AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 It's a small world, isn't it ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nijimura Tooru» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Matsuda Shota
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 20/07/1990
Age : 27
That's what i do there : NSA // Vendeur dans un magasin d'électronique
What about love ? : J'ai demandé mon iPod en mariage, j'attends sa réponse
How I feel :
Messages : 178

Jeu 21 Jan - 21:39
Voir le profil de l'utilisateur     
It's a small world, isn't it ?
Yukari & Tooru

Les mains jointes derrière le dos, Tooru déambulait lentement dans les rayons du magasin. Il s'arrêtait de temps à autre pour demander à un client qu'il croisait, collé au nouveau téléphone, s'il avait besoin d'aide, ou s'il avait une question. Puis il repartait, tranquillement, doucement.
Il paraissait dans la lune, perdu dans ses pensées, mais son regard scannait le moindre recoin. Ses yeux se stoppaient net sur le moindre détail qu'il lui paraissait suspect.
Être vendeur était tout de même une bonne couverture pour le NSA qu'il était. Dès leur entrée dans le magasin, Tooru repérait presque automatiquement les Denshou qui venaient de se perdre ; eh bien, que faisaient-ils dans ce magasin ? Parfois ils venaient pour de l'électroménager, et là, Tooru était pas content. Mais il y avait des fois où ils venaient le voir et lui demandaient conseil. Parce que le vieux téléphone à clapet venait de mourir, et qu'il fallait l'échanger avec un de la nouvelle génération, et oh mon dieu, ces bêtes-là, c'était tout autre chose. Les pauvres Denshous en deuil étaient donc obligés d'errer par ici... et de se retrouver pris au piège dans les griffes de Tooru. Il s'imaginait souvent être une panthère noire, à la fourrure soyeuse et plus douce que de la laine ; personne n'allait lui demander le pourquoi du comment. Il y avait des choses qu'il ne valait mieux ne pas savoir, et celle-là en faisait parti.

Enfin bref, en étant vendeur dans ce magasin, il lui arrivait de vendre des appareils aux Denshou. Et en concluant la vente, il s'offrait le luxe de pouvoir connaître leurs noms (parce qu'il fallait le noter sur la garantie).

Dos à la porte d'entrée, Tooru observait du coin de l’œil un client qui lui paraissait suspect ; heureusement qu'il n'était pas parano. Ses lèvres remuaient faiblement sans qu'aucun son n'en sorte : il fredonnait une chanson de Taylor Swift. Tooru, toujours fidèle à lui-même, et ce jusqu'au bout.

Il sentit soudainement une main qui tapotait doucement son épaule. Oubliant son client sur le côté, il se tourna ; le métier oblige, il ne pouvait pas laisser un client tombé jusque parce qu'il en avait un à l’œil.
Il offrit donc un grand sourire à la jeune femme, laissant un « Comment puis-je vous aider ? » glisser sur ses lèvres.
Une minute. Son sourire se crispa légèrement alors que son regard ne cessait de fixer la personne en face de lui. Nom de sa déesse Taylor... !! Il rêvait là, non ? Il devait se pincer pour s'en assurer, c'était pas possible.

Il se pinça donc rapidement l'avant-bras, puis grinça un « Aïe » entre ses dents. Il ne rêvait pas...

« Yukari... ? », tenta-t-il. Non, elle devait être un sosie de son ancienne amie, voilà tout. Yukari ne pouvait pas être là. Elle ne pouvait pas être là devant lui. C'était pas possible. Impossible. Pas vrai. Faux. Une illusion.
Oui voilà, c'était un mirage ! Une pure invention de son imagination farfelue.

Cependant, il ne put s'empêcher.

« C'est bien toi ? Genre... Vraiment ? », demanda-t-il en penchant faiblement la tête sur le côté, « Je pensais pas te revoir là... J'veux dire. Salut », finit-il maladroitement.

   
Emi Burton
Okada Yukari» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Hyuna Kim
Pseudo : Keiko113
Date de naissance : 11/07/1990
Age : 27
That's what i do there : Mannequin
What about love ? : Célibataire
How I feel : .

Messages : 113

Dim 24 Jan - 11:49
Voir le profil de l'utilisateur     
Un téléphone, il me faut un nouveau téléphone. Comme ça pourquoi ? Êtes-vous stupides ? Ne savez-vous pas que dans cette ville nous nous devons de toujours être à la pointe de la technologie ? Bon et bien alors pourquoi diable me posez-vous une telle question ? Et puis que je sache, ma vie ne vous regarde pas.

Je disais donc… Il me faut un nouveau téléphone ! Déjà parce qu’un nouveau modèle à fait son apparition il y a une semaine en boutique. Et ensuite parce qu’un abruti … pardon, une personne avec des capacités mental réduite, a réussi lors d’une séance photo à trouver drôle l’idée de me pousser habillé dans une piscine… Celui-là alors si j’avais pu le zijeoqd … Non ! Restons calme, respire, ce n’est pas bien grave. Voie le bon côté des choses Yukari, grâce à lui tu seras à la pointe de la technologie comme tu dois l’être à chaque instant.

Bon il est vrai que du coup, je dois perdre du temps dans une boutique remplie de gens du peuple mais ce n’est pas bien grave. Ce sont des gens comme moi après tous, bon … à certaine détail près mais on ne va pas non plus en faire une maladie… En plus de ça, par chance, un magasin approprié ce trouve justement sur ma route. Pas besoin donc de faire un détour avant de se rendre au boulot, c’est n’est pas beau tout ça ?

Pénétrant donc dans la boutique, mon regard vagabond rapidement à la recherche de l’allée approprier. N’ayant cependant pas de temps à perdre avec c’est banalité, je décide rapidement de demander de l’aide. De toute façon les employés sont payés pour ça non ? Ils me seront donc certainement reconnaissants d’utiliser leur capacité à bon escient pour une fois.

-« Pardonnez-moi jeune homme, vous serait-il possible de me consacré une minute de votre temps ? » lâchais-je naturellement tout en tapotant du bout des doigts son épaule pour qu’il puisse remarquer ma présence.

Bien que je ne comprends pas comment il se fait qu’il ne m’ait pas encore vu. Non mais c’est vrai regardez-moi ? Comparez à la personne sur qui son regard est rivé, je suis 100 fois plus belle. Enfin bon,  peut-importe, ne nous attardons pas sur ce genre de futilité et concentrons-nous sur la raison de notre visite.

-« Pouvez-vous me montrer le dernier modèle de portable s’il vous …… »La fin de ma phrase se perdit soudainement dans ma gorge alors que mes yeux viennent de se poser sur l’employer. Ce n’est pas possible, cela ne se peut pas …. Pas lui, pas ici, pas maintenant ….

Je grimace en entendant mon nom alors que mon regard reste rond comme un ballon de foot. Pourquoi diable, faut-il que je tombe sur lui après tout ça ? Ne pouvais-je pas le croiser quand j’avais réellement envie de le voir ?

Bien entendu ce petit être devant moi ne peut s’empêcher de cacher sa surprise et sa joie de me revoir. Ma présence le trouble et ça se comprend naturellement mais … Non … Non. Je ne veux pas m’aventurer dans des retrouvailles alors que je n’ai pas du tout envie de lui adresser la parole.

Un sourire crispé fait alors son apparition sur le coin de mes lèvres tandis que j’amorce mon départ en marchant doucement et subtilement à reculons. Une fois la distance entre nous suffisamment important, je me retourne précipitamment et me dirige tout droit vers la sortie. Tempi pour mon téléphone, je ferais un détour pour m’en acheter un autre.

Seulement après autant de temps passez avec lui, j’aurais dû penser au fait que mon ami, non, ancien ami, ne me laisse pas filer aussi facilement… Je grimace donc à nouveau en sentant sa main se refermer sur mon bras. Je ne vais pas pouvoir y couper, je n’ai plus aucune moyen d’échappatoire… Dieu pourquoi me fait-vous ça ? C’est parce que j’ai critiqué les capacités des employés de magasin ? Si c’est pour ça pardonnez-moi …. Et ne venez pas me dire que c’est le charma, le charma n’a rien avoir là-dedans.

-« Tooru …., dis-je en me retournant, tendue, vers lui, ça fait longtemps… »
Nijimura Tooru» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Matsuda Shota
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 20/07/1990
Age : 27
That's what i do there : NSA // Vendeur dans un magasin d'électronique
What about love ? : J'ai demandé mon iPod en mariage, j'attends sa réponse
How I feel :
Messages : 178

Dim 24 Jan - 21:00
Voir le profil de l'utilisateur     
It's a small world, isn't it ?
Yukari & Tooru

Quelle avait été la probabilité qu'il croise à nouveau Yukari ? Nulle. Ne parlons même pas de la probabilité qu'il la croise une nouvelle fois à Nishinaka. On ne parlait même plus de zéro à ce stade-là, mais d'un chiffre négatif. Parce que s'il y avait bien un endroit au monde où il n'aurait jamais cru la revoir, c'était bien ici.

Il resta là, muet, à la contempler comme s'il s'agissait d'un rêve. Il se sentait soudainement tout petit. Tout petit et tout ridicule. Il était clairement en train de perdre ses moyens ; il ne parlait plus, et Tooru qui ne parlait pas, c'était tellement rare. Il ouvrit la bouche, comme pour dire quelque chose, pour casser ce silence qui le gênait plus qu'autre chose, mais rien ne vint. A une époque, il aurait été capable de lui dire tellement de choses sans queue ni tête... alors qu'aujourd'hui, il restait devant elle les bras le long du corps à imiter à la perfection un joli petit poisson.
L'une de ses mains bougea faiblement sur le côté. Ses doigts se chahutèrent un instant avant de retomber dans l'inertie totale.
Tous les moments qu'il avait passé avec elle, les bons comme les mauvais, lui revenaient petit à petit à l'esprit. Une culpabilité sourde le secoua brusquement avant qu'il ne ferme les yeux un instant. Qu'avait-il voulu faire ? La prendre dans ses bras tout en lui disant à quel point elle lui avait manqué ? Idiot. C'était de sa faute. Sa faute et uniquement la sienne. Il rouvrit subitement les yeux, une grimace appuyée au visage. Son genou lui faisait mal et le brûlait dans toute la jambe. Comme si sa blessure elle-même voulait qu'il se souvienne à quel point il était fautif dans cette histoire.
Ils étaient passés par dessus tout ensemble. Par dessus les préjugés, les murmures des autres et surtout, par dessus l'avis de leurs pères. Un fin sourire ironique étira ses lèvres brièvement. Ils avaient été stupides, à l'époque. S'il avait su qu'une simple blessure allait les séparer...

Il ouvrit une nouvelle fois la bouche pour dire quelque chose, mais Yukari fut plus rapide. Il l'observa alors qu'elle reculait, ne comprenant pas ce qu'elle était en train de faire. Il fronça faiblement les sourcils dans une question silencieuse avant qu'il n'ouvre les yeux en grand. La jeune femme s'en allait.

Il n'était pas surpris, dans le fond, qu'elle n'ait pas plus envie que ça de rester près de lui. Lui aussi avait fui. Et peut-être qu'il fuirait encore aujourd'hui. Mais son corps bougea de lui-même, comme s'il avait sa propre volonté, n'écoutant pas l'esprit de Tooru qui lui répétait que ce n'était pas la peine, que de toute façon, tout était perdu.

Sa main vint doucement capturer son bras, pendant qu'il relâchait son souffle. Il n'avait même pas remarqué qu'il le retenait en premier lieu. Son cœur se mit à battre légèrement plus fort tandis qu'un boule se formait dans sa gorge et dans son ventre.
Entendre son prénom au creux de ses lèvres le fit se rendre compte que oui, elle lui avait terriblement manqué.
Il hocha faiblement la tête ; oui, ça faisait longtemps. Trop longtemps même, pensa-t-il. Mais il ne pouvait dire cela à haute voix.

« Comment... Comment tu vas ? », et il remarqua que sa voix tremblait légèrement contre son gré. Il voulut lui demander comment allaient ses parents et son frère, mais ses mots moururent dans sa gorge. Il resta silencieux de longues secondes, laissant son regard s'aventurer à gauche et à droite, tout en essayant de trouver ses mots. Il remarqua alors que sa main tenait toujours le bras de la jeune femme, dans une sorte de sursaut contrôlé, il laissa sa main s'ouvrir, laissant le bras de Yukari en liberté. « Désolé », qu'il murmura rapidement avant de se frotter doucement les mains puis de les glisser dans ses poches finalement.

« Tu habites aussi à Nishinaka alors ? », demanda-t-il sans vouloir paraître trop curieux, « Ca te plaît ? »

Parler de la ville était ce qu'il lui semblait le plus approprié pour le moment. C'était quelque chose qu'il qualifiait de « sujet neutre ».
Il plia faiblement son genou avant de le remettre droit. Il allait devoir prendre des comprimés en rentrant, ce soir, pour oublier la douleur.

   
Emi Burton
Okada Yukari» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Hyuna Kim
Pseudo : Keiko113
Date de naissance : 11/07/1990
Age : 27
That's what i do there : Mannequin
What about love ? : Célibataire
How I feel : .

Messages : 113

Lun 25 Jan - 13:05
Voir le profil de l'utilisateur     
Vous savez, dans mon éducation on m’a toujours apprise à rester polie et courtoise et cela même avec des gens que l’on n’a pas envie de voir ce qui est plutôt paradoxal quand on sait que je suis d’une nature franche et impulsive… Voilà pourquoi, au fond de moi, une bataille acharnée est occupée à se jouer. En observant Tooru, je suis tiraillée entre lui donner une gifle avant de partir sans me retourner et rester polie et continuez notre discussion. Si je m’écoute, j’opterais certainement pour la première option seulement, en le regardant, je ne peux m’empêcher de me remémorer à quel point ce garçon a compté pour moi… Je le déteste plus que tous et lui en veut cruellement pour ce qui est arrivée cependant je ne peux me résigner à lui briser ouvertement le cœur … Rien que d’imaginer ses petit yeux larmoyant de cocker me sont insupportable et empêche tous paroles méchante de traverse ma gorge… Agacée par ma propre faiblesse, je ne peux m’empêcher de soupirer. C’était tellement plus simple de faire comme s’il n’avait jamais exister … Mais maintenant qu’il se trouve devant moi, il m’est impossible de faire comme si je ne le connais pas …

-« Je vais bien … » Ma voix est neutre avec une légère pointe d’agacement mais je ne peux pas non plus faire comme si je suis vraiment ravie de le revoir. Je sens qu’il est déstabilisé et que sa voix est tremblante mais je ne peux pas lui pardonner même en le voyant ainsi…

Pour éviter cependant de craquer trop facilement, j’évite de le regarder plus longuement et glisse mon regard sur sa main qui tient encore mon bras. Et dire que sentir sa peau contre la mienne me procurait du plaisir avant tout ça …. Aujourd’hui ce n’est plus que malaise et dégout… Forte heureusement pour moi, il remarque bien vite son geste et me libère finalement de son emprise.

-« Depuis trois ans …. Et on peut dire que ça me plait oui …. si tu oublies certaine personnes nuisibles … »

Je n’ai pas envie de m’attarder sur ce sujet, pas envie de lui expliquer mes positions, pas envie de lui raconter la raison de ma venue dans cette ville il y a trois ans … Je n’ai envie de lui parler de rien et encore moi de ma vie personnelle au risque de renouer ce contacte que j’ai mis temps de temps à briser en mille morceau

-« Écoute je n’ai pas de temps à perdre alors soit tu m’aides à trouver le dernier modèle de potable soit tu vas faire autre chose de ta vie »

Je sais qu’il va trouver mon comportement étrange et qu’il ne va certainement pas comprendre ma distance avec lui mais je n’ai vraiment pas envie de m’éterniser ici. Je ne peux pas être méchante avec lui mais je peux sans problème garder cette froideur qui pousse beaucoup de monde à me trouver hautaine et insortable.

-« Si tu as envie de perdre ton temps à parler de choses futile c’est ton problème, cependant excuse-moi mais j’ai d’autre chose à faire. »

Le contournant alors, je reprends mon chemin dans les allées à la recherche de ce maudis téléphone portable. Pourquoi a-t-il fallu que cette fichue boutique sois sur ma route ? Pourquoi a t il fallut que cet abruti me pousse dans cette piscine ? Pourquoi a-t-il fallu que ce mec travail dans cet endroit ? Il ne pouvait pas faire autre chose de sa vie non ? Là où j’aurais pu être sûr de ne jamais le revoir ….
Nijimura Tooru» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Matsuda Shota
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 20/07/1990
Age : 27
That's what i do there : NSA // Vendeur dans un magasin d'électronique
What about love ? : J'ai demandé mon iPod en mariage, j'attends sa réponse
How I feel :
Messages : 178

Lun 25 Jan - 17:58
Voir le profil de l'utilisateur     
It's a small world, isn't it ?
Yukari & Tooru

Depuis trois ans... Elle était arrivée ici à peu près en même temps que lui, alors ? Et personne ne l'avait mis au courant. Enfin, pourquoi Diable quelqu'un l'aurait-il prévenu ? Yukari n'avait pas eu de raisons de le faire. Lui même ne lui avait jamais dit qu'il s'en allait.
Il était rentré, et après quelques conversations avec Sho, il l'avait pris sous son bras pour venir ici avec lui, à Nishinaka. Il était heureux d'avoir pu l'emmener avec lui, il ne vivait pas tout cela tout seul, il avait quelqu'un avec qui partager le soir en rentrant. Ca avait été agréable, les premières fois, de rentrer et de pouvoir parler de sa journée, tout émerveillé comme un gosse devant un sapin de Noël. Ceci lui arrivait encore parfois, quand il découvrait quelque chose qu'il ignorait sur la ville et qui lui faisait avoir des étoiles dans les yeux.
Ce soir, depuis bien longtemps, il n'allait certainement pas rentrer avec un regard pétillant de curiosité et d'envie ; oh non.

Il tiqua faiblement à « personnes nuisibles » ; faisait-il parti de ces personnes là ? Il espérait que non. Qu'elle ne le considère pas comme nuisible, même si une partie de lui pouvait comprendre. Il se mordit rapidement la lèvre avant de se les pincer. Cette question lui brûlait littéralement les lèvres. Mais il n'en dit rien, restant silencieux.
Yukari paraissait clairement pressée, ou bien alors elle n'avait pas envie de rester avec lui tout court. Tout était possible et imaginable.
Et puis, en soit, faire autre de sa vie, il aurait bien voulu ; même si Nishinaka lui convenait parfaitement, il s'était toujours vu faire autre chose que vendre des téléphones ou des tablettes... De toute manière, il était là maintenant et il ne pouvait plus changer cela.

Il baissa momentanément les yeux avant de soupirer tristement. Comment en étaient-ils arrivés tous les deux ? A s'excuser de ne pas avoir assez de temps. A une époque, ils auraient tout fait pour passer du temps ensemble et en auraient même profité jusqu'à la dernière seconde.
Il se frotta distraitement le torse avant qu'il ne hausse les épaules dans un geste coupable. Il ne pouvait pas lui en vouloir. Ce n'était pas sa faute. Yukari n'avait rien fait, rien demandé. C'était lui...
Il releva le regard et soupira une nouvelle fois en la regardant s'éloigner. C'était étrange, tout de même. Il avait envie de la laisser seule, d'aller voir un autre client. Il savait que ce n'était plus la peine d'essayer maintenant que tout était en miettes. Alors pourquoi ses jambes le ramenaient vers Yukari ? Pourquoi ses pieds suivaient ses pas méticuleusement ? C'était vraiment à ne plus rien comprendre.

Il se retrouva devant elle en grandes enjambées. C'était pratique d'être grand ; merci Papa, merci Maman, il penserait à les remercier un jour pour lui avoir donné cette taille.
En attendant, il se permit de lui tapoter l'épaule du bout des doigts dans une caresse aérienne. Il désigna une allée du doigt, lui faisant silencieusement remarquer qu'elle était partie dans la mauvaise direction. Sa main retrouva l'intérieur chaud de sa poche alors qu'il avançait vers le dit-rayon.
Si Yukari n'avait pas de temps à perdre, il ne pouvait pas la faire attendre. En plus, elle était une cliente, et il était interdit de faire attendre un client.
Parcourant les nombreux téléphones du regard, il avança vers l'un des derniers modèles qu'ils avaient reçu. Il prit l'objet d'exposition en main et l'inspecta quelques secondes, avant de le tendre à Yukari afin qu'elle puisse mieux le regarder. La plupart des clients adoraient avoir le téléphone en main et le regarder sous tous les angles avant de l'acheter. Ce qu'il comprenait très bien, il faisait pareil en général.

Il tourna la tête vers la jeune femme, et laissa son regard se posa sur son visage. Il avait tellement envie de lui demander pourquoi elle était venue ici. Si rien n'avait changé entre eux, il aurait même pu plaisanter en lui demandant si elle était venue ici juste pour lui. Il voulait aussi savoir ce qu'elle faisait, en ce moment. A quoi elle occupait les journées. Si elle s'était faite des amis et/ou amies. Ou même si elle avait un petit-ami. Il aimerait même lui demander si elle connaissait Taylor Swift avant de lui chanter une ou deux chansons.
Mais il resta là, à la regarder, muet comme une carpe. Remarquant qu'il la fixait depuis bien trop longtemps maintenant, il délaissa les traits de son visage pour aller se perdre sur les nombreux cartons qui décoraient l'allée. Il s'amusa à en remettre certains droit ; c'était dérangeant quand ils ne l'étaient pas, surtout pour un maniaque comme lui.

« Si ce portable te plaît, il est disponible dans d'autres coloris », dit-il enfin, ne lâchant pas les cartons du regard, « On l'a aussi avec différentes capacités de mémoire. 16Go, 64Go, et même 128Go », continua-t-il, retrouvant une voix normale. Il avait eu l'impression d'être un gamin pris en train de faire une bêtise avant. Mmaintenant au moins, il avait l'impression de s'affirmer un peu plus... mais c'était sans doute parce qu'il regardait les cartons, et  non Yukari.

« Le design reste le même que pour le dernier modèle. Il est juste plus grand », marmonna-t-il rapidement dans un haussement d'épaules, « Pour l'autonomie, c'est toujours la même chose que le précédent modèle, pas d'améliorations sur ce point-là. L'objectif arrière a 8 méga pixels. Donc tu peux faire de très belles photos. Et celui sur l'avant en a seulement 5. Mais c'est suffisant pour faire des selfie »

Relevant le regard sur son ancienne amie, il tenta un faible sourire avant de détourner une nouvelle fois le regard sur les cartons.

« Si tu as d'autres questions, hésite pas » , finit-il par dire, « Si tu veux voir un autre modèle, hésite pas non plus »

A peu de choses près, le discours qu'il avait donné à Yukari était le même qu'il donnait à ses autres clients. Une partie de lui se disait que c'était mieux ainsi, au moins il allait droit au but, et c'était exactement ce que Yukari voulait. Il n'avait pas oublié qu'elle était pressée et que donc, il n'avait pas le temps de parler des licornes, du ciel et des écureuils. Cependant, il y avait cette autre partie de lui qui lui murmurait gentiment de prendre son temps. De ne pas précipiter les choses. De parler doucement. De parler de détails insignifiants... tout ça pour qu'il puisse voir Yukari. Un petit peu plus longtemps. Pour qu'il puisse l'avoir à ses côtés, juste quelques secondes de plus.
Il ne savait pas s'il allait la recroiser un jour. Enfin, il comprenait bien si Yukari ne voulait plus le voir. Non lui non plus ne voudrait plus se voir après le mal qu'il lui avait fait.

   
Emi Burton
Okada Yukari» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Hyuna Kim
Pseudo : Keiko113
Date de naissance : 11/07/1990
Age : 27
That's what i do there : Mannequin
What about love ? : Célibataire
How I feel : .

Messages : 113

Mer 27 Jan - 13:39
Voir le profil de l'utilisateur     
Avançant dans l’allée, je n’ai nul besoin de me retourner pour savoir que Tooru ne va pas mettre bien longtemps à me suivre. Les années ont peut-être passé et le temps à fait son œuvre dans notre relation cependant ce garçon n’a pas changer d’un pouce. Et même si je désire plus que tous au monde ne plus jamais avoir à faire avec lui, je ne sais pas empêcher mes vieux réflexes et instincts de resurgir à grande vitesse. Quoi qu’il puisse arrive, j’arriverais toujours à deviner ses pensées, ses émotions et ses gestes …. Il faut croire qu’enfuir notre passé au fin fond de moi-même ne suffit pas à éliminer son passage dans ma vie …

Je me souviens encore quand nous étions enfants, ils nous suffisaient d’un seul regard pour comprend les pensées de l’autre. C’était un système d’ailleurs assez utile quand on avait envie de se donner rendez-vous après la classe. Pas besoin de mot envoyé en douce derrière le dos du prof, pas besoin d’un sms au risque que le téléphone ne se mette à sonner. Un regard, un seul, et nous savions …

Seulement ce truc entre nous n’existe plus. En posant mon regard sur lui lorsqu’il vient m’indiquer que je vais dans le mauvais sens, je sens que cette capacité entre nous est définitivement brisée. Pour ma part c’est un bien comme un autre, mais encore une fois en connaissant mon ex-ami, je suis certaine que quand il se rendra compte de ça son cœur se déchirera encore un peu plus ….

-« Tu ne pouvais pas m’avertir avant ? » Lâchais-je dans un soupire sans lui laisser la moindre chance d’apercevoir mes pensées.

Lui emboitant alors le pas, je ne peux m’empêcher d’observer son dos. Là, encore une fois, je ne peux empêcher les souvenirs de remonter à la surface. J’aimais tellement sa carrure protectrice … Avec lui je me sentais toujours en sécurité quoi qu’il puisse arrivée et il suffisait que ses bras viennent m’enlacer pour que presque instantanément mon chagrin ce dissipe dans l’air…. Il y a encore moins de deux ans j’aurais donné n’importe quoi pour sentir à nouveau sa chaleur venir englober mon corps…

Soudain, je me surprends alors à penser qu’il ne serait finalement pas si désagréable de le laisser, une dernière fois, me prendre dans ses bras. Me rendant compte de l’illogique de ma pensée, je secoue alors vivement la tête pour la chasser très loin. Si la simple présence de Tooru arrive à me faire penser ce genre de chose, je ne veux même pas imaginer le reste …. Il va vraiment falloir que je ne m’éternise pas d’avantage dans cet endroit. Par chance, nous arrivons finalement aux rayons des téléphones portables, mon supplice allait bientôt prendre fin.

-« Merci…. »

Ma voix est faible mais suffisamment audible pour qu’il l’entend tandis que je m’empare de l’objet qu’il me tend enfin. Bien sûr je sais à quoi ressemble un portable, cependant je ne peux m’empêcher de le regarder sous toutes ses coutures. Rien ne m’échappe, pas même les photos que les clients se sont amusés à prendre pour tester la qualité de l’appareil photo. Honnêtement, je n’ai jamais vraiment compris pourquoi, se sont toujours des personnes que la nature n’a pas gâté qui s’exhibent ainsi. Ni même pourquoi elles s’acharnent à laisser leur numéro dans le répertoire ….  Les gens ne s’amusent tous de même pas à les retenir pour les appeler ensuite …. Si ? Si c’est le cas l’espèce humaine est encore plus désespérante que ce que je n’imagine ….

Tous en essayant donc de comprendre pourquoi des individus pourraient faire ce genre de chose, je remarque soudain que Tooru ne m’a toujours pas lâchée du regard depuis un petit moment. Détachant alors mon regard du portable, je viens le porter sur lui. Bien entendu c’est à cet instant qu’il décide de regarder ailleurs et plus précisément des boites en cartons …. Très intéressant n’est-ce pas ?  J’en conclue donc qu’il ne doit y avoir rien d’important et retourne à mon inspection minutieuse.

Continuant donc d’admirer cette merveille de technologie, mon attention est cependant très vite attirée à nouveau par mon ami d’enfance qui se décide finalement à m’exposer toute les capacités de l’appareil que je tiens en main. Honnêtement, le fait qu’il me parle tout en continuant à porter un énormément intérêt sur ses boites me fait bien rire. Je ne peux d’ailleurs pas m’empêcher de laisser apparaitre un rictus sur mes lèvres. Le mets-je si mal à laisse que ça ?

-« Je n’ai pas d’autre question, tu as parfaitement fait le tours du sujet »

Bien sûr je ne vais pas lui dire qu’il a parlé inutilement pendant tout ce temps puisque je savais déjà tout ça avant de venir ici. Je ne suis pas inconsciente au point de ne pas me renseigner sur les capacités d’un téléphone avant d’aller l’acheter. Mais bon, sur ce point je ne peux lui en vouloir, après tous il ne fait que son travail de vendeur.

-«  Pour ce qui est de voir un autre téléphone c’est inutile, dis-je en lui rendant le portable. Je sais ce qui existe. Tu peux donc m’en donner un comme ceci en blanc avec 64 Go. »

Pour le coup, je remercie le ciel de m’avoir poussé à feuilleter chaque catalogue avant de venir en acheter. Si ça n’avait pas été le cas j’aurais probablement passé des heures dans cette boutique en compagnie de Tooru.

-«  Je pense donc que l’on va pouvoir passer en caisse. »

A l’instant même où je prononce cette phrase, j’ai soudain l’impression de lire en Tooru une point de déception. Tous un tas de question lui tournaient certainement en tête depuis mon arrivée ici …. C’est d’ailleurs certainement pour ça qu’il a passé temps de temps à me fixer il y a de cela quelque minute …. Devrais-je y répondre ? Devrais-je lui donner des indices sur ma vie ? Non Non, je me suis fixer l’objectif de rester aussi distante que possible de lui ce n’est pas pour craquer maintenant alors que je suis aussi proche du panneau Exit.

-«  Je t’attend là-bas »

Voilà parfait, maintenant retourne-toi et marche droit devant toi. Non, attend, pourquoi tu t’arrêtes ? Non ! Nonnnnnn …

-«  Je suis certaine que tu te poses la question donc ….. Je suis mannequin …. Comme ma mère …. Bien que je vais devoir certainement reprendre la relève de mon père… »

Et voilà Game Over Yukari …. Pourquoi ? Pourquoi ?  C’est bien beau d’aller droit vers la caisse en grimaçant à présent que tu as dit ce genre de chose. Tooru ne va certainement plus te laisser partir aussi facilement maintenant que tu as entre ouvert la porte de la discussion… Si seulement tu n’avais pas imaginé ses petits yeux larmoyant plein de désespoir….
Nijimura Tooru» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Matsuda Shota
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 20/07/1990
Age : 27
That's what i do there : NSA // Vendeur dans un magasin d'électronique
What about love ? : J'ai demandé mon iPod en mariage, j'attends sa réponse
How I feel :
Messages : 178

Jeu 28 Jan - 21:11
Voir le profil de l'utilisateur     
It's a small world, isn't it ?
Yukari & Tooru

Lui aussi pensait avoir fait le tour du sujet, et pourtant, il ne cessait de se répéter qu'il aurait dû dire plus. Même si cela avait été des détails inutiles. Juste... quelque chose. Pour la retenir un peu plus longtemps. Il ne pouvait parler d'autre chose, alors cela aurait pu être une bonne idée de continuer à bavarder inutilement de ce téléphone, et d'en donner toutes les caractéristiques en long, en large et en travers.

Il hocha lentement la tête à la réflexion de la jeune femme. Elle n'avait pas le temps, pourquoi pensait-il qu'elle aurait voulu regarder un autre téléphone ? Elle était pressée. Elle devait s'en aller. De plus, elle semblait savoir ce qu'elle voulait, et c'était celui-là.
Il jeta un rapide coup d’œil dans sa direction avant de se pincer les lèvres et de hocher la tête une nouvelle fois. Il reporta bien rapidement son regard sur le carton, avant de s'accroupir et de fouiller un peu pour trouver le bon. Il tourna le carton dans ses mains une bonne dizaine de fois, s'assurant que la boîte était en bonne état. Il prit ensuite son temps pour remettre les ordres cartons en ordre, veillant à ce qu'ils soient parfaitement alignés. Il profitait sans doute un peu de son côté maniaque en cet instant. Mais c'était sans doute la seule chose qu'il pouvait faire pour gagner du temps.

Il se redressa ensuite, regardant rapidement les autres clients autour avant de poser son regard sur Yukari. Ses épaules tombèrent faiblement quand elle prononça ce qu'il était temps d'aller à la caisse. Son regard se baissa, et ses dents vinrent légèrement effleurer sa lèvre intérieur, avant qu'il ne hoche la tête, encore une tête ; mais cette fois-ci dans un petit soupir déçu. Elle allait déjà s'en aller. Le passage en caisse irait vite, bien trop vite.
Mais il ne devait pas oublier, elle était pressée.

Elle était pressée et elle ne voulait sans doute pas le voir. Ou alors elle prenait le fait d'être pressée comme une excuse, pour ne pas rester longtemps en sa compagnie ? Il pouvait comprendre cela. Comme il pouvait comprendre cette sorte de tension entre eux. Cette sorte de froideur, de distance, mais aussi de méfiance. C'était étrange, comme leur relation avait changé du tout au tout.
Il avait toujours maudit sa blessure, car ce moment fut sans doute le pire moment de sa vie. Il était passé par tellement d'émotions à cette période-là... Encore aujourd'hui, il ressentait ce goût amer au fond de sa gorge, ce goût amer de savoir qu'il ne pourrait plus jamais rejouer au basket comme avant. Ce goût amer de savoir qu'il ne pourrait jamais devenir un grand joueur professionnel comme il se l'était imaginé plusieurs fois. Il ne pouvait pas non plus oublier cette déception qu'il avait ressenti. Il avait été déçu. Par lui-même. Comment avait-il pu se blesser aussi facilement ? Il aurait dû faire attention, s'entraîner beaucoup moins, et ne pas forcer. Il aurait dû...

Il aurait aussi dû s'ouvrir à Yukari quand elle était venue le voir. Mais il l'avait rejetée, mise de côté. Comme il l'avait fait avec son frère. Heureusement, son frère avait pu lui pardonner, et il n'y avait aucun malaise entre eux de ce côté-là. Leur relation était redevenue la même qu'avant, ils étaient toujours complices, mais aussi toujours tellement différents. Il aurait voulu que tout redevienne comme avant avec Yukari aussi. Seulement il était parti à l'université, puis il était revenu avec l'idée folle de venir ici, à Nishinaka. Sans informer son amie. Enfin, même s'il avait voulu lui dire, il ne l'aurait pas fait.
Il lui avait fait tellement de mal qu'il aurait du mal à aller lui annoncer tout sourire qu'il déménageait dans une autre ville, loin de Fukuoka, pour reprendre sa vie en main et pour, peut-être, tenter de repartir à zéro.

Un faible soupir triste vint doucement frôler ses lèvres alors que son regard fixait tristement le sol. Comment avait-il pu être aussi idiot ? S'il pouvait retourner dans le passé, il irait se donner quelques claques, histoire de se remettre les idées en place. Il changerait tout cela.
Il changerait même plus que juste ça. Il retournait à la case départ, au début de leur amitié. Et il effacerait tout. Absolument tout. Il ne le ferait pas pour lui. Non, lui voudrait se souvenir de tout. De la complicité qu'il avait eu avec elle, de son sourire, de sa rire, de sa voix... De tous ces bons moments qu'ils avaient partagés. Mais s'il pouvait, il effacerait tout ça de la mémoire de Yukari. Pour son bien à elle. Pour qu'elle ne souffre pas plus tard. Pour qu'elle continue de sourire encore et encore, et ne pas devenir triste, à cause de lui.

La voix de la jeune femme vint soudainement le sortir de ses pensées et il releva le visage tout aussi brusquement qu'il avait quitté ses idées noires. Ses yeux se mirent à fixer le visage de la jeune femme. Son visage s'éclaira d'abord. Il imaginait parfaitement bien Yukari en mannequin. Elle était vraiment sublime. Elle était tellement faite pour ce métier. Un froncement de sourcils perturba cependant son visage. Comment ça, elle allait devoir reprendre la relève de son père ?

« Le métier de mannequin te va très bien. Et ça a l'air de marcher non ? Enfin, j'suis content pour toi, c'est vraiment génial », répondit-il doucement, un fin sourire aux lèvres et le regard plongé dans le sien, avant de le baisser sur le carton qu'il tenait en mains, « Comment va ton frère, d'ailleurs ? Il est aussi à Nishinaka ? », osa-t-il demander, levant une nouvelle fois le regard vers elle.

Dans ses souvenirs, il s'agissait du frère qui allait reprendre le patrimoine du père, et non la fille. Sans doute son frère avait-il changé d'avis ? Pas impossible, il avait l'air d'avoir beaucoup de pression sur les épaules, ça avait dû être insupportable.. Néanmoins, Tooru voyait mal le frère de Yukari lui remettre cette pression juste parce qu'il en avait assez de son côté, ce n'était pas son genre.
Le temps changeait les personnes, mais pas à ce point ; enfin, c'était ce qu'il croyait.

« Il était pas censé reprendre l'affaire de ton père au fait ? », demanda-t-il en penchant la tête sur le côté.

Il se frotta la nuque d'un air distrait, avant d'ouvrir à nouveau la bouche pour parler :

« Enfin ça me regarde pas, désolé », lâcha-t-il en inclinant légèrement la tête, « Je poserai plus de questions. J'ai pas oublié, tu es pressée » ; et ça lui arrachait tellement le cœur de dire ça. Non, il voulait poser des questions. Non, il voulait continuer de parler avec elle. Il voulait tout savoir d'elle, tout ce qu'il avait loupé.
Mais pourquoi lui dirait-elle tout cela, à lui, qu'il l'avait sans doute fait souffrir ? Tooru était un véritable idiot. Il le savait. Il se le répétait souvent, mais aujourd'hui plus que d'habitude.

Il fit signe à Yukari de le suivre, lâchant un « A la caisse, donc » avant de se tourner, lui donnant son dos et de faire le premier pas. Il continua d'avancer, lentement, comme si lui n'était pas pressé. Mais il tirait seulement la chose en longueur, ne souhaitant laisser Yukari s'en aller maintenant.
Il était tellement contradictoire dans ses gestes et dans ses paroles qui lui-même se rendait compte d'à quel point il devait avoir l'air d'un imbécile sur pattes.

Il fit un autre pas, avant de tourner faiblement la tête en arrière, s'assurant que Yukari le suivait bel et bien.
Avait-elle vu cette fine lueur d'espoir qui avait brûlé son regard ? Avait-elle remarqué que son emprise sur la boîte s'était légèrement renforcé ? Avait-elle entendu son cœur battre légèrement plus fort au son de sa voix ?

Se tournant une nouvelle fois vers elle, il lui adressa un sourire avant de filer tout droit derrière la caisse.
Avait-elle noté que son sourire était forcé ? Avait-elle remarqué qu'il n'avait pas envie de la laisser partir ?

Avait-elle tout simplement remarqué qu'il s'en voulait au point de hurler ?
Elle avait certainement remarqué et vu tout ça. Tooru n'était pas vraiment discret. Mais au final, qu'est-ce que ça pouvait faire à Yukari ? Tooru n'avait qu'à s'en prendre à lui-même de toute façon. Et c'était ce qu'il faisait.

   
Emi Burton
 
It's a small world, isn't it ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» It's a small world after all...
» CNN: Food prices rising across the world
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We Love Technology ♠ :: La ville de Nishinaka ♠ :: Nishinaka no Hirokouji-