AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 I'm glad you came ▬

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kawaguchi Ren» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Okura Tadayoshi
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 08/08/1989
Age : 28
That's what i do there : Vendeur dans un magasin de vêtements de luxe
What about love ? : Célibataire
How I feel :
Messages : 2519

Mer 28 Oct - 0:03
Voir le profil de l'utilisateur     
On était mercredi. Le début de semaine était passé depuis peu, et la fin arrivait lentement, mais sûrement.
Pourtant, il avait tout simplement l'impression d'être un lundi. Un mauvais lundi. Vous savez, celui où plus rien ne marchait, ou tout allait de travers, où le café était dégueulasse et qu'il faisait pas très beau dehors. Ce genre de lundi-là.
Enfin, c'était un peu lundi tous les jours en ce moment. A part hier, où Ren avait eu un jour de congé, Dieu soit loué.
Et s'il avait su, il serait resté au lit ce matin. Et aurait posé congé pour le reste de la semaine... non, du mois. Ca aurait été une bonne idée, très bonne même, sauf qu'il n'y avait pas pensé. Quel imbécile.

Et il y pensait seulement maintenant qu'il était entouré de clients et qu'il ne savait plus où donner de la tête. Et dire que c'était comme ça depuis quelques jours... Il n'avait même pas eu de temps pour lui. Il allait au travail, il rentrait, se douchait, mangeait et dormait. Le lendemain, il se levait, mangeait et allait au travail. Et ainsi de suite. La patronne étant souvent absente, c'était lui qui s'occupait de la fermeture et de l'ouverture du magasin, mais lui aussi qui s'occupait des derniers détails : ranger le magasin, plier des vêtements, en mettre des nouveaux sur les étagères, compter, plier, balayer... Parfois sa collègue restait et l'aider, et d'autres fois non ; elle avait des obligations ailleurs qu'elle disait.

Heureusement qu'il était calme en toute circonstance ; quelqu'un d'autre aurait sans doute déjà fait un meurtre. Entre le premier qui ne savait pas quel tissu était le mieux pour sa peau, l'autre qui hésitait parce que son mari devait aimer ce qu'elle portait, l'autre encore qui voulait faire des choses louches et mélangeait toutes les tenues, alors que non, c'était pas possible ; Ren le lui avait au moins dit 3 fois, si ce n'était plus. Et il y avait la dernière, qui ne savait tout simplement pas pourquoi elle était là, mais elle était là. Et quitte à y être, autant venir demander de l'aide au vendeur, hein. Ben oui, ce n'était pas comme s'il avait d'autres clients, hein.
Alors il courait partout, tentant de les satisfaire au mieux sous le regard désespéré de sa collègue qui subissait le même sort que lui. Et la patronne dans tout ça ? Elle était partie, affaire urgente qu'elle avait dit. Elle lui avait confié les rennes du magasins ; il aurait pu espérer une promotion, mais avec 2 employés, c'était un peu difficile. Et puis, il n'avait pas pu dire non quand elle lui avait demandé si ça ne le dérangeait pas de prendre tout en mains. Il aurait dû dire non, partir, courir, loin, très loin.
Parce qu'en plus des clients, il y avait ce téléphone qui ne cessait de sonner ; c'était quoi, un complot ?

C'était pour ça qu'aujourd'hui, c'était un lundi. Ren en était convaincu, quelqu'un devait lui en vouloir, c'était pas possible autrement. Aujourd'hui, et les jours d'avant, et sans doute ceux d'après aussi. Quelle vie.

Ses clients étant -enfin- partis, Ren en profita pour aller répondre une nouvelle fois au téléphone. Il surveillait que sa collègue s'en sortait de son côté, tout en parlant à son interlocuteur.
Quelques minutes plus tard, il s'excusa ; une nouvelle cliente venait de rentrer, et sa collègue ne pouvait pas s'occuper d'elle.
Il raccrocha alors le combiné, et partit vers la nouvelle arrivée, l'accueillant d'un doux sourire, et sifflant un rapide « Bonjour »

Tiens, mais n'était-ce pas Miya ? Ca faisait un petit moment qu'il ne l'avait plus vu... Il n'avait pas pu aller au café où elle travaille à cause de son propre travail. Quelle vie injuste. Son sourire lui avait tellement manqué, il lui redonnait toujours de l'énergie. Elle était peut-être magicienne, ou un truc comme ça.

« Ca fait longtemps », dit-il doucement, le sourire toujours aux lèvres, « Tu vas bien ? »

Elle débarquait un peu comme un rayon de soleil ; ça tombait bien, il en avait grandement besoin aujourd'hui.

« Qu'est-ce qui t'amène ici ? »
Takahashi Miya» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Ishihara Satomi
Pseudo : Yuki
Date de naissance : 14/02/1992
Age : 25
That's what i do there : Serveuse au café de l'entre deux à Mazerumachi avec Bya ♥ et NSA
What about love ? : Love ? Are you Serious ?
How I feel :
Messages : 647

Mer 28 Oct - 14:58
Voir le profil de l'utilisateur     

I'm glad you came

Miya se changea après son service au café où elle travaille depuis qu’elle est entrée dans la NSA. Elle avait également pris une longue douche avant de partir dans son dressing pour choisir ses vêtements avec soin. Mais pour faire quoi exactement ?

Penchant la tête sur le côté, la jeune femme réfléchit tout en maintenant sa serviette pour éviter qu’elle tombe. Allez faire un soin ? Non, elle n’avait pas envie. Aller à la NSA ? Non, elle était à jour dans ses dossiers. Chez le coiffeur ? Non plus, elle y était allée il y a peu… Qu’est-ce qu’elle allait bien pouvoir faire ?

Du shopping ! Voilà ce que Miya allait faire !

Par contre, aujourd’hui, Takahashi avait envie de vêtements spéciaux… Enfin d’aller dans un magasin spécial.

Elle prit des collants, une jupe ainsi qu’un chemisier blanc avant d’aller s’habiller. Une fois cela fait, la jeune femme se maquilla légèrement avant de mettre une manchette à son poignet. Pour les cheveux, ils étaient très bien là où ils étaient alors autant ne pas y toucher.

Lorsqu’elle fut prête, Miya vérifia que ses animaux avaient tout ce dont ils avaient besoin, puis, glissa ses pieds dans une paire de botte à talons. Elle sortit ensuite, direction le Shopping Center de Nishinaka no Hirokuji.

Avoir une après-midi de libre pendant un mercredi devait être la meilleure chose qui soit. Quoi de mieux pour observer les passants, voir ce qu’ils faisaient ? Son travail d’agent, ce que son grand-père faisait pour les habitant tout cela lui tenait trop à cœur pour l’oublier.

Arrivée au lieu désiré, Miya sourit avant d’entrer dans le Shopping center, gorgé de monde. Cette foule ne lui faisait pas peur et c’est en appréciant le bruit de ses talons qui claquent sur le sol qu’elle arrivait à la boutique de son choix.

Un magasin de luxe. Là où il travaille.

La jeune femme poussa la porte et le bruit du hall s’estompa lorsque celle-ci se referma. Elle ne pouvait nier que ça faisait du bien à ses oreilles.

Un sourire vint orner ses lèvres en voyant s’approcher un vendeur. Un vrai sourire, pas un faux comme elle avait l’habitude de faire et qui ressemblait comme deux gouttes d’eau à son actuel.
Miya ne se fit pas prier pour avancer vers le vendeur.

« Ren, bonjour. Je vais bien et toi ? Pas trop fatigué ? »

Miya était vraiment contente de voir Ren qui était un client assez régulier au café. Cependant, le jeune homme n’était pas venu depuis un moment et elle devait avouer qu’il lui manquait un peu… D’accord un peu plus qu’un peu mais pas plus alors.
Puis, elle devait aussi vérifier s’il était aussi adorable qu’elle le pensait, les denshou n’étaient pas tous calme. Pourtant le grand-père de la jeune femme faisait tout pour le bien-être des habitants de Nishinaka.

Il fallait toujours que certains se plaignent.

« Je fais du shopping, je ne me rappelais plus que tu travailles ici. En tout cas, je suis contente de te voir car ça fait un moment que tu ne passes plus au café, j’étais triste… »

La moue boudeuse presque triste pour appuyer ses dires, Miya se garda bien de dire à Ren qu’elle savait très bien qui faisait quoi dans la ville. Elle était NSA, petite-fille de Terazawa et puis elle appréciait le jeune homme alors autant savoir où le trouver.

« Mais maintenant je suis là, toi aussi alors je suis contente. Je peux voir les derniers articles que vous avez reçus ? »

Doucement Miya avant que tu ne perdes Ren. Déjà passer de la moue boudeuse au sourire c’était trop éloigné et en plus sauter du coq à l’âne ainsi… C’était le grand-huit et une solution pour perdre ton interlocuteur.

Mais qu’est-ce que pouvait Miya dans le fait que Ren chamboulait toutes ses pensées ?
© 2981 12289 0
Kawaguchi Ren» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Okura Tadayoshi
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 08/08/1989
Age : 28
That's what i do there : Vendeur dans un magasin de vêtements de luxe
What about love ? : Célibataire
How I feel :
Messages : 2519

Jeu 29 Oct - 23:05
Voir le profil de l'utilisateur     
Le sourire toujours accroché aux lèvres, il se contenta de hocher lentement la tête, répondait silencieusement à la question de la jeune fille. Il allait bien. Pas trop fatigué. Enfin, il était pas non plus au point pour aller courir partout en agitant les bras ; il avait pas autant d'énergie le pauvre garçon, mais sa fatigue, il la gérait.

Un bref regard en arrière et il s'assura que sa collègue s'en sortait toujours avec ses clients. De toute façon, à partir de maintenant, il ne pouvait plus l'aider : il s'occupait de Miya, et personne d'autre. Son regard se reposa bien rapidement sur la jeune femme devant lui, écoutant ce qu'elle disait.
Un faible « Eh ? » franchit la barrière de ses lèvres avant qu'il ne se mette à paniquer. Elle était triste ? A cause de lui ? Il n'aimait pas rendre les gens qu'il appréciait triste. Ce n'était pas ce qu'il voulait. Mais il n'avait eu aucun moyen de lui dire qu'il ne pouvait pas venir ; le travail, tout ça, tout ça. Il aurait dû envoyer une lettre, avec preuves à l'appui qu'il ne pouvait pas se déplacer et passer un petit moment au café. Il aurait dû faire ça, mince. Il n'y avait pas pensé.
Commençant déjà à chercher un moyen de consoler la demoiselle, il agita doucement une main, comme s'il avait peur qu'elle ne se mette à pleurer, mais surtout pour qu'elle retire cette mine triste de son doux visage. Il préférait quand elle souriait...

« Déso... », furent les seuls lettres qu'il put prononcé avant qu'il ne soit stoppé par les paroles de Miya. Sa main s'arrêta brusquement de bouger alors qu'un « Hein ? » frôla ses lèvres dans un chuchotement à peine audible. Il avait pas loupé un truc là ?

« Euh... », commença-t-il ; ce pauvre enfant n'avait que deux de tens', il fallait aller à son rythme, « Oui. Je vais te montrer ça. Suis-moi », enchaîna-t-il rapidement.

Il fit un petit signe de tête pour lui indiquer de le suivre et partit en direction du rayon voulu. Il désigna rapidement les articles du doigt, et se permit d'observer Miya du coin de l’œil. Un fin sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'il glissait l'une de ses mains dans sa poche. L'autre partit se perdre dans ses cheveux qu'il ébouriffa faiblement, et termina sa course sur sa nuque, qu'il se frotta rapidement.
C'était étrange, mais rien qu'en quelques minutes, il avait l'impression que tout le poids de ces derniers jours de travail venait de quitter ses épaules. Maintenant que Miya était là, il avait l'impression que la journée allait bien se passer. Que tout allait bien tourner. De plus, depuis qu'elle était entrée, il n'entendait plus la sonnerie incessante du téléphone.. et qu'est-ce que ça faisait du bien ; elle était vraiment une magicienne, c'était pas possible autrement.

Et puis, il était aussi content de la voir. Il ne lui dirait sans doute, mais elle lui avait un peu manqué. Elle et son beau sourire. Dès qu'elle souriait, tout le monde lui souriait, c'était comme ça que ça marchait avec Miya. Tout du moins, c'était comme ça que ça marchait avec Ren, il ne pouvait pas s'en empêcher.

« Désolé de pas être passé au café », dit-il, « Crois-moi, j'aurais bien voulu passer, mais le travail, le travail et encore le travail »

Il n'avait même pas eu le temps de se prendre un bon bain le pauvre garçon. Enfin, il aurait pu. Mais s'il prenait une douche, il irait plus rapidement au lit. Et donc plus vite au lit voulait dire plus vite endormi. Plus vite endormi voulait dire plus de sommeil. Et ainsi de suite. C'était une logique qu'il avait construit tout seul, de A à Z ; et ça devait se remarquer.

« C'est la folie en ce moment. Je dois m'occuper d'un peu tout vu que la patronne est occupée ailleurs », ajouta-t-il dans un léger haussement d'épaules.

Il ne savait pas ce qu'elle faisait, d'ailleurs. Enfin, dans le fond ça ne le regardait pas et il se voyait mal lui demander ce qu'il se passait. Elle avait peut-être des soucis trop personnels pour en parler ?
Il allait bien finir par savoir un jour, et sinon tant pis, ce n'était pas vraiment ça qui l'empêcherait de dormir la nuit ; même si ça l'inquiétait un peu.
Il entendit sa collègue non loin de lui, en train de rouspéter contre un client. Il la réprimanda d'un léger froncement de sourcils tout en secouant rapidement la tête. Il savait que certains pouvaient être agaçants, mais métier oblige, ils ne devaient pas se laisser aller et rester calmes et polis, tout le temps.

« Alors, il y a quelque chose qui t'a tapé dans l’œil ? », demanda-t-il en reportant son attention sur Miya, un sourire aux lèvres, tout en montrant les vêtements qu'elle avait voulus voir d'un signe de tête.
Takahashi Miya» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Ishihara Satomi
Pseudo : Yuki
Date de naissance : 14/02/1992
Age : 25
That's what i do there : Serveuse au café de l'entre deux à Mazerumachi avec Bya ♥ et NSA
What about love ? : Love ? Are you Serious ?
How I feel :
Messages : 647

Sam 31 Oct - 14:06
Voir le profil de l'utilisateur     

I'm glad you came

Pauvre Ren, il avait déchaîné la Miya enthousiaste, spontannée, qui change de sujet aussi vite que les daltons s’échappent du pénitencier hautement gardé. C’est-à-dire souvent… Mais ça ce n’était pas à Nishinaka que ça arriverait.
Pour en revenir à la petite Takahashi, elle suivit le vendeur avec son ami joie. La jeune femme était vraiment contente qu’il s’occupe d’elle et la raison de ce bonheur l’importait peu. Pourquoi se prendre la tête ?

Par contre, si elle pouvait éviter de sautiller partout comme elle en avait envie ça serait bien. Heureusement qu’elle avait l’habitude de se contrôler en toute circonstance car c’était une vraie pile électrique quand elle s’y mettait… Impossible de l’arrêter.

Puis, Ren expliqua pourquoi il n’avait pas pu passer… Oh, le petit choupinours. Miya voulait lui faire un câlin puis dire à cette patronne qu’on n’avait pas le droit de faire trop travailler le vendeur. Elle imaginait la déception de l’agente à la fin de son service quand elle se rendait compte que Ren n’était pas passé ?
Il aurait pu aussi envoyer un message à Miya mais elle ne pensa pas à cela. Et, de toute façon, elle pardonnerait le jeune homme donc c’était du pareil au même.

En tout cas, la jeune femme, ne pouvait s’empêcher de sourire et regarder le jeune homme. Il avait l’air détendu, c’était bien. Elle adorait voir les gens de la ville être heureux, épanouis et, pour elle, le travail de la prison de Nishinaka était de montrer au denshou qu’on pouvait être très heureux dans cette ville.
Oui, elle était un peu naïve quand il s’agissait des projets de sa famille. Mais on lui pardonnait, non ?

Puis, le vendeur fronça les sourcils perdant un peu plus Miya… C’était le seul moment où la redoutable NSA devenait pire qu’une groupie devant son idole. Heureusement qu’elle ne bavait pas.

Miya atterrit sur terre lorsque Ren lui signala les vêtements face à eux et Takahashi les examina avec soin. Il fallait qu’elle soit parfaite, irréprochable. Ainsi, elle montrait le bon exemple à ses collègues et aux autres citoyens. Ainsi, son grand-père continuerait à être fier d’elle, enfin elle l’espérait.

Est-ce que quelque chose lui avait tapé dans l’œil ?

La jeune femme pencha la tête sur le côté regardant le choix qui s’offrait à elle. Il y en avait tellement mais elle trouverait, elle en était sûre et certaine. Miya y croyait.

« Ah ! »

Oui, là, elle le voyait, elle la voyait, elle les voyait. Miya venait de voir des vêtements qui, elle espérait, lui iraient bien. Normalement oui.

« Je veux bien essayer ça, ça, ça puis ça, et pourquoi pas ça, dit elle en montrant chaque vêtement pour que Ren sache de quoi elle parlait. »

C’était fou comme avoir vu un simple détail d’un vêtement lui donnait envie de l’essayer. Son compte en banque allait surement en prendre un coup mais pour une fois. De plus, ce n’était pas comme si Miya était une mauvaise agente ou une mauvaise dépensière. Elle avait de quoi se faire plaisir donc. Et pour ça, la jeune femme sourit avant de reposer son regard sur Ren avant d’avoir une illumination.

« J’aimerais bien aussi essayer une tenue choisie par toi. »

Son sourire sur les lèvres, pour montrer qu’elle était sérieuse, Miya regarda l’ensemble de la boutique pour se donner une idée. Elle espérait simplement que le jeune homme n’allait pas dire non ou regretter d’avoir la jeune femme comme cliente.

Miya serait triste si c’était le cas.

« Et quand je dis tenue c’est chaussure et accessoire compris… Prêt à relever le défi ? Elle a demandé avec un sourire joueur cette fois. »

Curieuse de nature, la jeune femme avait hâte d’avoir la réponse du vendeur et de voir ce qu’il allait lui proposait s’il disait oui… Ce qu’elle espérait fortement.
© 2981 12289 0
Kawaguchi Ren» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Okura Tadayoshi
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 08/08/1989
Age : 28
That's what i do there : Vendeur dans un magasin de vêtements de luxe
What about love ? : Célibataire
How I feel :
Messages : 2519

Dim 1 Nov - 23:21
Voir le profil de l'utilisateur     
Miya désigna les vêtements qu'elle souhaitait essayer, et Ren prit bien soin de les observer, hochant faiblement la tête à chaque fois. Lentement, ses mains se mirent à effectuer leurs gestes quotidiens. Il décrocha chaque habit avec précaution pour ne pas trop les froisser et les déposa sur son avant-bras.
Il allait partir vers la cabine d'essayage quand son regard fut happé par celui de la jeune femme. Il arrêta tout mouvement pendant quelques secondes, avant qu'elle ne se mette à parler.

Il cligna plusieurs fois des yeux, ouvrant et fermant la bouche comme un joli petit poisson hors de l'eau. Une tenue choisie par lui ? C'était rare qu'on lui demandait ça... Il n'avait pas vraiment l'habitude de choisir pour les autres, il était juste là pour conseiller.
Entre choisir et conseiller, il y avait tout un monde... non ?
Parce que s'il se ratait, non seulement il allait passer pour un mauvais vendeur, mais en plus, il allait passer pour un mauvais vendeur aux yeux de Miya. Ce serait la catastrophe.

Il se pinça doucement les lèvres, essayant déjà de réfléchir à ce qu'il allait bien pouvoir lui proposer. Une robe ? Un ensemble ? Une jupe ? Une chemisier ? C'était pas comme s'il n'avait pas le choix, hein.
Ses pensées s'arrêtèrent brusquement à la remarque de la jeune serveuse. Chaussures et accessoires compris ?
Il observa Miya un moment, voulant s'assurer qu'elle était sérieuse, avant de grimacer faiblement dans son coin. Mince. S'il se ratait sur tout, c'était foutu. Il se voyait déjà perdre son travail, ses amis et son appartement. Pessimiste ? Non. Peu sûr de lui plutôt.
Néanmoins, il hocha doucement la tête, et offrit un petit sourire à la jeune femme, avant de murmurer « Je m'en charge ».

Se mordant légèrement la lèvre inférieure, son regard se mit à voyager sur chaque bout de tissu qui l'entourait. Bien, il allait profiter que Miya soit dans la cabine pour aller se perdre dans les rayons et lui choisir une tenue.
De ce fait, il partit vers les cabines, et alla déposer les habits dans l'une d'elle. Il sortit rapidement, et invita Miya à y entrer.

« Je vais aller te chercher une tenue pendant que tu te changes »

Il lui sourit avant de fermer le rideau devant lui. Il soupira faiblement et partit vers les rayons ; que l'aventure commence !

Il fit plusieurs fois le tour, ne prêtant aucunement attention aux autres clients et à sa collègue. Tout ce qu'il avait en tête maintenant était de trouver la tenue parfaite pour Miya, et rien ni personne ne pourrait le déranger.

Il finit par faire son choix après un énième tour : un pull blanc faiblement rayé à col large, un gilet gris clair, assez long, qui arriverait certainement aux mi-cuisses de la jeune femme, et un pantalon blanc, de type slim, qui mettrait les belles jambes fines de Miya en valeur.
Pour les chaussures, il opta pour des escarpins rayés blanc et gris clair. Pour le reste, il choisit simplement l'une des dernières écharpes qu'il venait de recevoir : blanche, en laine ; elle avait l'air de tenir bien chaud.

A chaque fois qu'il prenait un vêtement, il allait directement le poser près des cabines d'essayage, histoire d'avoir tout à porter de mains quand Miya sortirait. S'arrêtant un moment, il souffla en remarquant que la jeune fille n'était toujours pas sortit. Il avait encore un peu de temps... Il repartit alors, et alla prendre un petit sac à main.
Il s'agissait d'un mini sac en cuir, possédant une bandoulière en chaîné doré et une fermeture par bouton pression. Pour la dite fermeture, un simple et sublime « GG » doré étincelait. Il était plutôt multifonctions et avait plusieurs poches intérieures. Ren entendait souvent les clientes dire que le cuir était doux, mais surtout, que le sac était agréable à porter parce qu'il allait avec n'importe quelle tenue.
Et il devait avouer que c'était sans doute le seul sac qu'il trouvait pas trop moche.

Il accéléra le pas en remarquant que Miya venait d'ouvrir le rideau et posa le sac près des autres vêtements, avant de débarquer devant elle comme s'il n'était presque pas parti.

« Alors, les vêtements ? Ca a donné quoi ? Il y en a que tu gardes ou tu souhaites faire d'autres essayages ? »

Il fit semblant de ne pas voir les gestes de sa collègue un peu plus loin, gardant son sourire accroché aux lèvres.. Miya d'abord, elle ensuite ; c'était la règle !

« Mais avant que tu n'ailles faire d'autres essayages, je t'apporte la tenue que tu m'as demandé », qu'il dit tout en récupérant les habits et en allant les déposer dans la cabine, « Appelle-moi quand tu as fini. J'espère que ça te plaira »

Il inclina faiblement la tête, s'excusant silencieusement et partit aider sa collègue à régler son souci.
Takahashi Miya» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Ishihara Satomi
Pseudo : Yuki
Date de naissance : 14/02/1992
Age : 25
That's what i do there : Serveuse au café de l'entre deux à Mazerumachi avec Bya ♥ et NSA
What about love ? : Love ? Are you Serious ?
How I feel :
Messages : 647

Jeu 19 Nov - 21:37
Voir le profil de l'utilisateur     

I'm glad you came

En un seul coup d’œil, Miya savait plus que quiconque ce qui lui allait ou non mais aimait aussi qu’on lui propose des choses. Qu’elle voit comment les autres l’imaginaient dans telle ou telle tenue. C’est pour cela, qu’après avoir désigné à Ren, les vêtements qui l’intéressait, la jeune femme l’avait mis au défit de lui trouver une tenue complète.
Bien entendu, elle avait dit cela parce qu’elle avait vu tous ces accessoires, ces chaussures, ces sac-à-mains. Puis, c’était mieux pour corser un peu le défit.

Avec son éternel sourire, l’agente suivit le vendeur jusqu’à la cabine et ne se fit pas prier pour y rentrer lorsqu’il lui proposa. Il fallait aussi dire que c’était une personne très obéissante, même si, à ses yeux, son seul véritable patron restait son grand-père. Son modèle.

« D’accord, bon courage, dit-elle avant d’entrer dans la cabine. »

Pendant qu’elle était dans la cabine, Miya lâcha son sourire. C’était mieux pour ses zygomatiques qui commençaient à être douloureux. Certes, elle ne se forçait jamais pour sourire quand Ren ou une personne qu’elle appréciait été dans le coin mais ce n’était pas facile de sourire à longueur de journée. Au bout, d’un moment, ça lançait un peu trop. Enfin, point positif, elle n’avait pas à travailler ces muscles avec une machine spéciale.

La jeune femme, essayait toutes les tenues qu’elle avait sélectionnées et les examina avec soin. Aucun angle n’était laissé de côté et, pour cela, on pouvait remercier les cabines à double miroir. Grâce à cela, elle n’aura pas de torticolis, c’était bien ! Génial même !

Ainsi, elle voyait que ce jean serait parfait avec ce haut alors que cette jupe et cette chemise fluide avait un côté sophistiqué qui pouvait se renforcer avec des accessoires. Puis, il y avait cette robe qui, grâce à la ceinture, marquait sa fine taille et celles qui pourraient très bien passer lorsqu’elle travaillait au café. Byakuren ne lui imposait pas de tenue et c’était tant mieux car Miya adorait rester des heures devant sa garde robe le matin. Enfin, plutôt des minutes… Une heure au maximum.
Heureusement, que c’était une personne matinale, organisée et ponctuelle. Elle n’avait aucuns problèmes de temps grâce à cela. On pouvait remercier les arts martiaux qui l’avait été à devenir rigoureuse.

Voulant tout examiner, Takahashi mit du temps avant de se décider sur ce qu’elle prenait ou non. Malheureusement tout lui allait mais son compte en banque risquait de crier famine si elle prenait tout. Dure vie.

Penchant la tête sur le côté, Miya entra dans une longue réflexion qui se termina sur le fait, qu’au final, elle pouvait tout prendre. En tant que meilleure agente de la NSA et chouchoute de son patron au café, elle avait de quoi se faire plaisir sans que son banquier appelle « SOS compte en détresse ». Soulagement.

C’est, donc avec un sourire non feint, que la jeune femme ouvrit le rideau. Elle retrouva Ren comme s’il n’avait pas quitté son poste et attendant sagement que sa cliente sorte… Cliente qui achèterait bien le vendeur si elle pouvait mais, à y réfléchir, c’était surement une mauvaise idée.

Oui, un humain n’était pas un objet et elle se voyait mal enfermer le vendeur dans une cage… Même si avec un lit et une baignoire, il serait surement ravi.
Non, avec seulement cela elle risquait de s’ennuyer fermement.

« Tout s’est bien passée, et j’hésite à faire d’autres essayages… »

Qu’elle attende au moins de voir le prix de ses achats avant de se décider mais aussi ce que Ren lui proposait.

« Oh merci, dit-elle faiblement alors qu’il mettait les vêtements fraichement choisis dans la cabine. »

Grâce à lui, la jeune femme avait encore du temps pour se décider et elle le remercia intérieurement avant de se changer, une nouvelle fois.

Au vu des couleurs des vêtements, elle ne se fit aucun souci quant au résultat. Puis, elle avait confiance dans les choix de Ren, tout sera parfait.

Lorsqu’elle eut fini de mettre les habits, Miya glissa ses pieds dans les escarpins et soupira de soulagement en constatant que c’était comme mettre ses pieds dans des pantoufles. Des pantoufles de vairs, bien sûr.
Mais, ce n’était pas étonnant lorsqu’on savait que la serveuse portait des talons presque tous les jours. Sa forme avait, presque, pris la forme des chaussures à talons. Presque parce qu’elle ne marchait pas sur la pointe des pieds lorsqu’elle était chez elle ou qu’elle mettait des chaussures plates… Ce qui arrivait assez peu.

La jeune femme ouvrit ensuite le rideau, laissant la tenue pour que Ren puisse voir le résultat. D’ailleurs, en parlant de tenue, Miya allait devoir en laisser d’autres ici. Eh oui ! Il fallait savoir rester raisonnable.

« Ren ? »

Elle n’avait pas crié, non elle avait prononcé son prénom comme une douce mélodie, une douce musique. Miya attendit son arrivée avant de tourner lentement tout en tenant la chaîne du sac pour qu’il puisse voir le résultat en entier.
Sac bien pratique entre nous et la jeune femme saurait faire bon usage de toutes ses fonctionnalités.

« Qu’est-ce que tu en penses ? »

Pour cette tenue, l’avis du vendeur comptait plus que le sien ou celui de quelqu’un d’autre. Après tout, c’est lui qui l’avait choisie.
© 2981 12289 0
Kawaguchi Ren» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Okura Tadayoshi
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 08/08/1989
Age : 28
That's what i do there : Vendeur dans un magasin de vêtements de luxe
What about love ? : Célibataire
How I feel :
Messages : 2519

Jeu 26 Nov - 0:30
Voir le profil de l'utilisateur     
Il avait espéré que le souci de sa collègue ne soit pas trop important. Il ne voulait pas délaisser Miya et voulait rester avec elle jusqu'au bout.
Sa collègue lui avait rapidement expliqué ce qui n'allait pas. Devant lui se tenait un livreur, qui faisait parti de la compagnie de livraisons que le magasin engageait. Et la seule chose qu'il demandait était une signature.
L'homme affirma qu'il devait avoir sur son papier la signature du patron du magasin. Manque de chance, la vraie patronne n'était pas là. Mais Ren avait déjà fait ça plusieurs fois durant les jours précédents, il pouvait aisément signer les papiers. Du moins, tous les autres livreurs n'avaient pas été très regardant sur ce détail après les explications de Ren.
Mais celui-là... Il semblait bien être décidé à avoir la signature de la patronne. Et Ren avait beau lui expliquer qu'elle n'était pas là, et qu'elle n'allait pas revenir avant un moment, l'autre n'écoutait que d'une oreille, répétant sans cesse que la signature de la patronne était nécessaire.

Ne trouvant aucune solution avec le garçon, Ren téléphona directement à la compagnie de livraisons, histoire de pouvoir enfin signer ce papier et pouvoir repartir servir Miya.
Il resta donc au téléphone plusieurs minutes, expliquant avec calme la situation. Il précisa que les autres livreurs s'étaient contentés de sa signature et qu'apparemment, la direction aussi puisque personne n'était venu réclamer.

Après plusieurs autres minutes, il put enfin signer le papier du livreur, qui s'en alla tout aussi vite qu'il était venu.
Soupirant quand le garçon quitta le magasin, Ren espérait que sa patronne reviendrait rapidement. Il adressa quelques mots à sa collègue, lui proposant de continuer de s'occuper des clients qui viendraient. Lui irait s'occuper des cartons et du rangement plus tard.

Il entendit la voix de Miya qui l'appelait, et se rendit directement vers les cabines. Il lui sourit doucement en arrivant devant elle, s'inclinant rapidement une nouvelle fois pour s'excuser à nouveau.
Croisant les bras sur son torse, il se mit à observer Miya. Elle portait la tenue qu'il avait choisi pour elle.
Quand il avait choisi, et rien qu'en voyant les vêtements, il avait tout de suite pensé qu'ils iraient bien à Miya. Mais voir la chose en vrai, c'était encore mieux. Ca ne lui allait pas que bien, ça lui allait divinement bien.

« Ca te va à la perfection », avoua-t-il en souriant, « C'est dingue ce truc que tu as de pouvoir sublimer n'importe quel vêtement »

Parce que non, ce n'était pas les vêtements qui rendaient Miya merveilleuse ; c'était elle qui les rendait merveilleux. Elle devait avoir un pouvoir ou quelque chose comme ça, c'était pas possible autrement. Non ?

« Ca te plaît au moins ? », demanda-t-il, un léger sourire toujours aux lèvres, « Si ça te plaît pas, je peux essayer de te trouver autre chose. Ou alors ma collègue peut te conseiller, elle s'y connait mieux que moi en vêtements pour femmes », dit-il en riant légèrement.

N'empêche qu'il se sentirait triste si Miya décidait de demander des conseils à sa collègue. Enfin, triste était un bien grand mot. Disons plutôt qu'il se sentirait nul.
Il réviserait, promis.

« Tu veux essayer d'autres choses ou tu as trouvé ton bonheur ? On vient tout juste de recevoir une nouvelle collection », nouvelle collection qui avait failli ne pas rester ici à cause du livreur, mais passons ce détail, « Tu seras la première à la découvrir »

Même lui ne savait plus ce qu'il y avait dedans, ce sera la surprise pour tout le monde comme ça.
Takahashi Miya» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Ishihara Satomi
Pseudo : Yuki
Date de naissance : 14/02/1992
Age : 25
That's what i do there : Serveuse au café de l'entre deux à Mazerumachi avec Bya ♥ et NSA
What about love ? : Love ? Are you Serious ?
How I feel :
Messages : 647

Sam 19 Déc - 22:21
Voir le profil de l'utilisateur     

I'm glad you came

La tenue choisie par Ren plaisait énormément à Miya et elle attendait avec impatience l’avis de la personne ayant choisie cette merveille. Car, oui, pour la jeune femme, cette tenue était merveilleuse mais elle ne l’achèterait que si le vendeur aimait. L’agente appela, donc, le jeune homme pour qu’il lui donne son avis qui la laissa muette. Ce qui était très rare, bavarde comme elle pouvait l’être parfois. Enfin, elle l’était mais toujours en restant très secrète contrairement à ce qu’on pouvait penser. Car oui, miss Takahashi parlait avec tant de naturel qu’on ne se rendait pas compte du nombre incalculable de secrets qu’elle pouvait garder.

Quand Ren revint, Miya tourna sur elle-même pour qu’il voie le résultat et le compliment qu’elle reçu, fit monter le rose à ses joues. Soit il savait parler aux femmes, soit il était sincère, soit il savait comment déstabiliser la jeune femme. Mais, étant de nature optimiste, elle se dit que c’était de la sincérité et rien d’autre.

Un sourire sur les lèvres, elle secoua négativement la tête à la proposition du jeune homme. Elle n’allait pas faire la fine bouche avec une tenue si belle et des compliments de Ren. Saperlipopette, il était vraiment mignon avec cette bouille !

« Si ça me plait ? J’adore, je trouve que tu as beaucoup de goût pour choisir des vêtements. Je vais la prendre ! »

Comment pouvait-elle laisser là une tenue aussi magnifique et choisie par Ren ? C’était tout simplement impensable, tellement que la question ne devrait pas se poser. Miya lui sourit avant de pencher la tête sur le côté. Une nouvelle collection ? Elle sera première à la voir ? C’était un appel à la tentation ça !

Miya prit un instant pour réfléchir avant de reprendre son sourire et hocher la tête, levant la tête pour regarder le joli minois de Ren. Elle oubliait trop rapidement qu’il était denshou et qu’elle était NSA mais ce n’était pas pour une fois.
Puis un peu de folie de temps à autre ne faisait pas de mal. Elle restait humaine quelque part et avait des réactions incontrôlables, mignonne.

« Je vais faire un peu de tri dans les vêtements que j’ai essayé et je viens voir la nouvelle collection. Tu éveilles ma curiosité ! »

Après un nouveau sourire, la jolie poupée repartit dans la cabine pour se changer et faire un tri dans les tenues qu’elle avait essayé. Elle en prit deux et rajouta celle choisit par Ren avant de rouvrir le rideau et aller vers Ren.

Il avait éveillé sa curiosité et aussi sa volonté de connaître toutes les modes avant tout le monde. Mais, pour cela, elle aurait du travailler dans un magasin, ce qu’elle n’avait pas voulu comme métier de couverture. Parce que sa passion pour la mode et le shopping aurait pu s’envoler en voyant l’envers du décor.

C’était comme Disney, c’était magique mais si on connaissait l’envers du décor est-ce que la magie opérait toujours ? Est-ce qu’on prenait encore du plaisir à se promener dans le parc ou à faire les attractions ?

Voyant qu’elle partait trop loin dans ses pensées, Miya secoua doucement la tête pour se concentrer et enchaîner.

« J’ai laissé les vêtements que je ne prenais pas dans la cabine, si jamais vous avez beaucoup de travail, je peux les ranger directement. J’ai avec moi les vêtements que j’achète… On va voir cette nouvelle collection ? »

Elle serait même prête à les aider pour tout ranger… Adorable, non ?
© 2981 12289 0
Kawaguchi Ren» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Okura Tadayoshi
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 08/08/1989
Age : 28
That's what i do there : Vendeur dans un magasin de vêtements de luxe
What about love ? : Célibataire
How I feel :
Messages : 2519

Ven 25 Déc - 12:13
Voir le profil de l'utilisateur     
Il avait beaucoup de goût pour choisir les vêtements ? Ha ? Soit, il s'était amélioré. Soit c'était l'effet « c'est pour Miya, fais pas de conneries » ; mais dans tous les cas Ren doutait réellement d'avoir du goût. Il galérait souvent devant son armoire. Cela pouvait sembler évident pour beaucoup. Les Shinki ne devaient pas avoir de soucis à accorder leurs tenues par exemple. Ren savait qu'avec le noir, n'importe quelle couleur allait... et pourtant, quand il portait un pantalon noir, il allait tout de même vérifier dans le miroir. Enfin, il veillait à être impeccable surtout pour le travail. S'il ne faisait pas propre sur lui-même, tenue accordée à la perfection et tout ça, personne ne le prendrait pour un vendeur sérieux, et son côté Denshou ressortirait bien trop.
En y pensant, il aurait souvent besoin d'une Miya sous le coude pour l'aider... Elle était toujours tellement ravissante, sublime et parfaite, peu importait la tenue qu'elle portait ; objectivité ? Pardon ? C'était quoi ce vilain mot ?

Répondant simplement à son compliment par un sourire, Ren fut tout de même plus que heureux de savoir que Miya prendrait la tenue qu'il avait choisie. Ca le rendait presque euphorique. Encore un peu, et il irait courir dans les champs en chantant une chanson digne d'un Disney sur le bonheur d'avoir réussi un truc dans sa vie.
Il patienta calmement, les bras croisés sur le torse, le temps que Miya décide ce qu'elle voulait faire des autres vêtements.

Un nouveau sourire vint orner ses lèvres, plutôt satisfait d'avoir éveillé la curiosité de la jeune femme. C'était un honneur qu'il lui faisait là, de découvrir la nouvelle collection avant tout le monde. Mais c'était Miya, alors il pouvait le faire. Il ne l'aurait pas fait avec n'importe lequel de ses clients non plus.
S'adossant doucement contre le mur derrière lui, Ren attendit sans broncher que Miya ait fini de faire le tri. Il en profita pour détailler le plafond du regard. C'était un... plafond, rien de bien folichon. Ne trouvant pas satisfaction par là, il détourna le regard vers sa collègue, qui ne cessait de passer et repasser et repasser encore... Ca ne pouvait signifier qu'une chose : un client. Et un client bien embêtant apparemment.
Heureusement qu'il était occupé avec Miya ; que Dieu bénisse cette femme immédiatement !

Le rideau s'ouvrit et Miya sortit, les tenues qu'elle avait choisies dans les bras. Il la regarda plusieurs secondes, ne sachant pas si elle voulait aller voir la nouvelle collection ou passer directement en caisse. Peut-être n'avait-elle pas envie d'aller dans l'arrière-boutique ? Il était vrai que c'était un peu moyen pour voir une nouvelle collection. Normalement, ce genre de vêtements étaient mieux mis en valeur à la vue de tous dans la boutique...
D'ailleurs, il faisait pas un peu louche à lui proposer ça ? Et il s'en rendait compte que maintenant, le con.

Ouvrant la bouche pour lui demander ce qu'elle décidait, il fut coupé par les mots de la demoiselle. Un léger rire lui échappa alors qu'il secouait doucement la tête. C'était bien la première fois qu'un client proposait de ranger les tenues ; n'était-elle pas adorablement gentille ?

« T'es la première à te proposer pour ranger les tenues. T'es une cliente qu'on voudrait avoir tous les jours », dit-il doucement, « Parce qu'il y a d'autres clients... », il ne termina pas sa phrase. Il se contenta simplement de faire un léger signe de tête vers sa collègue qui courrait au quatre coins du magasin, se pliant à chaque volonté de son client tenace.

« Allons-y », déclara-t-il alors, le sourire aux lèvres, « Mais attends. Tu vas pas t'embêter à porter tous ces habits. Je vais les porter. Comme ça tu auras les mains libres et tu pourras mieux apprécier les vêtements »

Il ne laissa pas le temps à Miya de dire quoi que ce soit, ni le temps de réagir, qu'il prenait déjà tous les vêtements, les portant à son tour. Il lui sourit, avant de se diriger vers la porte qui indiquait « Personnel seulement ».
Il entra, tenant la porte pour que Miya entre à son tour, et une fois ceci fait, il déposa lentement les vêtements sur un présentoir au centre de la pièce. C'était là-dessus qu'il pliait parfois les vêtements.

« Alors », lâcha-t-il dans un léger murmure, « La nouvelle collection, c'est tout ça », continua-t-il en désignant tout un tas de cartons devant eux, « Je te sors quelque chose en particulier ? Ou tout ? »

Il s'était dirigé vers les dits cartons tout en parlant. Et une fois sa dernière question posée, il souleva un carton qu'il posa sur une petite table. Il l'ouvrit, doucement, faisant attention à rien abîmer ; ce serait bête de voir le prix d'un pantalon soustrait à sa paie. Vu le prix, valait mieux faire attention ; c'était ce que Ren avait appris après toutes ces années ici.

« Les pantalons », expliqua-t-il en en sortant un et en le montrant à sa cliente, « Le tissu a changé par rapport à la dernière collection. Le fabricant a bien vu que la dernière ne s'était pas bien vendue, donc il est revenu à ses classiques. Je pense que c'est mieux comme ça... Enfin, il a essayé au moins hein »

Et pourquoi il savait tout ça, lui ? Qu'est-ce qu'il en avait à faire de la mode, au juste ? Il travaillait dans ce milieu, certes.

« Pour les robes c'est pareil. Il a aussi repris le style qu'il faisait au tout début, vu que ça avait eu un succès fou à l'époque. J'avais pas spécialement aimé celles de la dernière collection non plus. Elles étaient... bizarres. Et puis le tissu était pas agréable en main, alors le porter devait être... bizarre »

Bizarre bizarre tout ça.
Merci à sa collègue qui parlait beaucoup de la mode, des changements, des tissus et de tous ces trucs-là, sinon il serait totalement largué en ce moment.

« Je te laisse le pantalon là », dit-il en le posant, « Comme ça tu peux mieux le regarder. Je te sors une robe ? »
Takahashi Miya» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Ishihara Satomi
Pseudo : Yuki
Date de naissance : 14/02/1992
Age : 25
That's what i do there : Serveuse au café de l'entre deux à Mazerumachi avec Bya ♥ et NSA
What about love ? : Love ? Are you Serious ?
How I feel :
Messages : 647

Lun 18 Jan - 11:57
Voir le profil de l'utilisateur     

I'm glad you came

Miya était aux anges, au paradis ou alors elle rêvait ce n'était pas possible autrement. Il y avait quelque chose qui devait être faux car tout était vraiment trop beau pour être vrai. Vraiment, la jeune femme se demandait si elle n'était pas en train de rêver car elle allait découvrir une nouvelle collection en avant première et... Avec Ren en plus de ça. Son charma devait être meilleur qu'elle ne le pensait. Est-ce qu'elle y avait déjà pensé d'ailleurs ? Probablement que non car c'était quelque chose de traditionnel et, on le savait bien, sa famille ne lui avait pas forcément apprit cela.
Sortie de la cabine, la demoiselle alla vers son rayon de soleil pour aller voir la nouvelle collection. Elle avait vraiment hâte car ce n'était pas un honneur donné à n'importe quel client ! Après, elle savait qu'elle n'était pas n'importe quel client car c'était la petite-fille de Terazawa mais qu'est-ce qu'ils en savaient les vendeurs ? Rien. Nada. Nothing.

C'était son choix après et elle ne reviendrait pas là-dessus. Sa couverture risquerait d'être grillé sinon et elle allait évité car elle aimait bien son travail de NSA. C'était amusant en plus comme fonction. Bien aussi, elle rendait des denshou heureux en leur faisant découvrir les joies d'être shinki.

Pour en revenir à Ren et à la nouvelle collection, Miya avait presque envie de sautiller en tapant dans ses mains mais elle allait peut-être se retenir. Il valait peut-être mieux pour qu'il ne prenne pas peur. La volonté, le meilleur ami de la jeune femme quand on y pensait.

La mode aussi était une chose qu'elle appréciait par-dessus tout puis ça semblait réciproque quand on voyait que presque tout lui allait. Oui, presque. Si elle mettait un bagguy, elle perdrait toute crédibilité. Qui verrait la femme classe qu'elle voulait montrer aux autres ? Personne, c'était aussi simple que cela.

Dans l'arrière boutique, l'agente regarda les cartons avec des étoiles pleins les yeux. Waow, elle était la première à les voir, ça ne la laissait pas indifférente de savoir cela. Par ailleurs, elle était sure et certaine de trouver son bonheur quelque part, il fallait juste ouvrir le bon carton mais, la connaissant, tout risquerait d'être sorti et désordonnait ce qu'elle ne voulait pas. Ren devrait tout ranger après son passage et il aurait assez de travail pour qu'elle en rajoute en mettant la pagaille. Non, elle s'en voudrait si elle faisait cela.

Miya écouta attentivement ce que le jeune homme disait à propos du tissu. Effectivement, elle n'avait pas apprécié celui de la dernière collection et le mettait souvent au dessus de débardeur pour éviter qu'il soit en contact direct avec sa peau. Heureusement, elle en avait peu des vêtements ainsi et quand ils étaient passés de mode, elle en avait fait don à une association sur Tokyo. Elle ne connaissait plus le nom mais, au moins, grâce à eux, elle n'avait plus à porter ces vêtements et elle avait pu faire plaisir à d'autres personnes. Elle avait fait d'une pierre de coup comme on dit.

«Je confirme, à porter c'était très désagréable, une horreur même. Je suis bien contente que cette folie soit passée, dit-elle avec un léger rire. »

Un sourire sur les lèvres, elle regarda le pantalon mise à sa disposition et toucha légèrement le tissu pour éviter de l'abîmé. Elle ne voulait pas que son vendeur préféré ait des problèmes car il était adorablement adorable. Il l'était tellement que Miya avait envie de lui faire tout plein de câlin et ne plus le lâcher. Comme s'il était une grosse peluche toute mignonne.

«Je veux bien une robe aussi, s'il te plait. »

C'était bien les robes aussi, même si c'était moins pratique quand elle était en mission contre les denshou. En parlant de ça, elle avait de la peine en se disant que Ren était dans la ligne de mire de certains de ses collègues. Peut-être que si elle arrivait à le faire entrer dans la NSA tout pourrait s'arranger, elle ne s'inquièterait plus pour lui et pourrait être l'agente que son grand-père voulait qu'elle soit. Même si elle était déjà quand on voyait ses rapport, elle voulait, aussi, que ce soit au fond.
Puis elle pourrait aider Ren pour qu'il soit un bon agent, c'était pratique cela… Mais pourquoi elle pensait à cela au fait.

«Est-ce qu'il y a des hauts aussi ? Juste un pour voir avec la pantalon, s'il te plait. »

Promis, elle ferait tout pour ne pas les abîmer.
© 2981 12289 0
Kawaguchi Ren» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Okura Tadayoshi
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 08/08/1989
Age : 28
That's what i do there : Vendeur dans un magasin de vêtements de luxe
What about love ? : Célibataire
How I feel :
Messages : 2519

Lun 18 Jan - 22:45
Voir le profil de l'utilisateur     
Il hocha lentement la tête d'un signe compréhensif. Il avait entendu pas mal de clients se plaindre à ce sujet ; comme si eux, de simples vendeurs, pouvaient changer cela. Oui, bien sûr, Ren avait fait une formation couture et chiffons... En y pensant, ça avait été l'horreur d'entendre pratiquement tous les jours pendant presque deux semaines que le tissu grattait trop, que c'était désagréable, que blabla et blabla. Certes, lui aussi avait trouvé le tissu vraiment désagréable en main. Et quand il avait rangé les habits dans les rayons, il en avait eu des frissons tellement c'était étrange en contact avec la peau. Mais que pouvaient-ils bien faire eux, de simples vendeurs ? Si toutes les clientes croyaient qu'ils avaient le numéro de tous les fabricants... avec un peu de chance, ils avaient les numéros de leurs secrétaires ou quelque chose du genre.

Un doux sourire vint étirer ses lèvres alors qu'il observait Miya toucher le tissu avec délicatesse. C'était mignon... il avait l'impression qu'elle rêvait de toucher à pleine main mais qu'elle n'osait pas. Avait-elle peur d'abîmer le tissu ? Ce n'était pas d'aussi jolies mains qui allaient... Hm ? Une robe ? Pourquoi parlait-elle de robe ?
Ha.

Il murmura un « Oui, tout de suite », qu'il répétait souvent à ses clients d'ailleurs, avant de filer vers le carton qui contenait les robes et de l'ouvrir, sans précipitation. Toujours ouvrir un carton avec délicatesse sinon c'est le carton qui t'ouvre, pensa-t-il. Diction très connu de... de qui au juste ? De Ren, voilà. Il avait au moins une citation intelligente à son actif, c'était déjà bien ; enfin intelligente... tout était relatif.

Ce fut donc sur cette pensée philosophique que Ren sortit enfin la robe de la boîte. Il la posa avec précaution sur la table à côté du pantalon, veillant à ce qu'aucun faux pli ne vienne se glisser. Une robe de ce fabricant et surtout à ce prix-là devait être parfaitement présentable, même dans l'arrière-boutique... et surtout devant Miya.
Il sourit à la jeune femme, mimant faible « Tadaaaam » avec ses lèvres tout en pointant le vêtement du doigt.

« Je te laisse regarder, en attendant je vais... », gambader dans les prairies, un bouquet de fleurs à la main, « Je reste là quoi », oui c'était bien ça aussi. Bravo Ren.

C'était rare qu'il parlait pour rien, mais quand il s'y mettait, il faisait tout de suite très fort.

Il tourna légèrement la tête vers le mur derrière lui avant de se retourner vivement vers Miya, tel un chien. Brave toutou.

« Des hauts ? Oui il y en a. Je t'en sors un tout de suite », répondit-il doucement, mêlant le geste à la parole et ouvrant un autre carton. Il en sortit délicatement un haut, qu'il plaça de l'autre côté du pantalon, « Il y a un autre modèle, je te le sors aussi », il sourit et alla donc ouvrir un autre carton.

Ouvrir des cartons ? La passion de Ren depuis 1989.

Il déposa le vêtement en-dessous de l'autre haut, laissant ainsi à Miya le loisir de les contempler. Elle pouvait mieux voir leurs différences comme ça et, verrait tout de suite lequel irait le mieux avec le pantalon. Il courba légèrement la tête, chuchotant un « J'te laisse regarder tranquillement », avant qu'il ne se recule quelque peu. Il s'adossa ensuite au mur et glissa maladroitement ses mains dans ses poches.

« Te gêne pas pour toucher hein. Ils vont pas te mordre », dit-il en riant faiblement, « Je sais que tu les abîmeras pas. Tu peux même en prendre d'autres dans les cartons. Fais comme chez toi »

Et il lui sourit en penchant légèrement la tête sur le côté.
De toute façon, si l'un des vêtements était abîmé, il dirait que c'était sa faute, et puis voilà. Mais il savait que Miya ferait attention, alors il n'avait pas peur.
Il se mit à jouer distraitement avec ses clés dans sa poche, son regard ne quittant pas une seule seconde la silhouette de Miya non loin de lui. Le coin de ses lèvres se haussa légèrement, avant qu'il ne se mette à fredonner lentement Anything de Namie Amuro.
Il avait découvert cette chanson dernièrement et il adorait. Il ne savait plus comment il était tombé dessus d'ailleurs... Enfin, après avoir découvert cette chanson, il avait tenté d'en découvrir d'autres. Il était en quelque sorte devenu fan. Il avait aussi découvert d'autres chanteuses et chanteurs ; la magie du net. Lui-même ne croyait pas qu'il pouvait penser cela.

Sa gorge vibrant en rythme avec la musique, son regard parcourut rapidement la pièce du regard avant de retomber sur Miya. Lentement, son fredonnement se fit moins fort, pour se couper totalement. Il se racla la gorge, légèrement embarrassé. Encore et un peu, et il se serait mis à chanter. Concert gratuit, youhou ; il était pas très sûr de ses aptitudes vocales cela dit.

« Ca te plaît ? », demanda-t-il en se décollant du mur, « Si tu veux, tu peux les essayer. Bien qu'à mon avis, t'en as pas besoin. Je suis sûr qu'ils te vont comme un gant », finit-il dans un sourire.

Non, Ren ne connaissait toujours pas l'objectivité.
 
I'm glad you came ▬
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 02. Glad You Came Back
» i'm glad to see you again (jaycee)
» KARAOKE [07/02, 21h15]
» (m/libre) jamie dornan - i'm glad you're here
» [1420] glad you're back, handsome [Matt]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We Love Technology ♠ :: La ville de Nishinaka ♠ :: Nishinaka no Hirokouji :: Shopping Center-