AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 It's raining cats and dogs... Especially cats, maybe • |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tachibana Kyohei» Admin ◘ I ♥ Every
avatar
Avatar : Kamenashi Kazuya
Pseudo : Lauly
Date de naissance : 23/06/1988
Age : 29
That's what i do there : Magicien o/
What about love ? : Fièrement marié à ma co-admin afufu 8D
How I feel : Thinking... about how awesome we are



Messages : 2666

Mer 14 Oct - 1:08
Voir le profil de l'utilisateur     
Maladroit était une chose, avoir la poisse en était une autre. Il ne pouvait pas y avoir pire journée que celle que Kyohei venait de passer. Il ne parlait pas du fait qu’en se levant ce matin, il avait glissé sur son drap pour se rétamer la tête la première, ni du fait que sa femme était réveillée et lui avait littéralement rit au nez. Il ne mentionnait pas non plus qu’il n’avait pas pu boire son thé parce que justement, il n’y avait plus de thé dans l’armoire. Il s’agissait assurément d’un jour où le jeune homme aurait mieux fait de rester coucher, se faire porter pale, dire qu’il avait trop mal au bras, qu’il ne pouvait plus bouger, trouver une quelconque excuse plausible pour ne pas avoir à sortir de chez lui. Mais non, il avait pris la douche, hurlant à cause de la température qu’il avait actionné trop fort et soupirant lorsqu’il manqua de tomber en quittant la baignoire. Heureusement, il n’était rien arrivé à ses vêtements sinon il ignorait ce qu’il aurait fait. Pas de trou, pas de tâche. Le magicien n’avait pu s’empêcher de songer à ce qu’il risquait de vivre comme galère ensuite et assurément que jamais il n’aurait imaginé que sa journée serait un tel désastre.

Il aurait dû remercier les dieux de l’avoir laissé arriver au QG sans la moindre embûche parce que personne ne savait, il aurait pu par le plus grand des hasards se faire renverser par un vélo ou autres péripéties du même type. Il était arrivé saint et sauf néanmoins la chance ne dura pas longtemps puisque à peine avait-il mis sa pièce dans le distributeur, celui-ci, en plus de ne pas lui préparer un thé, il avait gardé ses cents yens. Impossible de garder son calme, l’agent avait eu comme réflexe - tout à fait idiot certes - de s’exciter et frapper sur la machine, sans oublier de l’insulter pour qu’elle arrête de se moquer d’elle aussi. Et puis, il avait donné un coup peut-être trop fort qui l’obligea à grimacer, se tenir la main à cause de la douleur ressenti au niveau de son poignet. Si en plus maintenant, il n’était plus en mesure de viser correctement et de se blesser à la moindre occasion, il ne s’en sortirait jamais. Ah, malheur, depuis quand était-il devenu si faible ? Ce n’était réellement pas son jour. Pauvre homme.

Au bout du compte, Kyohei s’était résigné pour son thé, il avait compris qu’il ne l’aurait jamais. Il était ensuite parti cherché le dossier d’Haruna. Apparemment ce qu’Harumi et lui avait choisi ne tarderait pas à être mis en place. Par réflexe, il avait simplement voulu que tout était bien un ordre seulement il avait fallu que le feuilles lui glissent des mains et s’étalent sur le sol. Voilà qu’il s’était retrouvé contraint à tout ramasser. Par chance, ce n’était pas aujourd’hui qu’il reprenait un vrai travail sinon on l’aurait renvoyé direct avec signé comme motif : Se coupe un doigt avec du papier. C’était tout bonnement possible puisque ça venait tout juste d’arriver alors qu’il ramassait la dernière feuille et que sous l’agacement, le magicien avait tout refait tomber.

Voilà un bref résumé de ce que le garçon avait subi bien qu’il ne s’agissait là que de la moitié des malheurs qu’il avait pu avoir. Peu importait, c’était enfin fini à présent, il allait pouvoir rentrer, se prélasser dans un bon bain chaud et lire un livre tranquillement. Cela serait calme sans sa femme mais il ferait avec même s’il peinait à dormir correctement lorsqu’il était tout seul. Ô il aurait pu l’accompagner dans sa famille toutefois il avait sagement refusé et au vue de la journée qu’il venait de passer, Kyohei se disait qu’il avait sûrement bien fait. A moins que c’était le karma parce qu’il n’avait pas voulu l’accompagner ! Tout s’expliquait maintenant ! A tous les coups, le problème venait de là. S’il avait su... Quoi que à choisir, c’était peut-être quand même mieux qu’affronter la famille Mizuno et devoir les supporter pendant deux jours.

Dire qu’il songeait que sa malchance se terminerait bientôt, ses yeux se dressèrent machinalement quand il quitta les lieux et se retrouva sous un torrent de pluie. Puisque, évidemment, il n’avait pas de parapluie. Cela aurait été trop beau pour être vrai n’est-ce pas ? Il allait peut-être appeler son épouse, lui dire qu’il avait changé d’avis et qu’il la rejoignait aussitôt. Oui, il aurait pu faire ça. Mais ça, c’était avant qu’il ne sorte son portable de sa poche, que celui-ci lui échappe des mains pour aller s’éclater dans une flaque d’eau et se faire écraser par la roue d’un cycliste. On pourra dire que celui-là au moins il aura bien eu son compte. Les prunelles du garçon s’étaient écarquillées, complètement hébétées par la situation. Quelqu’un lui en voulait, ce n’était pas croyable autrement. Sa bouche s’était entrouverte dans un petit « o » alors qu’il regardait son téléphone d’un air dépité. Il était bien content de ne pas être à la place de ce maudit objet qui s’était retrouvé écrabouillé sans remord. Un peu plus et c’était lui qui passait sous ce vélo ! En soit, Kyohei dramatisait quelque peu les circonstances mais il avait de quoi, c’était vrai.

Au point où il en était, il refusait de poireauter sous un porche et préférait rentrer chez lui rapidement. Ca aussi, le jeune homme aurait mieux fait d’éviter. A peine s’était-il mis à marcher qu’une voiture passa près de lui à vive allure et qui l’éclaboussa de plein fouet. Incapable de se retenir, le garçon avait levé son poing en direction du conducteur, qui devait déjà être loin, tout en l’injuriant de tous les noms. Le reste du trajet s’était fait plus ou moins sans problème si on omettait ces gouttes qui le trempaient de la tête au pied mais ça commençait à se calmer enfin. Mais comme le bonheur n’arrive jamais seul, le magicien s’apercevait d’un détail qu’il aurait mieux fait de se rendre compte plus tôt. Machinalement, il tapota son corps, principalement toutes ses poches avant de soupirer de désespoir. Ses clés. Il ne les avait pas prise et il revoyait cette affreuse image de les poser sur la table de la cuisine pour partir sans. Non. Non. Contacter son épouse aurait été la solution à ce problème néanmoins sans téléphone, il aurait beaucoup de mal. Il aurait pu lui envoyer une lettre mais il doutait qu’elle arrive à temps. Un pigeon voyageur dans le pire des cas seulement avec la chance qu’il avait, celui-ci se ferait « dégommer » avant d’arriver à destination. L’hôtel était une bonne idée sauf qu’au vu de son état actuel personne ne l’accepterait ou encore mieux, tout était complet.

Un peu de bonne foi dans ce monde de fou, c’était trop demander ? Peut-être pas tant que ça. Alors qu’il marchait, encore, un miaulement le sortit de ses rêveries. Ses yeux se perdirent sur la raison de ce bruit et dressant ses yeux vers le ciel, le jeune homme souffla de plus bel. Il avait demandé de la bonne foi, pas à ce qu’on lui mette des chatons sur le dos. Ils étaient mignons et il y en avait un qui ressemblait à black. En même temps, au vue de sa couleur, ce n’était pas trop compliqué de faire autrement. Les deux autres étaient roux, pour sur que le noir avait été adopté, comment expliquer la différence de couleur sinon ? Et il n’était réellement pas question de racisme, promis ! D’ailleurs, il y en avait un qui était le portait réel de ce personnage de Winnie l’Ourson. Kyohei était incapable de se rappeler son prénom mais peu importait, ça ne l’aiderait pas à se sortir de la galère. Se sortir de la galère avec des chatons abandonnés dans un carton pour être précis. A sa grande surprise, lorsqu’il s’accroupit pour les caresser, aucun d’eux ne le griffa et un tendre sourire étira ses lèvres. Il n’avait jamais eu une grande attache pour les animaux à la base cependant depuis qu’il côtoyait Black et Sou, il prenait la chose différent. Quand il était en convalescence, ils avaient été un gros soutien pour lui. Aujourd’hui encore ces boules de poils lui prouvaient qu’ils méritaient tout autant d’attention que n’importe quel être humain puis Yui le réprimanderait si elle savait qu’il avait abandonné ses pauvres chatons.

Le fait était qu’il ne pouvait pas rentrer chez lui puisqu’il avait oublié ses clés, qu’il ne pouvait pas appeler son épouse et qu’il ignorait à quelle adresse sa famille habitait. Il ne voulait pas dormir dehors non plus et si déjà qu’on ne l’accepterait pas dans un hôtel, on l’accepterait encore moins avec des animaux. Et puis... Ce fut comme cet homme était tout à coup tombé du ciel. Pas certain que cela soit une bonne idée cependant Kyohei ne l’avait pas quitté des yeux alors que toujours accroupi, ce garçon avançait dans la direction opposé à la sienne. Il le connaissait. Il l’avait déjà croisé à l’agence plusieurs fois sans forcément lui parler mais il savait son nom et quelque peu sa réputation. Alors que ça aurait du être la dernière personne à aborder, la personne qu’il aurait du le plus craindre avec le karma qu’il avait en ce jour, il ne s’en inquiéta pas. De toute manière, encore une fois, il n’était plus à ça près. Il prit le carton de chat entre ses mains puis une fois debout, il se dirigea vers son vis-à-vis.

- Hey ! Le salua-t-il d’un sourire stupide - l’abruti, Dai, c’est ça ? J’espère que tu vas bien. Tu veux pas me dépanner ? C’est la misère, j’ai plus de clés, je peux pas rentrer chez moi et je suis fatigué. T’es gentil, tu vas pas me laisser là hein ? En plus...

Sur ses dires, le magicien leva les chatons à la hauteur de son visage pour qu’il les voit bien avant de prendre un ton totalement innocent et qui en émouvrait probablement plus d’un, ou plus d’une.

- J’ai trouvé ces petites boules de poils toutes mignonnes. On peut pas les abandonner là. Ils vont se faire manger après, les pauvres.  

Allez... On ne pouvait pas résister à ce genre de bestiole ! Dai ne pouvait pas le rejeter, qu’il ait pitié un peu. Un tout petit peu. Il pouvait même prendre un chaton s’il le désirait, c’était offert par la maison.

_________________
I wanna love somebody like you
I'm breathin' deeper than I've ever done and it sure feels good, to finally feel the way I do. I wanna be the man that you run to whenever I call on you when everything that loved someone finally found it's way.
 
It's raining cats and dogs... Especially cats, maybe • |
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» like cats and dogs ∞ FABIAN PREWETT
» [Partenariat] Warriors Cats Adventure
» Cats Destiny [partenariat]
» Warriors of Cats
» Cats, la Mascarade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We Love Technology ♠ :: La ville de Nishinaka ♠ :: Les logements :: Mazerumachi-