AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 T'as d'beaux cheveux tu sais ? ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kobayashi Erena» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Mizuhara Kiko
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 01/11/1990
Age : 27
That's what i do there : Serveuse
What about love ? : Exterminer les zombies me paraît plus important pour le moment ♥ !
How I feel :
Messages : 267

Sam 24 Oct - 21:46
Voir le profil de l'utilisateur     
Un calvaire. Non. Pire que ça. C'était un tas de... de quelque chose. Ca n'avait plus forme, ni de début, ni de fin. Ce n'était même plus joli à regarder. Et en plus, c'était tout bonnement difficile à placer.
Bref, ses cheveux avaient décidé de se rebeller, et ce n'était plus possible.

Le premier jour, elle avait cru que ce n'était qu'une petite crise adolescente passagère. Elle avait cru que tout passerait bien, qu'elle arriverait à mieux les coiffer le lendemain. Et puis, de toute manière, elle n'était pas sortie, donc bien coiffée ou pas, personne ne l'avait vue.
Le deuxième par contre, elle avait dû aller au travail... et elle avait passé énormément de temps dans le salle de bain. La rébellion des cheveux, c'était vraiment pas drôle.
Et la voilà le troisième jour, devant un salon de coiffure. Elle s'était acharnée sur ses cheveux le matin même, tentant de les coiffer du mieux qu'elle le pouvait. Elle ne comprenait pas ce qu'il s'était passé, mais ils avaient dû demander le divorce, c'était pas possible autrement.
Elle regarda son reflet dans la vitre en face d'elle. Bon, l'avantage était que son combat contre sa chevelure ne se voyait pas tant que ça. Mais elle avait cru comprendre que c'était parce qu'ils étaient trop longs.
Ils n'étaient plus habitués à être aussi longs, et dès qu'ils poussaient un peu, ils faisaient les rebelles et partaient dans tous les sens.

Souriant plus pour elle-même qu'autre chose, Erena poussa lentement la porte de la petite bâtisse, y entrant discrètement en lâchant un petit « Bonjour ». Elle sourit aux quelques personnes présentes en s'inclinant légèrement avant de donner son nom en disant qu'elle avait rendez-vous, puis partit prendre place sur l'une des chaises vides.
Encore un peu de patience, et son calvaire allait prendre fin...
Elle observa sans rien dire les coiffeuses devant elle, les détaillant du regard. Et ses yeux s'arrêtèrent sur l'une d'elle en particulier. Elle la trouvait vraiment mignonne, belle même. Et ses cheveux paraissaient tellement doux et dociles qu'elle l'enviait presque.
Cela dit, elle devait paraître bizarre à la fixer ainsi, sans bouger, les yeux grands ouverts... Promis, elle n'était pas dangereuse, juste un... étrange. Mais elle était adorable à part ça.

Elle la salua alors rapidement d'un signe de main ; Erena, copine avec tout le monde dès les premières secondes.
Quand la demoiselle s'approcha un peu d'elle, elle se permit de l'observer encore, en fronçant les sourcils cette fois. Elle murmura un « Vous me rappelez quelqu'un... » tout en posant son doigt sur son menton.
Oui, elle l'avait déjà vue quelque part. Mais où ? Nishinaka était une grande ville, elle avait très bien pu la croiser dans la rue. Non. Elle ne se souvenait pas des personnes qu'elle croisait dans la rue, ça ferait trop de visages à retenir.
Elle l'avait vue ailleurs...

« Ah ! », s'exclama-t-elle en frappant faiblement sa cuisse de son poing, « Vous êtes pas mannequin vous ? »
Anzai Minami» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Sugaya Risako
Pseudo : Midori
Date de naissance : 11/09/1991
Age : 26
That's what i do there : Coiffeuse. Je tiens mon propre salon de coiffure au Shop Center.
What about love ? : Toru ♥.
How I feel : • Elle a été mannequin de 17 à 20 ans. • Sa mère voyait en elle une carrière d'idole remarquable. • Son père était la personne qu'elle admirait le plus. • Elle a l'air d'une Shinki, or, elle est une Denshou.• Sa mère admire Terazawa.
• Sa mère était une idole, et elle est très à cheval sur la perfection du physique. • Elle aime manipuler, et utiliser son personnage de peste. • Elle ment pour éviter la NSA.
Messages : 51

Dim 25 Oct - 0:22
Voir le profil de l'utilisateur     
T'as d'beaux cheveux tu sais ?
Feat Kobayashi Erena
Maintenant, cela fait à peine quelques semaines que je suis revenue à Nishinaka. C’est pour ma mère que je l’ai fait. Elle a sombré dans l’alcool. A peine sorti de l’alcool, ma présence à ses cotés était très importante, afin d’éviter une nouvelle crise. Trouver du travail n’a pas été compliqué. A peine j’ai démarré en tant que coiffeuse, j’ai gravi un échelon afin de finir responsable du salon de coiffure. Juste par ce que ma mère était une ancienne idole, et que le patron l’appréciait énormément. Je lui avais menti sur mes opinions politiques, j’étais bel et bien obligé si je voulais trouver du travail. Or, au plus profond de moi-même, je détestais cette mise en scène, cette société qui obligeait la population à être parfaite physiquement Venant de Tokyo, on m’a souvent demandé de faire une comparaison entre la capitale japonaise et Nishinaka….  
Des clientes très exigeantes, j’en ai croisé. Un jour, une jeune fille me demanda carrément « pourriez-vous me faire une coupe parfaite ? » ou alors, les exigences furent tellement précises… J’avais tellement peur de décevoir les clients et de perdre ma place, que je faisais des crises d’angoisses. Mais ma passion pour la coiffure dépassait tout cela. Je m’investissais dans tout ce que je faisais. Je me sentie épanouie, et je pouvais oublier les problèmes de ma mère durant quelques heures.
Aujourd’hui, la journée se passait plutôt bien. Comme d’habitude, j’avais reçu des clientes très exigeantes, et d’autres qui m’ont laissé carte blanche. Une cliente demanda même la couleur que j’avais sur mes cheveux, un blond rosé. « Mademoiselle, vous êtes parfaite ». J’ai entendu cette phrase tellement de fois. Ca m’agaçait, mais j’étais obligé de faire semblant d’accepter, et de dire merci.

Alors que je passais le balai après le passage d’une cliente, j’entendis le bruit de la porte s’ouvrir. J’entendis une voix féminine, très douce, « Bonjour ! ». Je rangeai le balai, et je me dépêchai de l’accueillir. C’était une jeune femme, vraiment très belle. Elle avait l’air de faire très attention à son physique, avait une apparence à la fois chic et très soignée. Elle était très souriante. Je sentis qu’elle n’avait pas l’air à l’aise avec sa chevelure. Elle s’inclina légèrement pour nous saluer. Je fis de même.

« Bonjour Mademoiselle, que puis-je faire pour vous ? » demandai-je avec un petit sourire.

La cliente, fraîchement rentrée dans mon salon, me répondit qu’elle avait un rendez-vous, et m’indiqua son nom de famille. Je commençai à chercher son nom sur mon planning de rendez-vous.

« Alors, Kobayashi… Kobayashi… Ko… Oui ! »

Je pris un stylo et je surlignai son nom pour indiquer qu’elle était venue au rendez-vous. Je lui proposai de l’a débarrassé de son sac et de sa veste, et lui indiquai les fauteuils très confortables du salon de coiffure.
Tandis qu’elle partit s’asseoir, le téléphone sonna. Ce fut un client pour me demander un rendez-vous. Je pris rapidement des notes. Durant ma conversation de quelques minutes, ma nouvelle cliente fixait les autres coiffeuses du salon.

Elle me fixa durant une longue minute. Ne souhaitant pas l’importuner avec mon temps passé au téléphone, je me dépêchai de prendre congés. En rapprochant, j’entendis un « « Vous me rappelez quelqu’un ».Elle avait le doigt posé sur son menton. Je me mis à ricaner.

Peut être que je l’avais croisé en discothèque ou en ville ces derniers jours ? Peut être que nous habitions le même quartier ? Son visage ne me disait pas grand chose… Mais il me semblait que je l’avais vu dans un magazine autrefois…

« Ah oui ? » m’exclamai-je

J’ai a peine eu le temps de lui répondre, qu’elle exclama un « Ah » en tapant faiblement sa cuisse et me posa la question auquel je me suis jamais attendue…

« Vous n’êtes pas mannequin vous ? ».

Je fus choqué. Un petit silence s’installa dans le salon, pendant quelques secondes. Je commençai à rigoler.

Ah, vous m’avez découverte » disai-je sur le ton de la plaisanterie.
Tout en l’invitant à s’asseoir sur une chaise face à une glace du salon, je lui expliquai que…

«J'ai été mannequin pendant trois ans. Ça n’a pas duré longtemps. Je suis très surprise que vous m’ayez reconnu, je n’ai pas fait beaucoup de grands magazines. »

A part quelques catalogues de mode et une campagne chez H&M où je n’apparais que quelques secondes, je n’aurai jamais pensé que vous m’aurez reconnu. En plus, à l’époque, j’avais encore ma chevelure noire, je ne m’étais jamais colorer les cheveux avant de devenir coiffeuse.

J’observai la chevelure de ma cliente.
« Qu’est ce qui vous ferait plaisir mademoiselle ? ».  
J’essayai de rester professionnel quand même, vis à vis de mes clients et de mes coiffeuses.
FICHE PAR DITA | EPICODE
Kobayashi Erena» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Mizuhara Kiko
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 01/11/1990
Age : 27
That's what i do there : Serveuse
What about love ? : Exterminer les zombies me paraît plus important pour le moment ♥ !
How I feel :
Messages : 267

Dim 25 Oct - 22:40
Voir le profil de l'utilisateur     
Un large sourire vint étendre les lèvres d'Erena. Elle avait vu juste ! Cette jeune femme était bien une mannequin ! Elle s'applaudit intérieurement tout en se félicitant, avant en allant s'asseoir.
Elle prit place confortablement sur le siège, s'observant quelques secondes dans le miroir. Et une grimace étira son visage ; ses cheveux ressemblaient plus vraiment à grand chose, hein ? Tristesse.

Elle détourna le regard, tournant la tête vers la coiffeuse, penchant la tête sur le côté, avant de rire faiblement. Elle aurait pourtant juré l'avoir encore vue dernièrement dans un magazine. Ou alors s'était-elle trompée ? Non. Elle avait vraiment un visage qui lui rappelait quelqu'un. Elle avait vraiment l'impression de l'avoir vue dans un catalogue, ou quelque chose comme ça. On ne dirait pas, mais Erena se souvenait généralement bien des visages des gens, plus particulièrement des mannequins. Elle avait toujours cette habitude d'ailleurs, en feuilletant les magazines, de vérifier qu'elle connaissait bien chacune des filles présentes sur les pages. Enfin « connaissait », pas dans le sens personnel. Mais juste que leurs visages lui étaient familiers, voilà tout.
Elle avait pris cette habitude aux Etats-Unis. Elle s'était elle-même surprise à reconnaître tous les mannequins qu'elle avait vus dans des revues, que ce soit des hommes ou des femmes. Et puis elle avait continué à se souvenir de chaque visage. Bien sûr, elle en oubliait certains, et se trompait parfois en pensant en avoir un ou une dans la rue ; l'erreur était humaine. Même aujourd'hui, elle aurait pu se tromper avec la coiffeuse et l'avoir prise pour quelqu'un d'autre. Fort heureusement, ce n'était pas le cas.

Elle colla lentement son dos contre le dossier du siège, laissant son regard vagabonder sur le reflet de la jeune fille en face d'elle. Un fin sourire ornait toujours ses lèvres alors que ses doigts tapaient doucement sur les accoudoirs du siège un rythme étrange.

« Pourquoi vous avez arrêté ? », demanda-t-elle, curieuse, la tête à nouveau penchée sur le côté, « Enfin, ça ne me regarde pas, pardon. Et, ça peut sembler bizarre, mais j'ai pour habitude de mémoriser les visages des mannequins que je vois défiler dans les pages de mes magazines »

Elle se tut alors, avant de sourire et de reprendre :

« En fait, j'aimerais juste les couper un peu. Comme vous le voyez, ils sont un peu rebelles et ça dure depuis 2 jours déjà, c'est un vrai calvaire. Ils me font toujours ça quand ils sont trop longs »

A croire que ses cheveux avaient leur propre cerveau et dictait leurs propres règles, haha.
Elle mima rapidement la longueur qu'elle voulait couper, une dizaine de centimètres pendant qu'elle gesticulait joyeusement sur la chaise. Elle aimait bien être chez le coiffeur et se faire pouponner. Ca lui rappelait ses années mannequin et ça faisait du bien. Et puis, c'était aussi toujours très agréable de discuter avec la coiffeuse. Pour Erena qui aimait parler, un salon de coiffure était le Paradis.

« J'étais mannequin, aussi. Enfin, je le suis toujours concrètement, ma carrière est juste en pause », avoua-t-elle, elle ne savait pas si la jeune femme voulait l'écouter mais bon, maintenant qu'elle était lancée..., « Vous vous appelez comment au fait ? », demanda-t-elle ensuite, « Kobayashi Erena, enchantée », finit-elle en inclinant légèrement la tête.

La politesse avant tout ! Et puis, ce serait tout de suite plus agréable de connaître le prénom de la jolie demoiselle pour discuter.
Anzai Minami» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Sugaya Risako
Pseudo : Midori
Date de naissance : 11/09/1991
Age : 26
That's what i do there : Coiffeuse. Je tiens mon propre salon de coiffure au Shop Center.
What about love ? : Toru ♥.
How I feel : • Elle a été mannequin de 17 à 20 ans. • Sa mère voyait en elle une carrière d'idole remarquable. • Son père était la personne qu'elle admirait le plus. • Elle a l'air d'une Shinki, or, elle est une Denshou.• Sa mère admire Terazawa.
• Sa mère était une idole, et elle est très à cheval sur la perfection du physique. • Elle aime manipuler, et utiliser son personnage de peste. • Elle ment pour éviter la NSA.
Messages : 51

Lun 26 Oct - 22:23
Voir le profil de l'utilisateur     

T'as d'beaux cheveux tu sais ?Kobayashi Erena & Anzai Minami

Ma cliente rigola faiblement. Je ne connaissais que son nom de famille. Quand  pourrais-je connaître le prénom de cette jolie femme ? Elle était très forte, avait l’air d’avoir une très bonne mémoire. Ca faisait bientôt trois ans que j’avais arrêté ce métier pour devenir coiffeuse et être indépendante, être libérée des griffes de ma mère.

Pendant qu’elle s’installait confortablement, je m’absentai une petite minute pour aller lui chercher un peignoir, soigneusement repassée par mes apprentis coiffeuses. Enseigner, j’aimais ça. Pendant que je revenais, elle me posa la question : « Pourquoi vous avez arrêté ? ». Je m’arrêtai quelques secondes… Je fus choquée. C’était la première fois que je parlais de mon passé, mais aussi qu’on me demandait pourquoi j’avais arrêté… Honnêtement, je n’ai jamais répondu à cette question, même pas ma mère. Elle ajouta « Enfin, ça ne me regarde pas, pardon. Et, ça peut sembler bizarre, mais j'ai pour habitude de mémoriser les visages des mannequins que je vois défiler dans les pages de mes magazines »


Elle était trop mignonne. Je fus rassurée, je lui fis un signe de la tête comme quoi ce n’était pas grave…

<< Vous avez une excellente mémoire! >> remarquai-je

Je posai le peignoir sur le côté et je m’installai derrière le fauteuil afin d’admirer sa chevelure. Je devais analyser sa précédente coupe, couleur… Je n’épargnai aucun détail afin de satisfaire mes clientes.

Elle répondit à ma précédente, sur ce qu’elle souhaitait.
« En fait, j'aimerais juste les couper un peu. Comme vous le voyez, ils sont un peu rebelles et ça dure depuis 2 jours déjà, c'est un vrai calvaire. Ils me font toujours ça quand ils sont trop longs »

Elle mima la longueur sur ses cheveux. Je comptais environ une dizaine de centimètre. Les cheveux de ma cliente étaient rebelles en effet. Je pouvais l’a comprendre. J’avais aperçu sa précédente grimace, un signe de mal à l’aise. J’allais faire de mon mieux pour qu’elle se sente mieux. Je lui faisais un petit sourire.

« Mais oui, je vois très bien ce que vous recherchez… On part donc sur rafraîchir votre précédente coupe, et en raccourcissant votre longueur. »

Je me permettais de toucher à ses cheveux, tout en douceur. Elle avait l’air d’aimer ça. Moi-même, les salons de coiffure étaient mes endroits préférés. J’aimais me faire chouchouter, mais me dire à ce point-là « atteindre la perfection », là je n’étais pas du tout d’accord.

Je m’excusai auprès d’elle, et je parti ouvrir à une cliente qui partait. Je grondai une de mes apprentis coiffeuse qui n’avait pas dit au revoir. Je gérais d’une main de fer mes apprentis coiffeuses, toutes des Shinki. Elles voulaient être parfaites, mais elles ne l’étaient pas du tout avec les clientes. Ca me faisait bien rire. Nous étions plus que toutes les deux dans le salon. Tout en revenant, elle prit la parole.

« J'étais mannequin, aussi.  Enfin, je le suis toujours concrètement, ma carrière est juste en pause »

Je m’arrêtai une minute pour remettre le fauteuil en place, et je lui fis un sourire comme quoi je m’intéressais à ce qu’elle racontait. J’aimais parler avec mes clientes. Ca me faisait plaisir. En revanche, je me permettais de dire des choses à moitié fausses afin de ne pas laisser mon appartenance au groupe « Deshou » apparaître.

Je fus heureuse de voir une mannequin devant moi. Et apparemment, elle était en pause. Moi, j’avais arrêté totalement.

« J’ai moi-même était mannequin de mes 17 ans à mes 20 ans. J’ai été obligé d’arrêter… » lui répondis-je…

Je repris mon souffle et je continuai « J’ai arrêté car j’ai quitté le domicile à mes 20 ans. Ma mère ne pouvait plus s’occuper de ma carrière car j’étais partie de Nishidata pour Hokkaido. Je voulais revoir ma famille du coté de mon père décédé, et j’ai commencé ma formation dans la coiffure afin d’être indépendante financièrement. »

Je m'arrêtai net, et m'excusai de trop lui raconter ma vie.

Elle me demanda mon nom. Tout en s’inclinant la tête, elle me disait qu’elle s’appelait Kobayashi Erena. Je me rappelai de ce nom. Je ne m’intéréssais pas trop aux magazines de mode, mais ce nom est ressorti quelques fois dans ma carrière.
« Je m’appelle Anzai Minami, enchantée de faire votre connaissance ».

Je lui proposai d’enfiler le peignoir et de passer au bac.


© Lady sur Epicode
Kobayashi Erena» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Mizuhara Kiko
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 01/11/1990
Age : 27
That's what i do there : Serveuse
What about love ? : Exterminer les zombies me paraît plus important pour le moment ♥ !
How I feel :
Messages : 267

Mer 28 Oct - 0:20
Voir le profil de l'utilisateur     
Une excellente mémoire ? Elle ? Moui, on pouvait dire ça comme ça... Disons que c'était plutôt grâce à tous les jeux vidéos qu'elle jouait. Mine de rien, ça l'aidait plus que bien au quotidien.
Elle qui l'avait toujours répété à sa mère et cette dernière qui ne la croyait pas... elle pouvait le lui dire maintenant ! « Maman, c'est grâce aux jeux tout ça » ; oui bien sûr, comme si sa mère allait avaler ça. Elle pouvait essayer au moins.
En parlant de jeux, ça faisait un petit moment qu'elle n'avait plus eu de nouvelles de son frère... Elle allait devoir remédier à ça et le harceler de mails jusqu'à ce qu'il réponde. Elle le ferait dès qu'elle rentrerait tiens. Ca lui apprendra à ne plus donner signe de vie pendant des jours, voilà.

Elle fut couper dans ses pensées en entendant la voix de la coiffeuse. Elle lui sourit alors, offrant un rapide « C'est ça, oui ». De toute manière, elle lui faisait confiance. Elle admirait les coiffeurs en général. Ils savaient toujours ce qu'ils devaient, comment ils devaient mais surtout pourquoi. Ils se posaient toujours les bonnes questions, au bon moment et arrivaient à rendre quelque chose de correct, voir merveilleux.
Ca n'aurait pas été un métier pour elle, d'ailleurs. Pas que cet aspect-là de la chose la faisait reculer, mais plutôt qu'elle aurait trop peur de rater les coupes de ses clients. Et pour un coiffeur, ce serait plutôt... bête.

Elle se mit à jouer doucement avec ses doigts, les entremêlant gentiment et releva le regard vers l'autre jeune femme. Mannequin de 17 à 20 ans, et obligée d'arrêter ? Elle écouta attentivement l'histoire de la coiffeuse, n'omettant aucun mot. Elle hocha la tête plusieurs fois, doucement, montrant qu'elle l'écoutait. Elle ne regardait plus qu'elle et n'arrivait même pas à détacher son regard de son si joli visage.
Elle lui offrit un sourire compatissant,, ne disant rien pour le moment. Son sourire s’agrandit en entendant son nom, qui était très beau au passage. Elle adorait le prénom Minami, c'était vraiment joli. Si elle avait une petite fille, elle l’appellerait certainement comme ça. Minami, ou Sakura. Enfin, elle n'en était pas encore là.

Elle enfila alors son peignoir et alla au bac. Elle s'assit lentement et pencha automatiquement sa tête en arrière, ayant au préalable lever ses cheveux pour qu'ils soient à l'intérieur du bac. Elle observa le plafond, silencieuse, avant de laisser son regard traîner sur les côtés. Quand Minami arriva dans son champ de vision, elle ne put s'empêcher de sourire, et de parler :

« Ca n'a pas dû être facile pour vous à l'époque. Et désolée pour votre père, je ne voulais pas vous faire parler de souvenirs douloureux hein », commença-t-elle doucement, « J'étais juste un peu trop curieuse, désolée. Mais merci d'avoir partagé votre histoire avec moi »

Elle lui sourit une fois encore. Et elle se tut durant quelques secondes, avant de reprendre :

« Ca vous manque parfois, le mannequinat ? », demanda-t-elle, toujours curieuse, « Ca me manque parfois... », lâcha-t-elle dans un petit air nostalgique.

Ca lui manquait, oui. Parfois. Quand elle y réfléchissait, elle pensait à tous ses bons souvenirs qu'elle avait accumulés au fil des années. Elle pensait à toutes ces bonnes choses qu'elle avait vécus, tout ça grâce à son métier.
Malheureusement il y avait aussi le côté moins rose...

« Vous comptez reprendre votre carrière un jour ? », continua-t-elle de questionner la pauvre coiffeuse.
Anzai Minami» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Sugaya Risako
Pseudo : Midori
Date de naissance : 11/09/1991
Age : 26
That's what i do there : Coiffeuse. Je tiens mon propre salon de coiffure au Shop Center.
What about love ? : Toru ♥.
How I feel : • Elle a été mannequin de 17 à 20 ans. • Sa mère voyait en elle une carrière d'idole remarquable. • Son père était la personne qu'elle admirait le plus. • Elle a l'air d'une Shinki, or, elle est une Denshou.• Sa mère admire Terazawa.
• Sa mère était une idole, et elle est très à cheval sur la perfection du physique. • Elle aime manipuler, et utiliser son personnage de peste. • Elle ment pour éviter la NSA.
Messages : 51

Mar 22 Déc - 0:32
Voir le profil de l'utilisateur     
J’avais une cliente vraiment très bavarde, très curieuse, très souriante… Mais ça fait du bien d’avoir ce genre de cliente devant soi… Ca changeait des clientes trop exigeante, trop aigrie… Erena était une cliente très sympathique. Dommage que je sois obligé de jouer un rôle d’avoir l’air comme elle… Mais pour une fois, je pouvais un peu raconter mon histoire et redevenir ce que je suis en dehors de mes heures de travail.
Le sourire compatissant d’Erena me faisait aussi sourire. Pour la première fois, je me sentais comprise… Elle s’excusa d’être trop curieuse, que j’ai du lui parlé de chose négative.

« Ne vous inquiétez pas, ça ne me dérange pas. »

Je lui fis un petit sourire tout en ricanant, et je lui avouais que …

« Ca fait du bien de partager ses expériences avec une personne ayant eu la même fonction auparavant. C’est moi qui vous remercie ».

Je fus émue de lui raconté mon expérience. C’était la première fois que j’en parlais aussi ouvertement. Ca me libère d’un de ses poids. Je commençai à regarder ses cheveux.

Elle me demanda si le mannequin me manquait… Je vais être honnête, ça me manquait pas du tout. Ca m’énervait d’être toujours commandé par le photographe, par ma mère. Ne pas sourire, ne pas croisé les jambes, poser dans telle tenue… A travers ma carrière, je n’ai jamais su exprimé mes propres goûts, ma propre personnalité, mes propres envies… Peut être que mannequin m’aurait plu, si j’avais eu l’opportunité de m’exprimé comme je le voulais… Je lui lançais une réponse un peu tourné dans les deux sens…

Ça me manque, dans le sens où j’aimais bien poser devant les caméras… Mais ça ne manque pas dans le sens où on m’a empêché de m’exprimer comme je le souhaitais. »


Après m’avoir fait un petit sourire, je décidai de revenir au sujet principal de la conversation.
« A propos de vos cheveux, qu’es ce que je leur fais aujourd’hui ? » lui demandai-je avec un grand sourire. Je les regardai dans tous les sens. J’aimais tellement ce métier !!

Elle me demanda si je souhaitais reprendre ma carrière… Afin de ne pas l’a décevoir sur mes réponses, je lui lançai :

« J’étais encore lycéenne quand je me suis lancée dans le mannequinat… C’est un trésor que je garderais, ça m’avait plu… Peut être que je reprendrais occasionnellement, mais seulement si je peux participer aux décisions pour les shootings. Je veux surtout exprimer mes propres émotions à travers mes photos. ;. »


Kobayashi Erena» I ❤ Nishinaka
avatar
Avatar : Mizuhara Kiko
Pseudo : Chonchon
Date de naissance : 01/11/1990
Age : 27
That's what i do there : Serveuse
What about love ? : Exterminer les zombies me paraît plus important pour le moment ♥ !
How I feel :
Messages : 267

Ven 25 Déc - 12:03
Voir le profil de l'utilisateur     
Erena ne put s'empêcher de hocher vigoureusement la tête. Elle était tout à fait d'accord sur ce point-là, partager ses expériences avec quelqu'un qui avait fait le même métier, ça faisait du bien. C'était même un vrai plaisir d'en parler. Et puis, elle avait aussi l'impression que la jeune femme pouvait la comprendre. Qu'elle pouvait comprendre ce qu'elle sous-entendait parfois, qu'elle pouvait comprendre ce qu'elle avait vécu, les bons comme les mauvais moments. Bref, elle avait le sentiment que la coiffeuse pouvait, en plus de plus ou moins compatir, réellement comprendre le sens de ses mots.
De plus, Erena était tout simplement heureuse de pouvoir parler à quelqu'un du métier, ça changeait de d'habitude. Pas qu'elle n'aimait pas parler de sa carrière avec les autres, bien au contraire. Mais avec un ex-mannequin, c'était différent.
Elle agita ensuite rapidement sa main, signalant à la jeune femme qu'elle n'avait pas besoin de la remercier pour ça. Parce que si elles commençaient comme ça toutes les deux, elles auraient pas fini. Erena pouvait aussi très bien la remercier de l'écouter, mais surtout de répondre à ses questions. Elle avait croisé des mannequins peu bavardes, voir très fermées. Certaines n'avaient répondu à aucune de ses questions, même un simple « Comment ça va ? ».
Alors, non, vraiment, c'était à Erena de lui dire merci pour accepter de lui parler, et de lui répondre sans se braquer.

Regardant le reflet de Minami dans le miroir devant elle, un fin sourire se dessina sur ses lèvres, alors qu'elle l'écoutait, attentivement, buvant presque le moindre de ses mots. Elle hocha une première fois la tête, acquiesçant silencieusement. Elle comprenait ce sentiment-là. Poser devant les caméras et tout ça, ça lui manquait aussi parfois. Alors elle s'amusait seule devant son miroir, et c'était dans ces moments-là qu'elle se disait « Et si je reprenais ma carrière ? »
Elle fronça légèrement les sourcils, avant de hocher légèrement la tête tout en humant faiblement. Elle comprenait cela aussi... mais elle devait avouer qu'elle n'avait jamais vraiment eu de soucis de ce côté-là. Autant être honnête, les photographes lui avaient souvent laissé carte blanche. Elle avait souvent eu le droit de choisir sa tenue, la position dans laquelle elle voulait être prise en photo. Elle avait eu, avec certains pas tous, un droit de regard sur le moindre détail. Elle avait parfois eu le droit de choisir les photos qui allaient être publiées. Elle avait parfois eu le droit de proposer des choses, plus ou moins nouvelles, de proposer des tenues... Elle avait toujours tout fait pour se retrouver dans chaque cliché. Et même si le photographe en face d'elle était peu enclin à cette idée, elle appréciait se reconnaître.
A quoi bon faire ce métier si l'on ne pouvait pas s'exprimer ? Ou si l'on se perdait soi-même ?
Elle permit un simple « Ca, c'est pas cool » de lui échapper alors qu'elle mimait une mine colérique. Elle n'aimait pas ces gens qui ne laissaient pas les mannequins s'exprimer, ne serait-ce qu'un peu, et qui les considéraient presque comme leurs jouets, des pantins articulés dont ils disposaient et avec lesquels ils pouvaient faire tout ce qu'ils voulaient.
Ce n'était pas ça, être mannequin... et beaucoup pensait que c'était cela, au contraire. Triste monde.

Un faible « Oh » glissa sur ses lèvres, et elle se redressa, droit comme un piquet sur son siège. Elle se regarda quelques secondes dans le miroir, tournant encore et encore sa tête, et déclara :

« Je voudrais les couper. Parce que ça part vraiment dans tous les sens et ça m'agace. Vous pouvez couper, hm... une dizaine de centimètres ? Oui, ça me paraît bien ! »

Elle sourit au reflet dans la jeune femme dans le miroir. Elle l'écouta une nouvelle fois, et ne la quittait pas des yeux, lui montrant ainsi qu'elle avait toute son attention.

« C'est toujours lorsque l'on peut décider. On apprécie mieux la chose, plutôt. Et c'est toujours plus agréable », dit-elle dans un petit sourire, « Aucun photographe ne vous laissez parfois carte blanche ? C'est dommage... », continua-t-elle dans une petite moue attristée, « Enfin, je pense qu'avec le temps les photographes ont un peu changé leur manière de travailler. Du moins ce serait mieux pour eux je pense. Ceux qui ne le font pas ne sont que des charognes. J'ai eu le droit à quelques cas au début de ma carrière, j'ai tout fait pour ne plus travailler avec eux après. Être mannequin, ce n'est pas seulement poser et faire de jolies photos, c'est aussi s'exprimer », dit-elle avec les sourcils quelque peu froncés, prête à aller manifester dans la rue et à écrire ce qu'elle venait de dire sur une pancarte.
Le monde allait bien finir par comprendre tout ça un de ces jours...

« Aah... Ca me manque », chuchota-t-elle rapidement, « Ca me manque, et en même temps, ça me manque pas. De toute façon, le temps que je serai pas décidée entre les deux, je ne reprendrai pas ma carrière. Je ne veux pas faire de fausses joies à mes fans, si j'en ai encore. Donc je préfère attendre »

Elle hocha la tête, approuvant ses propres paroles, avant de rire doucement.

« Donc oui, pardon, je me suis égarée. Mes cheveux, cette galère », et encore, elle restait polie, « J'avais dit quoi ? Dix centimètres ? Oui, c'est ça. Ca me paraît toujours aussi bien. Et puis ils en ont besoin, et moi aussi je dois dire »

Quand elle repensait à ses débuts, et ses cheveux longs, elle se demandait comment elle avait fait à l'époque. Aujourd'hui, quand ses cheveux devenaient trop longs, ils l'embêtaient plus qu'autre chose.
 
T'as d'beaux cheveux tu sais ? ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» T'as d'beaux cheveux tu sais ? ♥
» Le soleil se lève sur tes beaux cheveux blonds, j'arrive et ne comprend pas.
» [JETONS] T'as d'beaux yeux, tu sais !
» Randy ↨ « Salut ! Moi c'est Mr Anderson.. T'as de beaux yeux tu sais ? » [DELAI PAR LEAVEN 28 FEV]
» Grey Fullbuster

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We Love Technology ♠ :: La ville de Nishinaka ♠ :: Nishinaka no Hirokouji :: Shopping Center-