AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Femme, être une femme ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nakamura Hiroki» I ❤ Nishinaka
Avatar : Tamamori Yuta
Pseudo : Yuki
Date de naissance : 25/05/1991
Age : 25
That's what i do there : Conseiller matrimonial qui a mis en route la denshou revolution !
What about love ? : EN COUPLE et peut-être fiancé ♥
How I feel : Pouvez-vous répéter la question ?

Messages : 1732

Lun 26 Oct - 23:09
Voir le profil de l'utilisateur     


Femme, être une femme ♪Parfois on a envie de faire des nouvellement expérience ( Etre une femme → Michel Sardou )
Les sorties nocturnes, que c’était bien ! Et le mieux ? Pouvoir être accompagné d’une personne telle que Sora. Pour les nouvelles expériences sans le changement de domination, il n’y a rien de mieux.
Ne voulant pas faire tâche dans la soirée à laquelle nous allions, j’avais joué le jeu en me travestissant. Bon, par contre, le soutien-gorge, il fallait m’expliquer, de un la gorge était tout sauf soutenue et de deux, qu’est-ce que ça serrait. Pouah, mon torse de mâle était triste de ne pas être tranquille.

Puis, parlons-en de l’autre élément, les talons. J’ai cru que j’allais jouer au fléchette avec Sora comme cible et la chaussure comme flèche si l’hermaphrodite m’obligeait à en portait. C’était déjà une torture comme ça.
Comment les femmes pouvaient porter cela ? Il y avait du M en dessous ou… ?

Puis l’épilation, c’était une horreur. Pourquoi la cire, POURQUOI ? J’avais cru pleurer mais au moins je savais à quoi ressemblaient mes jambes… Elles étaient fines mais masculine… J’étais un homme quand même.

Mais sinon, c’était cool. Je m’étais amusé comme pas possible en me maquillant et en m’habillant d’une jupe et d’un chemisier. Même moi je ne me reconnaissais pas.
J’étais sûr que je serais shinki si jamais j’étais une femme.

Déambulant tranquillement dans la rue au bras de Sora aussi travestit que moi et aussi peu alcoolisé que ma personne, je jouais des hanches pour dire de ne pas me casser la figure. Les talons, cette torture.

Marchant dans la rue, je mis un cheveu de ma perruque bien comme il fallait. Il tentait de s’échapper, le fourbe ! D’ailleurs est-ce qu’on appelait cela des cheveux ? Bah oui, ça prêtait tellement à confusion et ça se mettait sur la tête. Je posais des questions étranges parfois… Enfin souvent mais chut.

Continuant de déambuler au bras de Sora je nous arrêtais avant de montrer quelqu’un. Oui, ça ne se faisait pas, et alors ?

« C’est Ren, là-bas, non ? »

C’était plus une affirmation qu’une question, malgré les apparences. Je reconnaitrais le jeune homme entre mille, donc oui. C’était lui.

« Viens. »

Sans laisser le choix à Sora, je l’emmenais vers Ren. Il devait se demander qui on était.

« Bonsoir joli Renou, tu sais que ça peut être dangereux de te promener seul, la nuit ? »

© 2981 12289 0
Shirogane Sora» I ❤ Nishinaka
Avatar : Yamada Ryosuke
Pseudo : Citrouille ♫
Date de naissance : 11/05/1990
Age : 26
That's what i do there : Maïeuticien
What about love ? : En sandwich entre Rihito et Hiroki ♥
How I feel :
Messages : 1481

Jeu 29 Oct - 18:34
Voir le profil de l'utilisateur     
Que Hiroki me propose d'aller dans une soirée, c'était une situation plutôt normale, on aimait sortir et danser pour se trouver des compagnons pour la nuit -enfin moi je ramenais plus grand monde depuis peu-. Par contre, que mon ami me propose d'aller dans une soirée sur le thème du travestissement... C'était déjà plus bizarre mais au final, j'avais été très heureux de m'occuper de Hiroki comme d'une poupée. Il n'avait pas l'habitude et du coup, je m'étais bien marré.

Je m'étais préparé en même temps que lui, épilation à la cire chaude, maquillage, habillage -avec les sous-vêtements siouplay !-. J'avais ri à presque chaque étape, déjà pour l'épilation, parce qu'il avait hurlé comme s'il était en train d'accoucher, nan je plaisante, il avait simplement pleuré comme une fillette, et aussi lors du maquillage parce qu'il s'en mettait de partout. Mais au final, c'était une très belle femme que nous avions là.

Mon petit kohai du travestissement était devenu une femme, sniff... Excusez-moi, c'est l'émotion.

De mon côté -et vu que je sais que vous mourrez d'envie de savoir à quoi je ressemble- pour l'habillement, j'avais sorti ma robe de sweet lolita avec des couleurs pastels, des chaussettes hautes blanches avec de la dentelle sur les bords. Puis tout le reste des vêtements en rose pâle ou blanc, puis bien évidemment, la perruque !
Blonde et bouclée pour ma part, ça m'allait bien au teint et ça me donnait vraiment un air adorable. Si on rajoutait la petite touche de maquillage et le serre tête avec le nœud, j'étais une vraie petite merveille, les femmes ne pouvaient que m'envier.

Oui, j'aimais me lancer des fleurs, mais il fallait reconnaître la vérité.

La marche ne fut pas une chose aisée pour Hiroki, il n'avait absolument pas l'habitude des talons, et pourtant il n'était pas perché sur une quinzaine de centimètres, mais malgré tout il avait l'air assez naturel dans sa démarche. Pas mal du tout, j'étais fier de mon petit apprenti travesti...
Alors qu'on marchait tout en se faisant reluquer sans vergogne par quelques mâles en ruts, c'était plaisant.
Hiroki montra quelqu'un du doigt, j'allais lui dire que ce n'était pas digne d'une Lady, mais ma voix resta bloqué dans ma gorge quand je sus qui il -elle- avait vu.

Ren ?! La perfection incarnée selon mes critères ?! L'homme hétérosexuel que je n'attraperais jamais dans mes filets ?!

Où ?!?! Où ça ?!?!

Et je le vis, classe -autant qu'un vendeur de glaces sur la plage-, il semblait perdu le pauvre choupinou.

Mrooww... J'avais envie de lui faire des câlins et le papouiller et l'ébouriffer et le transformer comme un nid, il serait tellement beau avec une cigogne sur la tête...

Ouah... Je partais trop loin...

Mais on se retrouva alors tout prêt du King Kawaguchi. Bon sang qu'il était beau, c'était du bonbon sur les yeux, si on cherchait magnifique dans le dictionnaire y aurait pas de définition, seulement sa photo !

Mais j'y pensais, il ne savait pas qui nous étions présentement.

- C'est vrai, tu pourrais tomber sur des personnes aux intentions malveillantes, dis-je en m'approchant avec une démarche féline. Un grand garçon aussi mignon, ça attire les regards...

Mon attitude ne collait pas avec mon accoutrement, mais qu'est-ce qu'on en avait à faire.

- Je te proposerais bien de nous accompagner à la soirée qui se tient non loin, mais... Tu n'es pas habillé pour l’événement...

C'était tellement dommage, passer une soirée avec Ren aurait été la plus belle des récompense pour moi.
Kawaguchi Ren» I ❤ Nishinaka
Avatar : Okura Tadayoshi
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 08/08/1989
Age : 27
That's what i do there : Vendeur dans un magasin de vêtements de luxe
What about love ? : Célibataire
How I feel :
Messages : 2519

Jeu 29 Oct - 23:02
Voir le profil de l'utilisateur     
Franchement, remplacer sa patronne un ou deux jours grand maximum, ça passait. Largement. La remplacer une semaine, c'était déjà bien long. Bien trop long. Mais alors presque deux semaines, voir plus... c'était un peu de la torture.
S'occuper de l'ouverture et de la fermeture du magasin, c'était plutôt sympa à faire. C'était pas très compliqué, il fallait juste faire descendre la petite barrière grillagée, et fermer la porte à clé. Même la plus imbécile des cancres pouvait le faire. Et l'ouverture, c'était simplement le contraire. De ce côté-là, Ren gérait très bien. Il n'aimait pas sa vanter ni sentir ses chevilles gonflées, mais ça, il le maîtrisait à la perfection, un peu comme s'il avait fait ça toute sa vie.
Par contre le reste... Doux Jésus. Encore un peu, et Ren irait engager quelqu'un pour faire la moitié des tâches à sa place. Enfin... il avait déjà pensé à le faire, honnêtement. Il voulait surtout quelqu'un pour s'occuper du téléphone. Parce qu'un téléphone qui sonnait à longueur de journée, c'était agaçant. Il n'avait jamais eu l'impression qu'il sonnait autant avant. Sauf que depuis qu'il remplaçait de temps en temps sa patronne dans ses tâches, il ne faisait que ça. Sonner, sonner et encore sonner ; à croire que quelqu'un s'amusait à le déranger à tout moment, juste exprès, juste parce que c'était drôle.
Vraiment, quelle vie injuste. Il lui mettait plus que la coquille d’œuf sur la tête et on pourrait l'appeler Caliméro.

Soupirant une énième fois en repensant à sa journée, il fourra mollement ses mains dans ses poches. Il rouspéta dans sa barbe non existante plusieurs fois. Il avait dit oui pour l'aider, parce qu'il se doutait que si elle le lui demandait, c'était qu'elle en avait vraiment besoin. Il avait dit oui en pensant que c'était pour quelques jours, au maximum. Il avait dit oui parce qu'il était trop gentil et que s'il avait su, il aurait dit non en tapant du pied ; enfin, il n'aurait pas pu lui dire non.
A cause de tout ça, il était fatigué, autant physiquement que moralement ; qui aurait cru qu'être « patron » d'un petit magasin était aussi épuisant ? Il avait mal partout, à force de ranger et plier les vêtements, et d'ouvrir et fermer tout un tas de cartons... Il avait dû faire un peu de ménage dans l'arrière boutique aussi, et il devait s'occuper des inventaires.
Râler était bon pour la santé apparemment, c'était pour cette raison qu'il pratiquait souvent cela en rentrant chez lui le soir, oui oui.

Il ne rêvait qu'une seule et unique chose : son lit. C'était lui qui lui donnait la force de tenir tous les jours, parce qu'il savait qu'en rentrant le soir, il serait là, à l'attendre bien sagement, les draps grands ouverts. Heureusement qu'il avait déjà mangé. Plus qu'à rentrer chez lui, se doucher et au dodo !
Il s'arrêta un instant, contemplant le ciel, mais fut brusquement interrompu dans sa rêverie par une voix. Il baissa la tête, arquant un sourcil, regardant d'un air perplexe la personne devant lui. C'était qui ? Elle lui voulait quoi ? Elle le connaissait ? D'où ? Comment ? Pourquoi ? Hein ?

Il n'eut pas le temps de se pencher sur le cas de la première qu'une deuxième femme fit son apparition. Il imita merveilleusement bien le poisson, avant de reculer faiblement. C'était qui bon sang !? Et qu'est-ce qu'elles lui voulaient ? Avait-il fait quelque chose de mal ? Voulaient-elles le tuer ? Oh mon dieu, elles allaient le tuer. Non. Pire. Elles allaient l'endormir et lui retirait un rein pour aller le vendre pour pouvoir se payer une manucure et elles reviendraient pour lui prendre son deuxième rein et ensuite elles viendraient prendre son foi... Non. Non. Hors de question. Il ne voulait pas finir en fournisseur vivant d'organes, c'était pas sur sa liste ça !! Ni dans son plan. D'ailleurs à y regarder de plus près, il avait l'impression de les connaître ces deux-là...

« Hiroki ? Sora ? », demanda-t-il, choqué et confus, « Mais qu'est-ce que vous foutez là !? »

Non, Ren, d'abord on demandait si ça allait, et après on posait les autres questions.
Lâchant un long soupir de soulagement, il ferma les yeux un instant, avant de les rouvrir pour tomber sur les deux compères. Bon, au moins, il devenait pas fou, il avait pas halluciné : ils étaient bien habillés en femme. D'accooooooord...
N'empêche qu'il se demandait vraiment ce qu'ils leur étaient passés par la tête pour en arriver là. Ils allaient où, au fait ?

« Vous euh... », débuta-t-il un peu hésitant, « Ca vous va bien ? Ouais. Si. Ca vous va bien. On vous reconnaît pas. Enfin pas tout de suite. Bref, vous m'avez fait peur »

Autant avouer la vérité directement, hein ; il n'allait pas juste pas donner les détails. Il ne parla plus pendant de longues secondes, détaillant d'un air dubitatif leurs tenues, leurs maquillages, ainsi que leurs perruques. Puis, enfin, l'ampoule s'alluma :

« Vous allez bien, au fait ? »
Nakamura Hiroki» I ❤ Nishinaka
Avatar : Tamamori Yuta
Pseudo : Yuki
Date de naissance : 25/05/1991
Age : 25
That's what i do there : Conseiller matrimonial qui a mis en route la denshou revolution !
What about love ? : EN COUPLE et peut-être fiancé ♥
How I feel : Pouvez-vous répéter la question ?

Messages : 1732

Jeu 19 Nov - 22:55
Voir le profil de l'utilisateur     


Femme, être une femme ♪Parfois on a envie de faire des nouvellement expérience ( Etre une femme → Michel Sardou )
J’adorais vraiment Sora. Déjà parce que c’était un bon coup -ce qui n’était, ma foi, pas négligeable- mais aussi parce qu’il me suivait dans mes délires. Et j’en avais beaucoup comme celui de ce soir. Avec qui d’autres j’aurais pu aller à cette soirée, franchement ? Tae était bien trop fermé d’esprit pour m’accompagner. Il campait trop sur son apparence de mâle dominant alors que, pour moi, c’était un détail. Ce n’était pas parce que j’étais habillé comme une fille que j’allais me laisser dominer… Non mais.
Zuki, quand à lui me dirait surement non pour rester avec Haruna ou ses animaux de compagnie. Sora était mon seul compagnon de bêtise expérimental avec Byakuren.

Pour en revenir à la situation actuelle, il y avait Ren qui ne comprenait rien à ce qu’il se passait et l’hermaphrodite qui était entré dans mon jeu. J’avais envie de rire à m’en éclater la bedaine… Enfin, bon.

« On est mignonne, hein ? »

Sora peut-être plus que moi car j’avais cherché à faire dans le sexy mais ce n’était qu’un détail.

« Je vais bien et toi ? »

Soyons polis, un peu.

« Et pour tout te dire… »

Non Hiroki, tu te tais avant de dire une bêtise plus grosse que toi… Trop tard.

« On t’a suivi pour te croquer mais après on a vu que t’étais plus là, on était triste et quand on t’a retrouvé on a décidé de venir te voir… Tu nous en veux de t’avoir surpris ? Pardon en tout cas… »

Je lui fis une tête digne du chat botté avant de détacher mon bras de Sora pour attraper celui de Ren. Enfin passer le mien sous le sien… Le bras pas autre chose…

Petits coquins.

« En fait, en vérité, on allait à une soirée fille-garçon ou on en revenait je sais plus, zébu une peu trow… »

Oh ça rime et j’avais dit mon « zébu ». Sentait toute la fierté qui pouvait émaner de moi à cet instant.

« De toute, tu dois venir avec nous car sinon on n’aurait trop pas de succès… Et je suis sûre que tu seras très mignonne en fille. »

C’était une évidence même. De toute, Ren un rien l’habillait… Il pouvait sortir tout nu les gens ne diraient rien, ne feraient pas de remarques et tout. Pénard… Bon, hors hiver car ça aurait été bête d’attraper un rhume à cause de ça.

« On t’apprendra à marcher avec des talons, tu n’auras qu’à jouer… »

Je touchais sa taille, son ventre et son postérieur… Hm, j’aurais peut-être pas du mais chut. Faisons comme si c’était la chose la plus naturelle au monde.

« De toute ce que je t’ai montré, surtout bien balancer… Avec ça, plein de mecs m’ont relooké et tout… »

J’étais fier de moi, le costume faisait l’effet escompté. J’étais aussi fier que content…

« Ah oui, tu n’as pas d’autre chose que de nous suivre, j’ai dit en faisant un signe de tête à Sora pour qu’il vienne. On va chez toi Madoka ? Tu as plus de chose que moi… »

J’étais Yuko pour ce soir et on trouvera pour Ren ce soir. En attendant, direction l’appartement de Sora. Pardon, Madoka.

© 2981 12289 0
Shirogane Sora» I ❤ Nishinaka
Avatar : Yamada Ryosuke
Pseudo : Citrouille ♫
Date de naissance : 11/05/1990
Age : 26
That's what i do there : Maïeuticien
What about love ? : En sandwich entre Rihito et Hiroki ♥
How I feel :
Messages : 1481

Lun 30 Nov - 15:36
Voir le profil de l'utilisateur     
L'avantage de se balader avec un Hiroki, c'était qu'on pouvait faire beaucoup de choses et expérimenter des trucs qu'on ne pourrait pas faire avec tout le monde. Rien qu'au lit, quand on se retrouvait parfois tout les deux, on pouvait laisser parler notre imagination sans avoir peur que l'autre nous regarde avec de grands yeux effarés disant clairement : "Mais ça va pas bien dans ta tête !".

Enfin bon, là Ren nous regardait clairement avec ce regard, mais pas parce qu'on lui avait proposé un Rim Train ou de faire une DP -il était trop pur pour en comprendre le sens, c'était certain-, mais il n'avait pas l'air réellement emballé par la proposition de notre Yuko de la soirée. Alors que moi j'étais totalement pour ! Pouvoir habiller, maquiller, coiffer, toucher Ren, mon rêve se réalisait, j'allais pouvoir mourir parce que j'aurais touché Dieu dans son apparence terrestre.

- Oui, allons chez moi ! fis-je en attrapant l'autre bras de Ren pour l'empêcher de fuir. Même si je m'émoustillait tout seul en faisant ce geste, je ne lâchais pas mon dieu. Tu verras, j'ai des perruques, du maquillages, des vêtements, des sous-vêtements, et des talons ! On va te rendre toute mignonne !

Il n'avait pas le choix de toute façon, et il lui faudrait lui trouver un nom de substitution pour la soirée. Mais il fallait qu'on se dépêche.

Avec un pas rapide, j'entraînais Ren -avec l'aide de Hiroki en Yuko- jusqu'à mon appartement. Une fois à l'intérieur, Madoka prit complètement le dessus sur le Sora complètement fan de Ren qui se cachait en moi, ce qui faisait que j'étais beaucoup moins en admiration -même si Ren était carrément violable et ce, en toutes circonstances-.

D'autorité, j'avais fais en sorte que Ren s'assoit sur un tabouret.

Même assis, il  reste aussi grand que moi !

Trop de perfection en cet homme véritable avec service trois pièces ! ♥

- On va commencer par le maquillage, certains préfère s'habiller avant, mais on sait jamais avec la poudre libre, ça pourrait tâcher, bref. Niveau fond de teint, la BB Cream sera parfaite, j'en ait une qui est pile poil de ta carnation, et puis je pense qu'on va rester dans le nude, on ne veut pas te donner l'air d'une femme de joie non plus !

Tout en maquillant cette peau déjà parfaite, je continuais mon laïus tout seul, j'avais réussi à caser le fait que la congolexicomatisation des lois du marché n'était plus ce qu'elle était, c'était dire si mon débit de parole était impressionnant ! Puis l'étape maquillage fut finit dès que j'eus mis un trait fin d'eyeliner pour agrandir le doux regard de notre futur jeune femme.

- Yuko, tu as préparé les vêtements ?

Je pouvais pas être au four et au moulin quand même !

Nan mais qui utilisait cette expression de nos jours ?!

Moi ?! J'étais plus vieux que je ne pensais...

Bref, j'imaginais bien Ren dans un ensemble sexy mais pas trop, le genre femme fatale mais inatteignable, un peu comme le sommet de l'Everest en tongs, si vous voyez ce que je veux dire.

J'étais sûr qu'un chemisier blanc avec un corset marron dans le style steampunk lui irait à merveille ! Le tout avec un pantalon noir skinny pour souligner ses longues jambes et une paire d'escarpins et il serait encore plus à tomber qu'il ne l'était déjà.

- Pendant que tu t'habilles, très cher ami, dis-moi ce que tu préfères comme perruque. J'ai pas mal de couleur, mais je pense que tu serais superbe en flamboyante rousse. dommage que tu n'aies pas les taches de rousseur... Sinon une longue perruque noire pour rester dans le traditionnel.

On pouvait au moins lui laisser le choix de la perruque.
Kawaguchi Ren» I ❤ Nishinaka
Avatar : Okura Tadayoshi
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 08/08/1989
Age : 27
That's what i do there : Vendeur dans un magasin de vêtements de luxe
What about love ? : Célibataire
How I feel :
Messages : 2519

Dim 13 Déc - 19:25
Voir le profil de l'utilisateur     
Aux paroles de Hiroki, Ren resta silencieux. Il ne bougea même pas, pensant tout de même à respirer, et se disait qu'avec un peu de chance, son ami se perdrait et allait finir par partir en gambadant gentiment de l'autre côté avec Sora sous le bras et que tous les deux finiraient par l'oublier.
On ne pouvait pas le lire sur son visage, mais Ren l'espérait très fort.
Il écouta d'une oreille Hiroki parler, ne sachant vraiment comment réagir et hocha simplement la tête, humant faiblement. Cool. Ca avait l'air cool. Il pouvait rentrer maintenant ? Son lit chéri l'attendait avec impatience.
Là où il fut bien conscient de la chose fut quand Hiroki lui dit qu'il allait devoir venir avec eux. … Pardon ?

Les yeux écarquillés au possible, la mine défaite, son corps entier criait « NON TOUT SAUF CA » ; et bien fort. Mais tous ces signes semblaient tomber devant les yeux d'aveugles puisqu'aucun de ses deux amis ne semblait voir son désespoir dans son regard.
Il n'avait alors envie que faire une seule chose : fuir. Le plus vite et le plus loin possible : chez lui en gros. Cependant, gentil comme il était, il s'en voudrait de s'en aller comme ça. Et puis il fallait dire que pour le moment, ses jambes refusaient catégoriquement de bouger. Les traîtres !
Il voulait rentrer chez lui sans passer par la case départ et retrouver son lit. Il voulait prendre un bon bain, aussi. Puis retrouver son lit.
Ah, son lit...

Comme une gazelle apeurée face à ses deux chasseurs, Ren tenta un premier pas en arrière. Ils allaient pas l'entraîner là-dedans quand même, si ? Ils oseraient lui faire ça, à lui !?
Il plaça sa main libre devant lui, comme pour se défendre d'une quelconque attaque.

« Vous savez, j'suis fatigué, le travail tout ça, tout ça. Je pense pas que ce soit le bon soir, m'voyez ? », comme s'il y avait un bon soir...

Au moins, on pouvait dire qu'il avait tenté. Ses paroles tombèrent dans les oreilles des deux sourds ; et il était prêt à parier que c'était à cause des perruques, ils entendaient pas bien avec tous ces cheveux sur les oreilles, il se retrouva bien malgré entraîné chez Sora. Et rien que les paroles de ce dernier commencèrent à lui faire tourner la tête. Mais qu'est-ce qu'il avait fait ? Il n'était qu'un humble serviteur du Tout Puissant, un pauvre mortel échoué sur cette île qu'était la vie.
Et là, la vie, il la subissait comme jamais. Pauvre de lui.

Ils arrivèrent chez Sora. Ren en était tellement joie que ça ne se voyait pas sur son visage, c'était dingue ; ironie ô ironie, pourquoi Diable es-tu ironie ?
Il ne savait pas vraiment ni comment ni pourquoi, mais il était assis sur un tabouret. Il lançait quelques regards désespérés vers Hiroki de temps à autre, en espérant que ce dernier retrouve ses esprits et qu'il le libère de tout ça. Il n'écoutait pas vraiment tout ce que Sora racontait. De toute manière, il ne comprenait pas la moitié.

« On peut pas rester dans le naturel ? C'est bien le naturel. C'est mieux le naturel »

Là encore, tout semblait tomber tout droit dans l'oreille d'un sourd. Bon sang, mais qu'ils retirent leurs perruques ces deux-là ! Ils entendaient rien ou quoi ?
Il protesta un bon nombre de fois pendant que Sora s'amusait à lui peindre le visage. Et au moment où il voulut s'enfuir au courant, un crayon douteux apparut dans son champ de vision et il ne bougea plus ; il avait bien trop peur que Sora lui crève gentiment un œil, ce serait dommage, il l'aimait bien, son œil.

Une fois la torture finie, il souffla bruyamment, se disant que maintenant qu'il ressemblait à … enfin qu'il ne se ressemblait plus, plutôt, Hiroki et Sora allaient certainement le laisser tranquille. Il se sentait déjà bien trop brutalisé à son goût. Mais il entendit le mot « vêtements », et une fois encore, ses cheveux s'écarquillèrent.
Ils avaient pas bientôt fini de lui faire subir tout ça !? A lui, pauvre grande chose fragile !
Il se demandait sérieusement ce qu'il avait bien pu faire. Il avait dû tuer quelqu'un sans le savoir, c'était pas possible autrement.

Il se frotta lentement la joue, alors que son regard tomba nez à nez avec les vêtements.

« Pendant que je m'habille », répéta-t-il dans un chuchotement désemparé, « Comment ça pendant que je m'habille ? Ce que je préfère comme perruque ? Oh ho ho. Stop. Je vous arrête tout de suite les demoiselles de Rochefort », dit-il le ton un peu plus dur, les sourcils froncés, « C'est hors de question que je me change. Et que je mette une perruque »

Et il avait sorti tout ce qu'il fallait pour convaincre : le ton sec, catégorique et dur. Les sourcils froncés et les traits du visage fermé, ainsi que le doigt accusateur et plein de reproches qui pointait ses deux amis.

« Si vous voulez que j'enfile ça, il faudra me passer sur le corps. Non ! Il faudra me tuer, voilà », parce que Ren, vivant, ne porterait jamais ce genre de vêtements ni de perruque, déjà que le maquillage était de trop, « Je suis gentil. Je dirai rien à la police, je porterai pas non plus plainte pour ami maltraité, mais me faîtes pas ça, s'il vous plaît... »

On remplaçant le ton sec par un ton suppliant et les yeux de chien battu. Ca marchait ça normalement non ?

« Vous voulez pas me faire subir ça au fond de vous, hein ? Hein que vous voulez pas ? », demanda-t-il, au bord du désespoir en regardant Sora et Hiroki, « Vous êtes gentils, vous voulez pas me forcer à faire tout ça. Alors on va s'arrêter là, d'accord ? On pourra rire de ce moment demain, après-demain et l'an prochain si vous voulez, mais on s'arrête là »

Le temps que ses deux amis pèsent le pour, le contre, le milieu et tout ça, Ren devait élaborer un plan B au cas où le plan A foire, tout simplement.
Il pouvait assommer Sora et Hiroki et fuir en courant comme un fou jusque chez lui. Mais n'étant pas pour la violence, il mit cela de côté. Il pouvait aussi les menacer. Mais les menacer de quoi ? Il ne se voyait pas leur dire qu'il ne leur parlerait plus jamais ; c'était trop méchant ! Il pouvait toujours leur dire qu'il couperait leurs perruques ; le menace de fouuuuu.
En d'autres mots, il ne lui restait plus grand chose à part la fuite. Jetant quelques regards autour de lui, il évalua aussi vite qu'il le put la distance qui le séparait de la porte d'entrée. Il était maquillé, certes, mais s'il courait vite, personne ne le verrait.

« Vous entendez pas ? Ecoutez bien. Concentrez-vous. Si vous vous concentrez, vous entendrez. Dégagez vos oreilles, vous entendrez mieux », il se tut quelques secondes avant de reprendre, « Vous avez entendu ? C'est mon lit. Il m'appelle. Je lui manque. Je peux pas rester, désolé »

C'était son dernier argument.
Que Dieu ait pitié de lui...
Nakamura Hiroki» I ❤ Nishinaka
Avatar : Tamamori Yuta
Pseudo : Yuki
Date de naissance : 25/05/1991
Age : 25
That's what i do there : Conseiller matrimonial qui a mis en route la denshou revolution !
What about love ? : EN COUPLE et peut-être fiancé ♥
How I feel : Pouvez-vous répéter la question ?

Messages : 1732

Jeu 21 Jan - 15:34
Voir le profil de l'utilisateur     


Femme, être une femme ♪Parfois on a envie de faire des nouvellement expérience ( Etre une femme → Michel Sardou )
Hiroki avait envie de lever les yeux au ciel et dire à Ren de se décoincer un peu. C'était bien de faire l'expérience d'être une femme, tellement qu'il avait envie de chanter tout guilleret qu'il était. Il allait essayé de se retenir sinon tout le monde allait soit désespérer, soit le taper… Et ce dernier point faisait mal. Heureusement que Ren n'était pas connu pour sa violence mais pour sa gentillesse.
Par contre Sora, il avait des doutes. Certes, il ne ferait pas le poids face à Hiroki mais on ne savait jamais. Il pouvait être plus fort qu'il ne le paraissait, le jeune homme ne savait pas tout de la force physique de l'hermaphrodite. Peut-être qui pouvait soulever deux sacs de pommes-de-terre facilement sans ciller… Des sacs de plus de cinq kilos, pas moins. C'était trop facile sinon.

Pourquoi Hiroki était parti sur une réflexion concernant les pommes-de-terres ? C'était à ne plus rien comprendre. Il devait aider Sora à travestir pas faire des frites ou de la purée. Il devait arrêter avant de se donner faim tout seul, comme un grand. Il allait finir par se taper la tête contre un mur tellement il se désespérait tout seul.

Arrivés chez Madoka, ils ne perdirent pas de temps pour s'afférer à travestir Ren… Qui se plaignait beaucoup pour la Yuko qu'il était. On applique la méthode Yui ? Allez ça pouvait être drôle… Mais c'était quoi la méthode Yui ? Il pouvait appliquer une méthode qu'il ne connaissait pas ? Visiblement, oui.

Hiroki partit dans la chambre de son amie du jour pour prendre des affaires dans son armoires et qui pourrait aller à Ren. Ils avaient quand même 20 cm d'écarts tous les deux. Cependant, il trouva ce qu'il voulais avant de revenir vers les deux zozios. Ren semblait râler toujours et, à la fin, Hiroki fronça les sourcils avant de regarder son ami. Chacorne comme il l'appelait depuis qu'ils s'étaient croisés dans le café.

« Bon, maintenant ça suffit les caprices mon petit ! Dit-il comme une mère sermonnant son enfant qui a fait une bêtise. »

Un Hiroki qui élève la voix s'était rare ça… Il fallait quand même pousser le bouchon. Là il était juste un peu trop alcoolisé.

« On t'aide à ne pas te faire kidnapper par des gens bizarres et voilà comment tu nous remercies ? »

Bizarres, ils l'étaient quand même tous les deux mais n'allait pas comprendre ce qui se passait dans la tête d'un Hiroki travesti en Yuko.

« Avoue, tu connais pas la chanson en fait… »

La chanson ? Mais de quelle chanson il parlait ce petit ? Le connaissant les deux autres devaient s'attendre à un truc étrange et ils avaient raison…

« Mi viva, mi tenor, mi nana mi bachlor cette femme est trop beau. »

On l'avait perdu là, c'était fini, son cerveau semblait avait lâché.

« Ma passion c'est les fleurs et les marteaux piqueurs une femme pour de faux. Traveloooo… »

S'il te plait Hiroki, épargne-nous la suite. Merci, t'es gentil.

« T'as compris Ran ? Ne ? Ne ? Dis oui sinon je rechante ! »

Et le pire, c'est qu'il en était capable le petit…. Ran… Pourquoi Ran… Ah pour Ren. Tout ç fait logique.

« Parce que te passer sur le corps Ran… Vaut mieux pas que tu emploies cette expression ici si tu veux pas te retrouver dans un autre lit que le tien demain matin, dit-il en montrant discrètement l'hermaphrodite du doigt pour éviter d'avoir des problèmes avec l'hermaphrodite. »

Promis, il ne sauterait pas sur Madoka, ni sur Ran.

NB : ce qui est en italique correspond aux paroles de la chanson travelo de Florent Peyre.

© 2981 12289 0
Shirogane Sora» I ❤ Nishinaka
Avatar : Yamada Ryosuke
Pseudo : Citrouille ♫
Date de naissance : 11/05/1990
Age : 26
That's what i do there : Maïeuticien
What about love ? : En sandwich entre Rihito et Hiroki ♥
How I feel :
Messages : 1481

Jeu 21 Jan - 21:53
Voir le profil de l'utilisateur     
De tout ce que Ren avait pu dire, seuls les mots "Il faudra me passer sur le corps !" pénétrèrent mon esprit et s'y installèrent bien profondément sans vouloir en sortir, laissant leur essence se déverser dans les moindres recoins de mon être. Oh comme c'était jouissif...

Règle numéro 1 : Ne jamais essayer de faire la poésie quand on est un hermaphrodite aussi pervers que Brook et Tortue géniale réunis.

Mais zut aussi, c'était moi où TOUTES les phrases de Ren avaient un sens caché ?! Entre le "Vous voulez pas me faire subir ça au fond de vous, hein ?" et "Vous êtes gentils, vous voulez pas me forcer à faire tout ça. Alors on va s'arrêter là, d'accord ?". Ça ne pouvait juste pas être seulement mon imagination fertile, perverse et complètement débridée qui avait pu inventer cela ?!

Si, si.

C'est donc sans avoir écouter aucune des récriminations de Ren que je finis par revnir sur Terre. La pauvre grande chose semblait au bout du rouleau, c'était sûr, elle devait être perdue d'être un homme maquillé de manière très féminine... Mais qu'il ne s'inquiète pas, il sera bientôt habillé de la manière la plus parfaite... Il sera prêt à être la femme idéale...

Eddie Gluskin sort de ce corps !

Mais avant que j'ai pu rassurer Ren en lui disant à quel point il serait parfaite et qu'il allait faire tourner les têtes une fois paré, Yuko se mit à chanter. Chanter très faux d'ailleurs, donc déjà, on pouvait rayer les karaoke de la liste des endroits dans lesquels aller. Elle allait nous faire perdre toute crédibilité ! Une femme se devait d'avoir le timbre clair, souvent doux mais pas... Ça !

- Stop ! tonais, leur attrapant chacun une oreille et tirant dessus assez fort.

C'est que même Ren-ze-perfection pouvait devenir agaçant, j'allais devoir remettre les pendules à l'heure.

- Maintenant vous allez m'écouter sans dire un mot sinon je vous fais avaler un tube de lubrifiant et je vous met des cache tétons hyper collants, très douloureux à enlever ! Je savais me montrer persuasif de temps en temps. Alors Ren, tu n'as plus le choix, ta vie est entre nos ongles. Maintenant tu vas bien gentiment t'habiller, te laisser coiffer et surtout te désinhiber parce que là on dirait juste une pucelle qui se prépare à la grande nuit ! Alors respire un bon coup, on ne va pas te faire écarter les jambes ni t'exploser le fondement !

Pas que je sois contre hein, j'aurais même plutôt aimer voir ce qui se trouvait là dessous. Mais j'étais déjà considéré comme un immense pervers, si en plus je prenais la réputation de violeur, ça allait pas faire monter ma cote auprès de Terazachou...

- Allez, maintenant on fait risette et on continue nos préparatifs. Après on sortira toutes les trois et on s'éclatera, la soirée sera superbe et celle qui ramènera le plus de pics à cocktail aura le droit d'embrasser Nishikido Ryo !

J'espérais que cette perspective allait les remettre un peu d'aplomb sinon j'allais devoir fermer la porte à clé et retrouver les cache-tétons... Où est-ce que j'avais pu les cacher ceux-là ? Avec les pinces crocodile peut-être ?

- Donc mon mignon petit Ren, je vais te trouve un magnifique collier. Que serait une femme sans accessoires franchement ? demandais-je comme ça en l'air sans attendre de réponse.

Oh oui, comme on allait s'amuser tous ensemble... Toute la nuit...
Kawaguchi Ren» I ❤ Nishinaka
Avatar : Okura Tadayoshi
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 08/08/1989
Age : 27
That's what i do there : Vendeur dans un magasin de vêtements de luxe
What about love ? : Célibataire
How I feel :
Messages : 2519

Jeu 21 Jan - 23:37
Voir le profil de l'utilisateur     
Ren tourna faiblement la tête vers Hiroki, haussant un sourcil. Il ne pouvait pas être plus perplexe qu'en ce moment... Lui et Sora lui faisaient subir d'attroces souffrance, et en plus, il devait lui dire merci ? Bien sûr. Et la marmotte... ~

Il ouvrit la bouche, prêt à rétorquer quelque chose. Il était Ren, d'accord, mais il allait pas se laisser marcher sur les pieds comme ça non plus, non mais oh. Cependant, la chanson de Hiroki le stoppa. Net.
Il le regarda quelques secondes, la bouche légèrement ouverte, avant de murmurer un « Pourquoi moi ? » plaintif. Il ferma les yeux, se pinça l'arrête du nez et soupira fortement, tout en laissant son ami chanter joyeusement à côté.
Il se prenait pour quoi ? Un Ténor ? Bon sang... qu'est-ce qu'il chantait faux en plus. Puis c'était quoi ces paroles ? Il les avait empruntés à qui ? Enfin, non. Il ne voulait pas savoir. C'était mieux ainsi.
Il allait vivre dans l'ignorance. Et le déni ; ses amis n'étaient pas des schizophrènes travestis, non non, ils étaient des gens tout à fait normaux.

Une douleur vint alors lui frapper l'oreille, et il râla de longues secondes tout en gesticulant faiblement. Ils avaient pas bientôt fini tous les deux ? Qu'on le laisse tranquille. Qu'on ne touche plus à ses cheveux. Ni à ses joues. Ni à ses oreilles. Bref, qu'on ne le touche plus tout court.

Le plus petit se mit à parler, et Ren l'écouta. Plus ou moins attentivement. Son expression changea de temps à autre, passant d'un visage fermé, à une mine perplexe, pour finalement se transformer en grimace outrée, et agacée. C'était quoi cette envie de mettre des caches tétons aux gens !? Mais qu'on l'enferme... Ou qu'il aille se soigner au moins. S'il voulait, Ren irait chercher une bonne clinique pour lui. Enfin, pour eux. L'un comme l'autre, ils en avaient bien besoin. Et pendant ce temps-là, lui irait consulter chez un psychologue, pour parler de ses amis louches... très louches. Le pauvre enfant, si jeune et déjà traumatisé.

Il s'humecta doucement les lèvres avant de se les pincer. Il se frotta l'oreille distraitement, tout en réfléchissant déjà à comment il allait pouvoir leur faire payer. De toute façon, ils allaient pouvoir l'oublier pendant quelques temps ; Ren ne les laisserait plus l'approcher.
Soudainement, ses lèvres se froncèrent. Il espérait convaincre qui avec ça ? Le droit d'embrasser... qui déjà ? Nikiki ? Nishikiki ? Nikishini... Bref, le monsieur. C'était qui, ça ? Il le connaissait même pas ce type, alors pourquoi ça l'encouragerait à faire tout et n'importe quoi, hein ?
Puis, il fallait le dire, il avait quelques doutes : eux allaient s'amuser, c'était certain, lui moins.

« C'est qui ce mec ? », osa-t-il demander en observant Hiroki et Sora à tour de rôle.

Il haussa rapidement les épaules avant de tourner le visage vers Sora, qui parlait à nouveau. Un collier ? … il pouvait les étrangler avec, ou ça se passait comment ?
Il grimaça, alors qu'un grognement résonna doucement au fond de sa gorge.
Minute. Ils étaient plus très frais. Et d'après son expérience, il ne fallait jamais essayer de raisonner un homme sous l'influence de l'alcool ; alors deux...

« Je suis pas mignon et je suis pas petit », râla-t-il en tapant faiblement du pied, « Et le plus important, je ne suis pas une femme »

Il croisa les bras sur son torse, fixant le plafond d'un air désespéré, et priant fort qu'une aide allait lui tomber dessus. Ou plutôt qu'elle tombe sur Sora et Hiroki, histoire de les assommer quelques heures. Ouais. Bon plan. Qu'est-ce qui pouvait donc leur tomber dessus ? Le lustre, peut-être. Hm...
Ses yeux se posèrent une nouvelle fois sur ses amis, et il les observa. En silence.
S'il les laissait faire, il aurait peut-être un peu de change, et pourrait rentrer plus tôt que s'il se débattait. Mais il ne voulait pas. Et quand Ren ne voulait pas, il ne voulait pas ; caractère d'homme des cavernes, oui, et il assumait... presque tous les jours.

Un simple « Vous me fatiguez » s'échappa de ses lèvres alors qu'il se massait le front. Il soupira, encore et encore, baissant le visage au fur et à mesure que le temps s'écoulait. Ses épaules se levèrent un instant, avant de s'affaisser brutalement.
Il garda les bras croisés sur son torse, avant de relever la tête, ancrant son regard sur les deux silhouettes non loin de lui.

« Je mets ton collier », grinça-t-il entre ses dents, « Je mets ta tenue. Je vous laisserai qu'une minute pour regarder, rire, danser. Ce que vous voulez. Mais pas chanter », dit-il en s'adressant à Hiroki, « Sans te vexer, ne deviens pas chanteur, vaut mieux pas »

Il ne parla plus pendant quelques secondes, mais ne laissa pas pour autant le temps à Hiroki ou à Sora de faire quoi que ce soit qu'il renchérit :

« Mais. Parce qu'il faut bien un mais. Je n'accepterai pas aussi facilement. Après que la minute soit passée, j'enlève tout ça, seul, sans l'aide de personne et je rentre chez moi », un fin sourire mauvais prit place sur ses lèvres avant qu'il ne continue, « Et vous devez me promettre... non, plutôt ne pas oublier que vous me devez quelque chose en retour. Je choisirai ce que ce sera, évidemment. Et vous le ferez. Sans poser de questions. Sans résister. »

Il arqua un léger sourcil, questionnant silencieusement ses amis.

« Et une autre chose : vous ne me toucherez plus. Jamais. De près ou de loin. Ja-mais »
 
Femme, être une femme ♪
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Récompense pour une femme-poisson
» MR. HRM Ҩ je vous déclare maintenant mari et femme, vous pouvez actualiser vos statuts facebook.
» Un pierre de mort pour une femme faite de poison [Ritournelle]
» Compliments à ma femme et à ses Léopards
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We Love Technology ♠ :: La ville de Nishinaka ♠ :: Les logements :: Nishinaka no Hirokouji-