les courbes pour avoir un visuel global. Une femme ! Bah oui, une femme, quoi d'autre ? Non mais ... Une femme à moitié dévêtu, dans ma chambre d'hotel ?! Est-ce que la femme de ménage se serait perdue dans ma salle de bain ?! - si c'était le cas, fallait sérieusement revoir le dicipline dans le service ! - Mais non, ça ne pouvait définitivement pas être une simple employée. Elle était bien trop .... bien trop bien foutue pour ça ! ... Mais qu'est-ce que je raconte moi ? On s'en fout de son métier, cris, agite toi, fais un truc !

« Woh ...! »

Machinalement, j'avais détourné mon visage et plaçais mes mains devant moi avec espoir de faire un barrage pour mes yeux. Non pas que le spectacle soit insoutenable, mais je ne tenais pas à me faire latter pour reluquage intempestif. Néanmoins, comme attiré inexplicablement, je ne pus empêcher mon regard de dériver à nouveau sur la créature qui était à présent en plein milieu de la chambre, me forçant à ne pas baisser le regard plus bas que la base de son cou. Et un bref coup d'oeil suffit pour m'arracher le pire frisson de ma vie. Ce visage ! Oh, mais il me parlait ! Trop ! beaucoup trop ! J'aurais finalement préféré que ce ne soit que la femme de ménage ... Mais non. Elle, elle était avocate ! Impossible de l'oublier, à cause d'elle - et de l'incompétence de mon avocat - j'avais dû payer une fortune pour indemniser une famille de charlatan ! Si n'avais pas envie de revoir sa tête, autant dire que je ne m'attendais pas du tout à la recroiser dans ces circonstances et encore moins dans cette tenue !

« Ma-Mais ... Mais qu'est-ce que vous foutez dans ma chambre !!?? » bafouillais-je enfin.


© Pando
Sekino Yuna» Admin ◘ I ♥ Every
avatar
Avatar : Kim Hyuna
Pseudo : Lauly
Date de naissance : 17/10/1987
Age : 31
That's what i do there : Avocate
Messages : 342

Mar 22 Sep - 0:04
Voir le profil de l'utilisateur     
Week-end paisible. Soleil, plage, détente. Pas de mari idiot dans les parages, juste un petit moment détente sans penser à rien. Evidemment, Yuna pensait toujours à quelque chose. Malgré le temps qui avait pu s’écouler, elle n’avait toujours que cette idée en tête : venger son petit ami. Sauf que là, elle avait assurément besoin de souffler parce qu’elle ne supportait pas de voir la tête de son conjoint. C’était physique, ce gars était une véritable à claque. Elle avait déjà pensé à s’en servir en punching-ball mais bon, elle ne voulait pas voir de problèmes après. Alors elle s’était contentée de partir pour respirer de l’air pur où le personnage qu’était Naoki ne risquait de venir la déranger. Peut-être que cet homme était un bon garçon, peut-être qu’il méritait à ce qu’on s’attarde à le connaître sauf que pas de chance, la jeune femme n’avait aucune envie de le connaître. Il était sûrement aussi taré que son père et si ce n’était pas le cas, il avait sa tête donc c’était suffisant pour ne pas l’aimer.  

Enfin bref elle n’était pas là pour penser à cet imbécile donc dans un charmant sourire, elle quitta le taxi qui venait tout juste de la déposer devant son hôtel. Chapeau sur la tête, la demoiselle grimaça toutefois, s’apercevant qu’on lui avait fait de la publicité mensongère quant à cet endroit. Il paraissait beaucoup plus luxueux sur l’annonce et elle-même en était venu à se demander pourquoi elle avait choisi Shirahama comme destination. Cela lui avait semblé être une belle station balnéaire et depuis le temps qu’elle voulait se relaxer au bord de l’eau, ça lui avait paru être l’endroit idéal. Mais ça commençait mal. Heureusement l’intérieur de l’établissement avait l’air bien plus propre que la façade extérieur et le réceptionniste était sympathique. Mignon aussi, néanmoins la jeune femme s’était abstenue de lui rétorquer ce détail, se contentant de prendre sa carte magnétique dans une esquisse charmeuse avant de monter jusqu’à sa chambre.

Avant toute chose, une bonne douche ne serait pas de refus et elle aurait tout le temps ensuite d’aller visiter les alentours puis pourquoi pas trouver une activité à faire. Elle n’était pas trop compliquée. Ouvrant alors sa valise, l’avocate commença à sortir quelques affaires qu’elle déposa sur le matelas pour s’engouffrer dans la salle de bain qui était plutôt spacieuse. Ca allait finalement, l’hôtel n’était pas un palace mais pour dormir, la chambre était parfaite. De plus, elle avait un grand lit pour elle toute seule ! Enfin toute seule...

Ses vêtements tombèrent les uns après les autres tandis qu’elle se faufilait soigneusement sous la douche, se lavant de la tête au pied, non pas sans oublier de perdre son temps à se prélasser sous cette eau bouillante qui déferlait le long de son corps. Elle ne prêta nullement attention au temps qui s’écoulait et finit par sortir plusieurs minutes plus tard, entourant une des serviettes blanches de l’hôtel autour de ses tailles. Afin qu’elle tienne bien, la demoiselle avait la particularité de toujours faire un petit nœud au devant de sa poitrine puis elle se sécha sa chevelure brune ensuite , s’arrêtant dans son mouvement en entendant la porte de sa chambre claqué. Les employés entraient sans qu’on ne les invitait désormais ? Ses sourcils se froncèrent machinalement et dans un soupir, elle balança sa serviette sur l’étendoir avant de quitter la pièce pour se retrouver face à.... Lui, ce n’était pas un employé. Yuna avait une très bonne mémoire visuelle et à peine l’avait remarqué, qu’elle avait su d’où il venait. Il se trouvait dans la partie adverse pendant un procès. Un procès qu’elle avait brillamment gagné et qui n’avait apparemment pas plu à ce jeune homme. Tant pis, comme on disait, c’était la loi du plus fort n’est-ce pas ? Ah... Ces maudites lois, si on pouvait les retirait, elle serait la première à le faire.

Croisant ses bras à sa poitrine, en silence, la jeune femme ne prit pas la parole, laissant le plaisir à ce garçon de la reluquait. Parce qu’il était clair que c’était ce qu’il faisait en cet instant précis et elle n’en était pas gênée le moins du monde. Au contraire. Elle avait des formes, autant qu’on les regarde ! Un sourire en coin orna néanmoins ses lèvres lorsque le garçon en question daigna enfin la reconnaître à son tour mais elle ne releva pas pour l’instant, portant délicatement ses doigts au nœud de son drap de bain.

- Si tu tiens tant que ça à regarder, je peux tout enlever si tu veux, Proposa-t-elle d’une esquisse malicieuse.

Est-ce qu’elle était capable de le faire ? Elle l’était complètement. Et si Hiro doutait d’elle, il n’aurait qu’à bien se tenir.

- Mais au lieu de ça, je vais te retourner la question. Qu’est-ce que tu fais dans « ma » chambre ?

Sa voix avait été plus sérieuse cette fois-ci, plus provocatrice également alors que ses yeux ne se détachaient pas de son vis-à-vis. C’était quoi cette querelle d’idiot qu’ils avaient tous les deux ? Non parce qu’il était évident qu’il y avait un problème et qu’on avait mal attribué les chambres alors au lieu de se dévisager et se prendre le choux, pourquoi ne simplement pas tenter de régler le souci ? Non, au lieu de ça, Yuna préférait rester là à le contempler avec les sourcils froncés, à moitié dénudée tandis qu’elle attendait une réponse de la part de son interlocuteur. Il était quand même mignon à prendre la mouche si facilement pour un malheureux procès toutefois ça ne lui donnait pas une raison pour squatter sa chambre.

_________________
    hopeless
    You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. Voilà, c'est dit, maintenant tu as eu ce que tu voulais, tu peux continuer de vivre normalement et surtout ne t'inquiète pas pour moi je vais bien. ©endlesslove
Kitahara Hiro» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Lee Dong Hae (c) Naomi
Pseudo :
Date de naissance : 12/04/1989
Age : 29
That's what i do there : Ecrivain.
What about love ? : She's gone, but he is here ~
How I feel : Empty
Messages : 353

Mar 22 Sep - 21:56
Voir le profil de l'utilisateur     


❝Two jerks, One bed❞
Yuna & Hiro
Trois jours de repos. Je demandais juste trois petits jours ! Pourquoi est-ce que ça devait se passer comme ça ? Franchement, quand ce train avait eut du retard j'aurais dû faire demi tour, me faire rembourser tant qu'il en était encore temps et retourner chez moi ! Quitte à ne plus jamais en sortir ! Je ne savais pas de quoi on voulait me punir, et qu'on ne me parle pas de cette mamie ! C'était elle qui s'était jetée sous les roues de ma moto ! Je l'avais évitée, j'avais tout fait pour. Mais non ! En plus de m'être rétamé la tronche, des réparations, il avait fallu que cette famille de dingue me colle un procès aux fesses ! J'avais perdu bien sûr, et j'avais payé ! C'est bon ! Alors pourquoi ? Pourquoi m'infliger ça ? J'ai préféré que l'hôtel ferme, que je dusse aller dormir dehors ! Mais pas ça ! Pas cette .... cette fille ! Que dis-je ?! Démone ! Oh oui, elle avait été intraitable au procés aux côtés de ces fou furieux, déjà là je savais qu'elle une harpie mais regardez là ... Droite comme un, me toisant avec ses yeux mauvais et son sourire démoniaque, alors que j'étais encore au sol, penché sur ses vêtements et le regard totalement abrutis.
Et pour couronner le tout je ne pus empêcher mes yeux de suivre sa main qu'elle posa sur le noeud de sa serviette tandis qu'elle proposa de tout retirer sur un ton tellement mutin qu'il me soutira un second terriblement frisson.

« No-No-Noooon !! » fis-je en me relevant brusquement et en agitant les mains devant moi pour l'en dissuader.

Cette femme n'était pas humaine ! Impossible ! Et j'en voulais pour preuve son comportement : une femme normale aurait crié, se serait affolée ... Mais pas elle !
Je ne savais plus où poser mes yeux. Ailleurs que sur elle déjà, bien que ce ne soit pas très poli quand on avait une conversation avec quelqu'un. Quoique discuter dévêtu non plus ... Pour me remettre, j'avais décidé de lui tourner le dos. Au diable la politesse ! Je préférais ménager mon coeur ou quoique ce soit d'autre, en évinçant l'avocate de mon champ de vision.
Mais bien sûr, nous n'allions pas nous bouder toute la journée. Et elle souleva le même problème que moi quelques instants plutôt, sans y apporter une réponse satisfaisante ! Bien sûr, ça aurait été trop simple qu'elle me réponde qu'elle testé simplement la douche ou bien encore que la dame faisait partie du service avec la chambre ! Et encore, pas sûr que cette solution m'aurait enchanté ...

« Qu'on soit clair, c'est MA chambre. » grommelais-je.

Oui, aussi pertinent qu'un môme de huit ans, c'est beau, n'est-ce pas ? Mais pour appuyer mon propos je retirais ma carte de ma poche et là lui montré et me retournant à peine. Franchement, j'étais vraiment obligé d'endurer ça ? Elle n'avait qu'une serviette sur elle et même si j'avais tout fait pour ne pas trop regarder, il fallait être aveugle pour ne pas voir qu'elle était sacrément bien foutue. J'avais beau gardé les femmes à disctance, je restais un homme, et cette situation était on ne peut plus frustrante. Surtout quand ce corps appartenait à .... ce diablotin.

« Ecoutez, il y a visiblement un problème et je serais d'avis que nous allions tous les deux nous plaindre à la réception mais avant ..... VOUS NE VOUDRIEZ PAS VOUS HABILLER ?! »

Oui, pitié. J'avais l'air tellement con planté au milieu de cette chambre, à caché mes yeux comme une vierge effarouchée. Et puis de toute façon, pour venir râler, il fallait qu'elle s'habille non ? Elle n'allait quand même pas débarquer en serviette dans le Hall ?! Dans le doute, car je craignais de ne trop bien le savoir, j'avais préféré insister sur ce point ...

« Et ailleurs qu'au milieu de cette chambre !! »

... et préciser celui-là.


© Pando
Sekino Yuna» Admin ◘ I ♥ Every
avatar
Avatar : Kim Hyuna
Pseudo : Lauly
Date de naissance : 17/10/1987
Age : 31
That's what i do there : Avocate
Messages : 342

Jeu 1 Oct - 20:08
Voir le profil de l'utilisateur     
Ce garçon était plutôt drôle en fait ! Au moins, d’un certain point de vue, il la divertissait. On aurait dit un petit puceau qui n’avait jamais vu de seins de sa vie. Trop mignon. Etait-il certain de ne pas vouloir de démonstration ? Yuna pouvait réellement lui montrer s’il le désirait. Elle n’était pas désagréable à regarde et elle le savait, autant en profiter. Qu’il ne joue pas au mijaurée, s’il avait envie de contempler le spectacle qu’il le fasse. Il n’avait jamais regardé de porno de son existence ou quoi ? On lui donnait l’occasion d’en profiter en direct live et il s’abstenait. Vraiment, c’était trop mignon. Gardant ses bras à sa poitrine, la jeune femme ne pouvait pas détacher ses yeux de lui, un sourire amusé qui étirait ses lèvres. Qu’allait-il faire si, non, elle n’avait pas envie de s’habiller. Ce n’était pas de chance pour lui. S’il était pudique, elle ne l’était pas le moins du monde.

- Et le minot, je crois qu’on va se mettre d’accord sur certains point, Fit cependant Yuna d’un ton stricte alors qu’elle marchait jusqu’à lui afin de lui faire face à nouveau.

Toujours sans décroiser ses bras, elle se pencha vers lui pour élancer ses doigts en guise de pichenette.

- Je ne suis pas ta mère, encore moins ta copine alors les ordres, tu vas les donner à quelqu’un d’autre. Et tant qu’à faire, si tu pouvais me respecter, ce serait bien.

Et c’était elle qui parlait de respect alors qu’elle ne se gênait pas le moins du monde à pénétrer dans son espace vital ? L’avocate répondrait que elle, elle avait tous les droits puis que de toute manière, cet abruti l’avait cherché avec ses conneries.

- Bref, c’est « ma » chambre et on va aller régler ça de suite !

Aussitôt dit aussitôt fait, la jeune femme avait tourné les talons pour ouvrir la porte de la chambre avant de lui adresser un énième regard.

- Ne me dit pas qu’il faut aussi que je te traîne jusqu’à la réception ? Dépêche-toi.

Sans l’attendre, Yuna avait commencé à marcher dans les couloirs de l’hôtel, sans la moindre gêne alors qu’elle sifflotait une chanson qu’elle avait entendu le matin même. Cette fille n’avait aucune honte. Sortir en serviette, il n’y avait vraiment qu’elle pour le faire. Elle n’avait pas envie de perdre son temps et résoudre ce problème rapidement. Ce jeune homme avait beau être mignon et physiquement attirant - on n’allait pas se le cacher - il était tout bonnement hors de question qu’elle partage sa chambre avec cet abruti. Elle était venu ici pour se détendre, pour se reposer tranquillement et ne pas avoir de mari ennuyant dans les parages mais au lieu de ça voilà qu’elle devait en supporter un autre. Si encore elle ne l’avait jamais vu, qu’elle ne le connaissait pas, la jeune femme aurait pu faire avec cependant elle savait qui était cet individu. Elle lui avait fait perdre son procès et elle ne le regrettait pas d’ailleurs. Certes, les lois, ça l’énervait mais si elle attirait un avantage des différents jugement auxquels elle assistait, c’était de pouvoir gagner. Oui, elle prenait ça comme un jeu et alors ? Elle aimait tout de même son métier seulement parfois, si elle le pouvait, elle en aurait mis des claques à plus d’un. A ses propres clients également toutefois elle n’avait pas d’autres choix que de se contenir donc elle trouvait des bénéfices autrement. Puis, ce jeune homme n’avait qu’à faire attention. Rien de plus.

_________________
    hopeless
    You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. Voilà, c'est dit, maintenant tu as eu ce que tu voulais, tu peux continuer de vivre normalement et surtout ne t'inquiète pas pour moi je vais bien. ©endlesslove
Kitahara Hiro» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Lee Dong Hae (c) Naomi
Pseudo :
Date de naissance : 12/04/1989
Age : 29
That's what i do there : Ecrivain.
What about love ? : She's gone, but he is here ~
How I feel : Empty
Messages : 353

Sam 10 Oct - 11:35
Voir le profil de l'utilisateur     


❝Two jerks, One bed❞
Yuna & Hiro
« Minot ? » A qui elle parlait là ? Sérieusement, c'était quoi ce délire ? Et ce ton ? Excédé, je m'apprêtais à me retourner, bien décidé à ne pas me laisser marcher dessus par cette donzelle. Néanmoins, à peine tournais-je la tête que je me retrouvais nez à nez avec elle. Genre, plus litterralement, tu meurs. Je frôlais l'arrêt cardiaque, et sursautais comme un pauvre chaton apeuré quand elle m'asséna une pichenette.
Oh là. Là, elle allait trop loin ! Elle dépassait les bornes ! Je rêve ! Comment osait-elle me parler de respect alors qu'elle était carrément à poil dans cette chambre et employé un registre outrageusement familier avec moi ? Ca ne pouvait définitivement pas être réel. Non, je commençais sincèrement à penser que c'était une mauvaise blague. Peut-être Aizen était derrière tout ça, dans l'espoir de me dérider un peu. Non, Aizen était fou mais il savait que ce genre de chose m'exaspérait plus qu'elle ne me détendait. Une caméra cachée alors ? Je me surpris et scruter les recoins du plafond et désespérai de ne pas en trouver.
Ce démon était bien en face de moi. Satan existait et c'était une femme.

Je me reculai brusquement, cherchant vainement à regagner l'espace qu'elle grignotait. J'aurais voulu m'exprimer, lui retorquer qu'elle avait du culot, qu'elle avait un grain plutôt, mais elle ne me laissa pas en placer une. Encore. J'avais l'impression de revivre mon procès ! C'était insupportable.
Et pour couronner le tout, nous étions définitivement deux gamins dans cette chambre. Il paraissait à présent évident que tout dialogue mature serait impossible. Celui qui voudrait cette chambre devrait se battre ! Remarquez, j'étais finalement près à lui céder ... Elle venait de mettre mes nerfs à rude épreuve en l'espace de trente secondes. Tout ce que je souhaitais c'était me reposer et travailler en paix. Le problème c'est que cette chambre était à présent beaucoup trop imprégnée par cette femme pour que je puisse m'y détendre. Ses vêtements, son odeur, ses ondes néagatives ... Vite ! Que je quitte cet endroit !

Plongé dans ma réflexion, je revenais à moi alors que Yuna me pressait, désirant elle aussi régler ce problème. Et pour une fois, nous étions d'accord. J'allais faire un pas vers la sortie pour lui emboiter le pas, dans un hochement de tête avant de .... de me rendre compte qu'elle n'avait toujours qu'une serviette autour d'elle !

« Qu-... Quoi ?! Non mais REVENEZ !!! Vous n'allez pas descendre comme ç- ... »

Ah bah si. Elle avait déjà disparut dans l'encadrement de la porte. Mais quelle sale .... ! Je n'avais plus les mots. Dans la panique, je me précipitais à sa suite dans l'espoir de la rattraper, lui faire un plaquage au sol et couvrir ses formes nues. Elle ne pouvait décemment pas se présenter comme ça ?! Cette femme était un danger un public, ma parole !

« Vous êtes complètement folle ! » siffla-t-il une fois à sa hauteur. « Vous ne pouvez pas vous balader comme ça ! »

Je dû me montrer extrèmement convaincant car nous atteignîmes l'accueil avant même que je ne décroche une réaction de sa part. Ce soir, il y aurait un meurtre, j'en faisais le serment.
Dépité, je passai une main sur mon visage, priant encore désespérement pour me réveiller de ce cauchemar. On disait souvent que la réalité dépassait la fiction ... Ca ne pouvait pas être plus vraie aujourd'hui : cette fille était un film à elle seule.
A bout de nerf, je me résignais à adresser la parole à la dame de l'accueil qui ne sembla pas percuter tout de suite la tenue de ma voisine. Ce qui ne fut pas le cas des autres personnes présentes, qui commençaient à nous dévisager. Et allez savoir pourquoi, surtout moi ! Bon sang, en plus de subir cette femme, je passais pour un sale pervers.

« Bonjour, je crois qu'il y a erreur, vous nous avez attribué tous les deux la même chambre alors que j'avais demandé une chambre seule. »

Mon ton était sec, je n'avais pas envie de passer par quatre chemin. D'autant qu'une femme se baladait à poil en plein milieu du Hall principal juste à côté de moi ... Sincèrement je préférais mettre fin au supplice.
La dame pianota sur son clavier, un air embarrassé sur le visage - est-ce qu'elle avait enfin remarqué la tenue de mon "amie" ? - puis releva la tête vers nous. Son expression ne me dit rien qui vaille.

« Hum ... Je suis désolée, il semble qu'il y ai eut en effet une erreur ... »
« Bien, peu importe. Donnez moi une autre chambre, n'importe laquelle. »

Au point où j'en suis ...

« Mhh ... Eh bien c'est à dire que cela risque d'être difficile. L'hotel est complet jusqu'à la semaine prochaine. Nous vous ferons un prix pour cette dramatique erreur, nous vous présentons nos excuses. »

Un prix ? Des excuses ? Mais j'en avais rien à foutre moi !!! A mesure que la nouvelle tombait, mon visage se décomposait. Ce n'était pas possible. Il fallait que je quitte l'hôtel, que je rentre chez moi ... Pitié ....


© Pando
Sekino Yuna» Admin ◘ I ♥ Every
avatar
Avatar : Kim Hyuna
Pseudo : Lauly
Date de naissance : 17/10/1987
Age : 31
That's what i do there : Avocate
Messages : 342

Lun 19 Oct - 14:24
Voir le profil de l'utilisateur     
Folle ? N’était-ce plutôt pas lui le problème ? Pour sûr qu’il était puceau, il n’y avait pas d’autres raisons pour que cet homme réagisse aussi excessivement. Le pauvre, ne pas avoir planté sa graine à son âge, il avait de quoi être frustré. Mais ce n’était pas non plus une raison pour la traiter de folle. Yuna n’était pas pudique et elle n’avait jamais été pour ce genre de coutume. Les japonais étaient bizarres à se tracasser pour de telles futilités alors que paradoxalement, ils étaient les premiers à se baigner tout nu dans les bains publics. Oui, elle était elle-même japonaise et elle était fière de l’être, juste qu’elle n’était pas autant attaché aux cultures et aux traditions comme tous les autres. Du moment qu’elle pouvait être elle-même, le reste l’importait peu. Libre comme le vent pourrait très bien définir cette jeune femme. Elle n’avait pas cherché à lui répondre, se contentant d’hausser les épaules avant d’arriver à l’accueil pour signaler le problème quant à cette énergumène qui s’était incrustée dans sa chambre. Sauf que le garçon la devança et s’en chargea. L’avocate n’en dit rien, le laissant s’en occuper alors qu’elle pensait que peut-être il pourrait lui être utile. La parole d’un homme était plus efficace parfois bien que cet individu à ses côtés ressemblaient plus à un adolescent qui ne cesse de geindre qu’à un véritable adulte. Bon, elle mentait certes, parce que malgré tout, il avait un petit côté mignon et l’envie de le taquiner la gagnait à chaque fois qu’elle le voyait s’exciter de la sorte. Pauvre bichon.

Par contre, la réceptionniste la sortie rapidement de ses rêveries et un sourire crispée forma ses lèvres lorsque cette dernière s’excusa pour cette dramatique erreur. Est-ce qu’elle croyait réellement que des excuses changeraient quoi que ce soit ? Non parce que Yuna était venu ici pour passer un week-end tranquille, pour ne pas avoir un idiot de mari dans les pattes et se prélasser. Elle n’avait pas demandé à ce qu’on lui colle un autre homme pour lui changer les idées. Elle n’avait pas besoin de cela et elle était contrainte d’admettre qu’il n’y aurait pas de week-end paisible, qu’au contraire celui-ci risquait d’être plus mouvementé que jamais.

- Vous plaisantez j’espère ?! Râla Yuna en frappant son poing contre le comptoir, Qu’est-ce qu’un prix et des excuses vont changer ? Je suis venu ici exprès pour être tranquille et vous sous-entendez que je dois cohabiter à cet homme ?

On oubliait de mentionner qu’elle était mariée ? Heureusement qu’elle n’avait que faire du conjoint en question sinon cela aurait créé de nombreux problèmes. La demoiselle souffla discrètement alors qu’elle remarquait bien que l’employé était plus que confuse, mal à l’aise et qu’elle ne savait pas quoi faire d’autre que s’excuser. L’avocate finit par céder, lui disant que ce n’était pas grave, que ça irait pour cette fois.

- Allez, le minot, bouge tes fesses sinon je te laisse dehors !

Toujours sans la moindre gêne, ses mains compressant sa poitrine afin de ne pas perdre sa serviette, elle rejoignit la chambre avant de s’assoir sur le lit où elle croisa ses jambes l’une sur l’autre.

- Je te préviens, je ne dors pas par terre. Donc soit tu te satisfais de la moquette, soit tu arrêtes de jouer au prude et on se partagera le matelas.

Sur ses dires, Yuna lui sourit des plus innocemment, pas embarrassée le moins du monde.

_________________
    hopeless
    You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. Voilà, c'est dit, maintenant tu as eu ce que tu voulais, tu peux continuer de vivre normalement et surtout ne t'inquiète pas pour moi je vais bien. ©endlesslove
Kitahara Hiro» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Lee Dong Hae (c) Naomi
Pseudo :
Date de naissance : 12/04/1989
Age : 29
That's what i do there : Ecrivain.
What about love ? : She's gone, but he is here ~
How I feel : Empty
Messages : 353

Jeu 22 Oct - 23:09
Voir le profil de l'utilisateur     


❝Two jerks, One bed❞
Yuna & Hiro
Ca y'est. C'était fini. Adieu sa tranquillité. Sa paix. Ses congés. Le ciel avait quelque chose contre lui, sinon ce n'était pas possible. Pourquoi tant d'acharnement ? Trois jours, trois petits jours loin de la pression du QG et du harcèlement de son éditeur. Trois minuscules jours à lui ... C'était vraiment trop demandé ? Cette mamie qu'il avait plus ou moins renversé, était-elle une espionne à la solde de Dieu ? L'avait-elle prise en grippe ? Ou bien sa famille avait utilisé le vaudou pour lui jeter un mauvais sort.
Peu importe quoi, en fait. Hiro avait juste la poisse. Et cette Yuna était le comble de la malchance.

Un soupir las quitta ses lèvres. Que c'était pénible ... ! Mais résolu, il recula finalement et quitta l'accueil d'un pas consterné. Les hôtels alentours devaient aussi bondés. Il se dit qu'il allait quand même vérifier mais il était loin d'être optimiste. D'autant qu'il avait déjà payé la chambre .... Ah ! Si Aizen avait été avec lui, cette Yuna n'aurait pas fait long feu. Femme ou pas, son frère l'aurait sorti à coup de pied sur son cul nu et l'aurait jeté dehors comme une malpropre. Pour couronner le coup, il lui aurait sans doute même pas laissé la serviette. Ouai, son frère était taré, mais il ne manquait pas de cran. Ce don Hiro lui était complètement dépourvu. En tout cas, principalement quand le sujet concernait les femmes ....
La voix justement de celle qu'il détestait sans doute le plus aujourd'hui, le rappela à l'ordre et lui fit lever un regard courroucé vers l'avocate. Il allait vraiment falloir qu'elle se calme ou bien il allait vraiment finir par devenir violent et brisé son code d'honneur. Et qu'elle s'habille aussi ... Parce que son regard énervé il ne le tint finalement si longtemps sur elle. A vrai dire, elle avait de la chance qu'elle soit en plein milieu de ce Hall, entouré de tous les clients - qui soit dit en passant n'avaient pas fini de la reluquer ! Cette situation le mettait vraiment mal à l'aise ... Pourquoi il passait lui ? Il priait pour que personne ne croit que cette diablesse était sa femme. Rien que l'idée le fit frissonner. Sérieusement, qui voudrait vivre avec ça ?! Aucune retenue. Aucune manière. Son regard dériva à nouveau sur elle tandis qu'il marchait derrière elle pour rejoindre la chambre, pressé de pouvoir se térer dans un trou et n'en ressortir que lorsque sa réservation prendrait fin. Son corps possédait de splendides courbes que la serviette de bain épousait parfaitement. Ses cheveux longs tombaient parfaitement dans son dos, se balançant au rythme de ses pas qui la faisait dangereusement se déhancher. Hiro déglutit. Elle était vraiment belle. Cela faisait d'elle une femme d'autant plus dangereuse et ça l'enrageait d'autant plus. Franchement, on s'étonnait qu'il la prenne pour un démon ?

Une fois dans la chambre, il retira enfin sa veste - tous ces évènements l'ayant empêché de se mettre à l'aise, quoique l'expression n'avait à cet instant plus lieu d'être non plus - et la balançait sur le lit, non loin de là où la démoniaque squatteuse se trouvait. Ce lit était terriblement grand pour une seule personne. Ils pourraient aisément y dormir à deux. Mais le simple fait de la voir posé au milieu de la litterie lui arracha un nouveau frisson. Sérieusement, il fallait qu'elle s'habille là ... vraiment !

« Tu comptes vraiment rester dans cette tenue pendant trois jours ? »

Un ton vraiment froid et agacé. Et il avait enfin abandonné le "vous". Non sans un gros effort ... Le problème était que Yuna n'avait jamais cherché à lui montrer du respect et qu'il était fatigué qu'il n'aille que dans un sens. D'autant que s'ils allaient partager la même pendant deux nuits, ils auraient le temps d'apprendre à se connaitre ... Haha. Vous y croyez vous ? Lui non.

« La moquette ça sera très bien. » Fini-il par répondre, le regard planté dans celui de l'avocate.

Cette fois-ci, il n'y avait plus personne pour le gêner. Il pouvait la faire taire à jamais sans que personne ne le sache ... D'autant qu'Hiro était suffisamment minutieux pour ne pas faire de tâche et garder la chambre propre comme s'il n'y avait jamais mis les pieds. Mais bon ... La tuer serait fatiguant et il n'était sans doute pas assez mauvais pour en arriver là. Dommage.

« J'espère que ma galanterie te touche. Je suis un homme formidable, décidemment. »

C'était à peine ironique. Voir pas du tout en fait. Après tout, il avait vraiment de la patience pour ne pas hurler après tous ces problèmes.


© Pando
Sekino Yuna» Admin ◘ I ♥ Every
avatar
Avatar : Kim Hyuna
Pseudo : Lauly
Date de naissance : 17/10/1987
Age : 31
That's what i do there : Avocate
Messages : 342

Jeu 26 Nov - 21:52
Voir le profil de l'utilisateur     
Ce gars devait vraiment être puceau. Elle ne voyait pas d’autres explications quant à son attitude. Il était trop prude pour être normal. Peut-être avait-il besoin d’un peu aide ? A son âge, c’était quand même triste de ne pas avoir goûter à ce genre de fruit non ? Le pauvre. Voilà que Yuna avait presque de la compassion pour lui tandis qu’elle n’avait pas daigné bouger malgré ses remarques. Il était si gêné que ça de voir une femme en serviette ? Avec elle, pour sûr que ce garçon n’était pas au bout de ses surprises. Soit, elle avait quand même l’intention d’être raisonnable pour cette fois, ne souhaitant pas qu’il fasse une syncope parce qu’il avait vu trop de sein et trop de peau également. Vraiment, il fallait que quelqu’un le décoince. Surtout que quand elle y pensait, c’était dommage qu’un tel homme ait une telle réaction, il pourrait être si charmant. Il n’était pas moche, elle ne le niait pas mais ses agissements le rendaient plus mignon que véritablement « beau ». Peut-être devait-elle s’occuper de le changer en un vrai homme ? Ca l’occuperait au moins et ce n’était pas Naoki qui jugerait quoi que ce soit. Qu’est-ce qu’il en avait affaire de ce qu’elle faisait de sa vie de toute façon ? Ce n’était pas comme s’ils s’étaient mariés par grand amour. Ils ne s’aimaient pas. Tout du moins elle, elle ne l’aimait pas. Il était mêlé de près comme de loin à la mort de son petit ami et rien que pour ça, elle ne lui pardonnerait jamais.

Pendant l’espace d’un instant, cette pensée lui fit assombrir son regard à cause de l’horreur que ses réflexions lui rappelaient. Heureusement, Yuna se reprit bien vite, souriant amusée alors qu’elle gardait ses bras croisées à sa poitrine, ne le quittant pas du regard.

- Je crois qu’il n’y a pas plus formidable que toi, Souligna-t-elle faussement sincère.

L’esquisse sur ses lèvres montraient toute l’ironie de la situation alors que cet individu la faisait bien rire. Certes, avec lui à ses côtés, elle risquait de ne pas être tranquille mais qui savait, cela pourrait être un mal pour un bien. Enfin, s’il arrêtait de la regarder comme il le faisait et de se comporter comme une pauvre pucelle.

- Tu as un problème avec les femmes ? A moins que tu sois gay ? Tu ne l’as jamais fait ?

Qu’on lui apprenne le tact bon sang. Hors, c’était plus fort qu’elle. Le comportement de son vis-à-vis la rendait perplexe. Qu’il ait du mal à la voir à moitié nu, ça encore, l’avocate pouvait le concevoir. Elle avait un corps de rêve, c’était difficile de passer outre mais qu’il préfère dormir sur la moquette plutôt qu’avec elle, c’était louche. Ils auraient pu établir un périmètre de sécurité si son voisin avait si peur que ça.

- Je ne vais pas te sauter dessus, Enchérit la demoiselle d’une voix taquine avant de le dévisager de cet air des plus espiègles, plein de sous-entendu, A moins que t’ais peur de ne pas résister ? Soit un homme voyons, soit un peu plus viril. Je suis sur que tu serais sexy comme ça !

Yuna stop les conneries. Pense à lui et son pauvre petit coeur. Ah... Les femmes.

_________________
    hopeless
    You say i'm crazy, cause you don't think i know what you've done, but when you call me baby. I know I'm not the only one. △ Tu veux que je te dise ? Non, je ne suis pas amoureuse. Tu vois c'est dit, ce n'est pas compliqué. Tu veux que je te dise aussi ? Non, dès que je te vois, je ne ressens plus rien. Voilà, c'est dit, maintenant tu as eu ce que tu voulais, tu peux continuer de vivre normalement et surtout ne t'inquiète pas pour moi je vais bien. ©endlesslove
 
Two jerks, One bed ~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We Love Technology ♠ :: La ville de Nishinaka ♠ :: Voyage en dehors :: Au Japon-