AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 i can't stop myself, i love it so much ; nc-18 (tayun)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité» Invité

Ven 13 Nov - 17:42
     

i can't stop myself, i love it so much.

tenue ✗ Nous arrivons en très peu de temps devant la porte de mon garage, qui s'ouvrent juste après que mon doigt ait appuyé sur un bouton. J'entre la voiture à l'abri puis arrête le moteur. Mon regard se porte directement sur le diable sexy à mes côtés, et un petit sourire étire mes lèvres. Je ne sais pas quoi lui dire. Son visage à la lumière est magnifique, l'éclairage du garage s'allumant automatiquement lorsque la porte coulisse, je suis muet devant tant de beauté. En le décrivant je ne ferai que me répéter, mais je crois que c'est ma plus belle prise depuis que j'ai commencé à chasser dans les boîtes de nuit. Je glisse ma main sur sa joue pour caresser lentement sa peau douce, tandis que l'autre vient se poser sur sa cuisse. Que faire ? Comment arriver jusqu'à la chambre ? Je n'en sais rien, le voyage me semble bien trop long pour que nous en prenions le temps, mais je ne veux pas faire de conneries avec lui, le brusquer ou le répugner. S'il savait quels sont mes penchants, il fuirait certainement … Mais là n'est pas la question. « Descends. »

Encore un ordre, sans que je n'y fasse réellement attention. C'est une mauvaise habitude que j'ai pris avec mon boulot, je devrais certainement parler avec un peu plus de douceur lorsque je dis quelque chose, je vais finir par l'offenser. Je descends juste après ces mots, fermant la portière en la claquant, puis mes clés en main, je verrouille le véhicule une fois que Yunseong est sorti lui aussi. J'attrape sa main et le tire à ma suite, ouvrant la porte qui mène au salon. J'ai l'impression de répéter mes gestes, comme lorsque je l'ai entraîné à sortir du club. Qu'importe. J'allume la lumière de ma main à moitié libre, étant prise par les clés, que je pose rapidement dans un pot à l'entrée. Mon envie pour mon précieux invité ne m'a pas quittée, bien que légèrement atténuée par le trajet, mais l'idée de prendre possession de son corps maintenant est suffisante pour faire grossir la bosse sous mon jean. Je prends une inspiration, essayant d'être le plus discret possible, me contrôlant au mieux.

Je ferme les yeux juste une seconde, et me tourne vers lui. Je le fais reculer, sans même le toucher, avançant vers lui, son dos se retrouve bloqué par le mur derrière lui. Mon corps vient se coller au sien, mes mains attrapent ses hanches, les découvrant afin de toucher sa peau, et mes dents viennent titiller son cou. Je l'embrasse d'abord, avant de mordre cette chair si délicieuse et douce. Je veux le marquer, autant physiquement que psychologiquement. Je suce sa peau, sans lui faire mal, lentement mais sûrement, mes mains se baladant dans son dos, je veux prendre le temps de découvrir sa silhouette parfaite. Je me défais de lui et observe son visage. Il est si beau que ça ne devrait pas être permis. Je me noie dans ses yeux noirs, je suis perdu, il m'a eu. Je me pince les lèvres pour résister encore à la tentation de le prendre ici et maintenant, mais c'est tellement difficile. Je me force à quitter sa peau pour venir attraper sa main, l'amenant en bas des escaliers, que nous montons sans plus attendre. J'éteins la lumière du salon d'un geste sur le mur du couloir et ouvre la porte qui mène à ma chambre, sans y entrer. « Je t'en prie. » Un peu de galanterie ne fera de mal à personne n'est-ce pas ? Une fois qu'il est à l'intérieur, je ferme la porte, tout en m'adossant à elle, ne bougeant pas. Je l'observe avec attention malgré la pénombre de la pièce, les stores ne sont pas descendus, chose faite exprès, j'apprécie de voir les expressions de mes proies lorsque je passe aux choses sérieuses.


O'Daim

Invité» Invité

Ven 13 Nov - 22:18
     

i can't stop myself, i love it so much


Tadase & me

Comment puis-je être aussi heureux de me retrouver seul avec un homme que je connais seulement depuis quelques minutes et en même temps être triste de savoir que nous filons croire vers la fin de cette rencontre ? Nos chemins vont immanquablement se séparer au petit matin ou avant, cela dépend de ses habitudes. Il est assez rare que je sois présent au petit déjeuner de mes amants, préférant les quitter avant l’aube. Je trouve que ce moment est un peu trop intime pour être partagé avec un inconnu que l’on ne reverra pas. Il est évidement arrivé que je sois convié au petit déjeuner mais cela me met toujours mal vis-à-vis de mon amant. Je n’aime pas devoir lui dire « on s’appelle » alors que je sais pertinemment que c’est la seule et unique fois que l’on se voit. Je voudrais soupirer parce que ce soir je trouve cette situation affreusement triste. Me mordant la lèvre inférieure, je tourne mon visage vers la vitre pour observer le paysage filer sous mes yeux. Ce n’est pas la chose la plus passionnante dans cette voiture mais faire le trajet dans ce silence me pèse et me rend morose. Nous ne roulons pas longtemps, Suyeol doit vivre dans ce quartier. Il doit avoir sacrément les moyens parce que ce n’est pas donné dans le coin. Je pourrais même espérer avoir des toilettes avec mes maigres économies.

Lorsque nous arrivons dans son garage, je suis surpris par cette pièce très lumineuse. J’observe en silence ce premier aperçu de chez lui. Ce n’est probablement pas l’espace le plus intéressant à regarder en détails mais comme je ne sais pas si Suyeol me fera visiter avant de m’emmener dans sa chambre, je me contente de ce que je vois. Je ne sens pas son regard sur moi comme je suis absorbé dans mon observation, c’est quand sa main se pose sur ma joue que je reviens vers lui. Mes yeux se posent sur lui avec une teinte un peu triste mêlée au désir que Suyeol provoque chez moi. « Descends. » Haussant un sourcil, je le regarde comme si je voulais lui dire « non mais tu es sérieux ? ». Il est vrai que je préfère quand mes amants sont autoritaires mais m’ordonner de sortir de la voiture je trouve cela moyen. Je sors parce que je ne peux pas faire taire mon corps qui ne cesse de supplier après ses caresses. Il me plait vraiment beaucoup. Je tolère même son ordre alors que je ressens la sensation d’être traité comme un enfant. Cela m’énerve normalement. Je vais seulement ravaler ma réplique cinglante pour ne gâcher ce moment.

Choisissant de me prendre la main pour me guider chez lui, j’oublie complètement ma triste ou ma colère après lui. Son geste met sens dessus dessous mon cœur. Ce dernier bat beaucoup plus vite mais de façon irrégulière. Il me fait un sprinte ou il a l’intention de sauter dans le vide pour se déchainer de la sorte ? La sensation est plutôt désagréable mais c’est supportable. Depuis notre rencontre, Suyeol me rend complètement fou. Mon corps et mes sens répondant trop vivement au moindre de ses gestes ou paroles. Mes doigts se referment sur les siens, je ne veux pas lui lâcher la main. Le suivant docilement, je suis focalisé sur ce geste simple mais qui me chamboule. Je voudrais le forcer à s’arrêter juste pour profiter de la caresse de sa paume sur ma main pendant que je me collerai contre lui. Évidemment je ne fais rien parce que ce ne sera qu’une histoire d’une nuit alors pas la peine de vouloir des instants tendres comme celui-ci. Nous arrivons dans une pièce qui doit être son salon. Ma curiosité se profile immédiatement. Mes yeux observant chacun des meubles présents, et… je ne peux pas pousser mon exploration plus loin car il s’approche vers moi sans me toucher. L’expression de son visage me donne des frissons tout le long de ma colonne vertébrale. Je me sens comme une proie prise au piège par un prédateur. Ma dernière heure est arrivée ? Je me mords la lèvre inférieure pendant que je recule. Mon dos rencontre une surface dure, je suis surpris d’abord puis je pose mon regard sur lui. Il est si près de moi ! Je sens son odeur m’envelopper, me caresser. C’est agréable surtout que maintenant on est plus coincé sur nos fichus tabourets et déranger par les gens autour de nous.

Ses mains se posent sur mes hanches et les découvrent légèrement pour les caresser. Je lâche un soupir, tellement c’est agréable. Sa bouche retrouve le chemin de mon cou et mon cœur s’affole immédiatement. Je devrai le repousser comme je déteste que l’on m’embrasse à cet endroit mais avec lui ce n’est pas la même chose. J’aime les frissons que provoque cette caresse. Ses lèvres se posent sur ma peau sensible pendant que mes mains se posent sur ses bras et s’agrippent à lui. C’est impossible de rester insensible à ce genre d’attention. Je me sens chavirer ! Quand ses dents mordent mon cou avant de sucer ma peau, je laisse échapper un gémissement. Je ne laisse jamais mes amants faire une telle chose mais avec lui… c’est différent ! Pourquoi je le laisse faire toutes ses choses ? Mon corps se tend vers le sien, désirant être encore plus en contact avec lui. Suyeol va finir par avoir ma peau… Je suis dans un état second lorsque son corps se sépare du mien et qu’il me reprend la main pour me guider vers sa chambre je suppose. Je le veux !

« Je t’en prie. » Souriant malgré moi devant cette marque de galanterie, je passe devant lui pour entrer dans sa chambre. La pièce est immense. Mon appartement pourrait rentrer seulement dans cet espace. Nous sommes vraiment aux antipodes l’un de l’autre. Me retournant vers lui pour savoir si monsieur compte encore m’ordonner de faire quelque chose ou pas, je suis intrigué de le voir s’adosser à la porte. Il a peur que je parte en courant ? Mon regard se fait provocateur pendant que je lui tourne le dos et lui présente uniquement mon profil. Je fais descendre lentement ma veste de mes épaules et la laisse tomber sur le sol. Ensuite mes mains se posent sur les bords de mon t-shirt que je fais remonter très lentement avant de le passer au-dessus de ma tête. Il rejoint ma veste pendant que je me retourne vers Suyeol et lui tend la main pour l’inviter à me rejoindre.

© O'DAIM


Invité» Invité

Dim 15 Nov - 22:52
     

i can't stop myself, i love it so much.

tenue ✗ Une fois dans ma maison, c'est mon environnement familier qui m'entoure mais bizarrement, je ne me sens pas plus à l'aise. La présence de cet homme me rend un peu nerveux, et pourtant, je n'ai encore jamais ressenti ça de ma vie. Je n'ai jamais eu le temps de me morfondre ou de penser à moi une minute. C'était « marche ou crève » et j'ai toujours avancé la tête haute, sans jamais regarder derrière. Aujourd'hui, j'ai l'impression que je pourrais revoir toute ma vie juste pour le rencontrer une seconde fois, dans des circonstances plus naturelles, et pas juste pour un coup d'un soir. Un PDG reconnu qui pense ça. Vraiment, on aura tout vu avec moi, je suis unique en mon genre, il n'y a pas à dire. Passant la porte du garage qui mène à l'intérieur de la maison même, je n'ai pas envie de faire comme d'habitude, simplement prendre mon pied en oubliant que c'est une personne, faire mal sans avoir une once de remords dans le sang ensuite. Je ne veux pas le blesser, le faire saigner, je veux prendre mon temps et le goûter comme je le ferai avec une délicieuse gourmandise.

Je réfléchis trop, il faut absolument que je cesse ça. Je me tourne vers lui, lui adressant un regard rempli de sous-entendus. Je le désire, c'est indéniable, mais je ne cherche pas non plus à le cacher. C'est inutile, cela fait au moins une bonne vingtaine de minutes que c'est le cas. Je m'avance lentement vers lui, alors qu'il recule, comme s'il avait peur, comme une proie qui n'a plus d’échappatoire. Je ne le laisserai pas partir. Pas avant que je ne l'ai décidé. Je l'attacherai à mon lit s'il le faut et avalerai la clé des menottes, mais ce sera fini, seulement lorsque je l'aurai dit. Son regard perd le mien juste une seconde, suffisamment pour que je sois d'ores et déjà collé à son corps qui m'appelle, qui respire la chaleur d'une envie trop longtemps refoulée. Mes doigts se glissent doucement sous ses vêtements pour toucher la peau de ses hanches, si douce, si délicate, si agréablement parfumée, tandis que mes lèvres vont s'attaquer à son cou. Ses réactions ne se font pas attendre, je peux entendre des soupirs, des gémissements, il me rend fou, je n'en peux plus. C'est de pire en pire.

Arrivés en haut de l'escalier, je le guide dans le noir jusqu'à la porte de ma chambre, ouvrant la porte afin de le faire entrer en premier. Je pénètre dans la pièce à mon tour, mais ne vais pas bien loin. Je le laisse découvrir le lieu illuminé par les rayons lunaires, même s'ils sont faibles, sa silhouette dévorée par l'obscurité me donne envie de le prendre dans mes bras immédiatement, mais je m'oblige à seulement poser mes yeux dessus et pas mes mains. Je m'adosse à la porte, tandis que sans bruit, je tourne la clé dans la serrure, la glissant ensuite dans la poche arrière de mon jean. Ma langue passe sur mes lèvres quand Yunseong décide de retirer ses vêtements. C'est d'abord sa veste qu'il fait glisser le long de ses épaules, de ses bras, lentement, la laissant choir sur le sol sans y prêter attention une seule seconde. Puis avec la même rapidité, il fait passer son tissu sur sa peau, et ma retenue faiblit de minute en minute, alors qu'il est devant moi, à se déshabiller, je ne fais que l'admirer. Je dois dire que la luminosité restreinte donne un côté très sensuel à ses gestes, je n'aurai jamais imaginé cet effet sur une personne. Suis-je hypnotisé ? M'a-t-il jeté un sort ?

Je reprends mes esprits un court instant, me détachant du bois de la porte pour m'approcher de lui et attraper sa main tendue. Mes lèvres se posent sur le dos de cette dernière, remontant ensuite sur son poignet, suivant les courbes irrégulières de ses veines, jusqu'au creux intérieur de son bras, continuant son chemin sur son épaule. Je ne me précipite pas, nous avons toute la nuit. Ma bouche trace une ligne invisible de son cou jusqu'à sa mâchoire, tandis que ma main dans la sienne s'occupe de la glisser dans mon dos, sans la lâcher. Il ne m'échappera pas, je ne le supporterai pas. Je ne le lui permettrai même pas une seule minute. Mes doigts libres ne tardent pas à trouver leur place sur la hanche dénudée de Yunseong, avant de lentement se faufiler dans le bas de son dos. Je détache mon visage de sa mâchoire pour le regarder dans les yeux, restant à une proximité presque inexistante tant nos nez sont susceptibles de se toucher. Sans clore mes paupières, j'embrasse ses chairs, observant ses expressions. Depuis quand embrasser quelqu'un est aussi extraordinaire ? J'en ai des frissons dans tout le corps. Je délivre sa main et viens poser la mienne dans ses cheveux afin d'approfondir l'échange. Ma langue n'a pas besoin de forcer le passage jusqu'à la sienne, il me le donne, comme s'il lisait dans mes pensées, comme s'il savait à l'avance ce que j'allais vouloir. Trop de choses se bouleversent en moi, cet homme, cet inconnu me ravage totalement.


O'Daim

Invité» Invité

Mar 17 Nov - 0:06
     

i can't stop myself, i love it so much


Tadase & me

Comment puis-je avoir des réactions aussi excessives avec lui ? Mon cœur bat tellement fort mais je ressens comme un énorme poids dans ma poitrine. Le moindre de ses gestes met le feu à tous mes sens. Mon corps frissonne, mes poils se dressent sur mes bras. Instaurer une distance entre nous serait la meilleure des solutions mais quand il se permet de prendre un peu distance avec moi, je veux seulement courir dans ses bras. Cela me surprend car je ne suis pas ainsi avec mes amants. Je ne demande pas de tendresse, seulement avoir la sensation d’être unique pendant une quinzaine de minutes voir plus et c’est tout. Suyeol me donne envie d’être le seul pour une période beaucoup plus longue et importante, seulement compter pour lui. Je ne sais pas quelle attitude adopter avec lui à cause de cette confusion régnant dans la tête.

Il me guide doucement dans les différentes pièces mais son emprise sur ma main est ferme. Je rougis de plaisir devant ce geste et me laisse faire. Je suis trop curieux pour ne pas regarder son intérieur pour avoir une idée de sa vie quotidienne mais je ne vois rien de bien spécial dans ce salon. Je suis surpris par son rapprochement. Ses caresses provoquent directement des gémissements et des soupirs de ma part. Je ne peux pas me retenir car c’est tellement agréable alors que ce n’est presque rien. Mon cœur tambourine dans ma poitrine pendant que ses lèvres se posent dans mon cou. Je veux le repousser mais je veux aussi le garder tout contre moi. Mon beau coréen est véritablement sadique. Il enflamme mes sens puis me laisse ainsi sans assouvir mes envies. Je veux bouder pour lui faire comprendre que je ne suis pas d’accord de me retrouver dans cet état sans avoir plus de sa part mais sa main emprisonne de nouveau la mienne. Cette fois-ci on monte les escaliers, je suppose que l’on se rend dans sa chambre. Je suis pressé de me retrouver dans ce lieu intime… surtout avec lui.

Ouvrant la porte pour me laisser entrer, je suis intimidé de me rendre dans sa chambre. Les stores ne sont pas baissés, la lumière de la nuit éclaire la pièce faiblement mais assez pour donner une ambiance intime et envoutante. Suyeol se tient contre la porte et je me demande s’il a peur que je ne m’échappe. J’en serai bien incapable ! Je suis son prisonnier depuis que nos regards se sont croisés. Notre relation prendra fin au petit matin mais je ne voudrais jamais retrouver ma liberté. Je souhaite lui appartenir. Comme il n’esquisse aucun geste, je vais jouer au petit provocateur. Je lui tourne le dos et lui présent mon profil. Mes yeux avec l’eyeliner semblent beaucoup plus sombres. Je fais descendre lentement et doucement ma veste de mes épaules avant de la laisser choir sur le sol. Mon t-shirt connait le même sort. La fraicheur de la pièce mord ma peau nue. Je lui souris en me tournant vers lui. Ma main tendue, je veux l’amener vers moi. Mon corps appelle ses bras, ses mains. Mon regard s’assombrit un peu plus quand ses lèvres se posent sur ma main et remontent le long de mon avant-bras. Ils ne le lâchent pas une seule seconde. Je sens mes poils se dressés sur mes bras et je me mords la lèvre pendant que je le suis poursuivre son chemin vers mes épaules, mon cou et ma mâchoire. Il va me rendre dingue, je risque de devenir rapidement accro à ce genre d’attention de sa part. Mes doigts entrelacent fortement les siens pendant que sa main libre vient se glisser dans le bas de mon dos. Ma respiration devient haletante, je ne sais même plus comment on est arrivé ici dans sa chambre. Suyeol me fait perdre la raison ! Nos yeux se rencontrent et je voudrais que cet instant dure encore un peu. Je ne peux pas me détacher de son visage. Il est tellement beau. Mes paupières se ferment quand ses lèvres se posent sur les miennes. La sensation est tellement agréable. Ce n’est pas la première fois que l’on m’embrasse mais avec lui c’est tout comme. Mon estomac se retourne. Est-ce que le temps peut cesser sa course ? Je suis occupé avec le plus bel homme que j’ai jamais rencontré et je voudrais bien en profiter !!!

Comment un simple baiser peut enflammer la moindre de mes terminaisons nerveuses ? Mon esprit est embrouillé, je connaissais quelques difficultés pour raisonner correctement avec lui dans les parages mais maintenant je crois que mon cerveau est tout simplement ravagé par toutes mes émotions. Il ne doit plus savoir comment trier les informations parce que je ne sais même plus ce que je dois faire. Je réponds au baiser de Suyeol mais sans tenter de glisser ma langue dans sa bouche alors que je voudrais approfondir ce baiser. Il doit lire dans mes pensées parce que sa main se pose dans mes cheveux et il approfondit notre baiser. Je crois que je laisse échapper un gémissement de plaisir et de surprise mais je ne suis pas certain. Mes mains se posent sur ses hanches avant de glisser sous sa chemise. Elles sont avides de parcourir son corps. Remontant doucement sur ses hanches, elles passent sur son ventre. Je me retiens d’aller plus loin mais quand nos lèvres se séparent, j’enfouis mon visage dans son cou. Mes lèvres se posent à la base de son cou puis ma langue vient y tracer de petits cercles. Il sent tellement bon ! Ce mec me fait perdre la raison !

© O'DAIM


Invité» Invité

Sam 21 Nov - 19:28
     

i can't stop myself, i love it so much.

tenue ✗ Le goût de sa peau sous mes lèvres est exquis. Non seulement le parfum qu'il a utilisé ce soir me charme, mais ajouté à cela, son odeur corporelle est plus que délicieuse. Je ne m'en lasse pas. Mais le pourrais-je ? Je n'ai qu'une petite nuit pour profiter de sa présence et de son corps, je ne peux me permettre de perdre du temps, mais paradoxalement, je ne veux pas aller trop vite. Je l'attacherai s'il le faut, mais tant que je n'en aurais pas fini avec lui, il ne partira pas de cette maison, ni même de cette chambre. Je deviens possessif rien qu'à l'idée qu'il puisse passer le pas de la porte sans se retourner, mon cœur se serre, c'est douloureux, désagréable. C'est bien la première fois que cela m'arrive. Nam Tadase aurait trouvé sa perle rare ? Un énorme doute ne cesse de me titiller, parce que ce n'est pas mon genre, mais aussi parce que je n'ai jamais eu ce genre de réactions avec une de mes cibles. Non, il n'est plus une de mes proies ordinaires, je veux en faire mon amant, et pas seulement un coup d'un soir quelconque, lequel je ne voudrai plus jamais revoir. Il m'obsède déjà, alors qu'il est juste devant moi, ma bouche dévorant son bras nu, que ferais-je lorsqu'il ne sera plus là ?

L'une de mes mains se pose jalousement sur le bas de son dos, comme si je voulais démontrer à qui que ce soit qu'il est à moi, même si ce n'est pas définitif ; même si nous sommes seuls dans ma chambre. J'appuie dessus afin de le pousser contre mon torse, j'aime sentir qu'il est contre moi, mais je préférerai largement que nos peaux se rencontrent. Pour le moment, je suis occupé à bien autre chose que me déshabiller, même si c'est tout de même dans un coin de ma tête. Nos regards s'accrochent quelques instants, avant que je ne me décide à l'embrasser. Pas aussi chastement que les autres fois. Il est hors de question que je n'accède pas à ce que je désire, bien que donner ce genre de baisers ne soit pas dans mes habitudes. Je me rends compte que le faire donne une signification plus importante à nos échanges et que j'en suis déjà complètement dépendant.

Ses lèvres sont parfaitement dessinées. Ou bien sont-elles tout simplement à mon goût ? Cela dit, je pourrai passer des heures à les observer, et les détailler, mais ce soir, l'exploration se fera par voie orale. Je libère ses doigts, ceux que j'avais retenus un peu plus tôt dans mon dos dans un geste possessif, afin de glisser les miens dans ses cheveux, les attrapant par milliers, sans pour autant lui vouloir du mal. Ce serait bien la dernière chose que je désire. Ma langue, avide d'en connaître plus de Yunseong, court sur sa bouche. Très peu de temps cependant, car très vite, sa jumelle la caresse avec autant d'envie. Mon terrible amant vient caresser la peau sous ma chemise, et celle-ci réagit par des petits frissons électrisants.

Contraints de reprendre nos souffles afin de ne pas finir étouffer, nous nous détachons quelques secondes. Immédiatement, une envie violente de prendre possession de ses lèvres une nouvelle fois me prend mais sa bouche vient torturer mon cou, avant que son muscle humide ne s'amuse à glisser circulairement sur ma peau.  Je ferme les yeux, mes mains caressant à présent sa peau nue, je ne me gêne pas pour explorer son dos entièrement. Découvrant ses omoplates fines, puis sa taille, ses hanches, avant de me laisser tenter par son fessier. Mes doigts ne s'arrêtent pas là, continuant leur chemin jusqu'au dessous de ses cuisses, je plie mes genoux afin de mieux le porter. Automatiquement, Yunseong s'accroche à moi et je me permets de le regarder pendant quelques secondes. Cette fois, pas de murs derrière lui, il n'est pas lourd, ce n'est pas le problème, mais je ne perds pas de temps et vais le conduire jusque dans le lit. Je le pose aussi doucement que possible avant de me placer correctement entre ses jambes. « Je te laisse juger mon endurance, je compte sur toi pour m'en dire des nouvelles Yunseong. » Mes mains placées de chaque côté de son visage, je lui adresse un petit sourire charmeur, mon ton se faisant doux mais provocant. Je me redresse un peu et m'occupe des boutons de ma chemise, qui commence sérieusement à me déranger. Si je ne me retenais pas un minimum, j'enlèverai tous mes vêtements sur le champ, mais je ne veux pas paraître pressé ou trop brute avec lui. Alors j'enlève chaque bouton, un par un, tout en jetant des regards curieux au visage de mon amant de temps en temps. Serai-je trop lent par hasard ? Oh, mais c'est tellement amusant.


O'Daim

Invité» Invité

Ven 27 Nov - 18:55
     

i can't stop myself, i love it so much


Tadase & me

La simple caresse de ses lèvres sur la peau sensible de mon bras est délicieuse. C’est la première fois que je suis aussi réceptif à ce genre d’attention. Généralement, je ne suis pas vraiment partant pour des préliminaires de ce genre car mon temps est compté. Je ne désire pas le perdre avec des personnes que je ne reverrai jamais de toute façon. Cela ne me chagrine uniquement de quitter l’appartement de mes coups d’un soir au petit matin ou avant en sachant que l’on ne se reverra pas. Je peux paraitre cruel aux yeux des autres mais c’est seulement un moyen de me protéger. Je ne veux pas m’attacher à quelqu’un qui finira de toute façon par me décevoir. Je préfère attendre la bonne personne pour m’engager réellement dans une relation… pourtant avec Suyeol c’est complètement différent. Je me sens faible dans ses bras mais tellement désiré que mon cœur va exploser de joie. Je suis sensible au moindre de ses gestes, de ses regards et de ses baisers. Une petite voix me demande timidement si je ne voudrais pas changer d’avis et rester un peu plus avec lui. Cette perspective est plus que plaisante mais Suyeol pourrait finir par me faire du mal et je ne sais pas si je suis prêt à souffrir pour quelqu’un. Cela m’effraie d’être aussi dépendant… mais il donne envie de tenter l’aventure.

Cette main posée dans le bas de mon dos me rend heureux. Ma réaction est un peu idiote car ce geste est plutôt banal mais avec lui cela prend une toute autre dimension. Les marques de possession me donnent toujours envie de sourire bêtement car cela me fait plaisir d’avoir la sensation que l’on me revendique. L’homme de ma vie aura intérêt à être possessif sinon je me casse ! Il pourra même être jaloux, j’aime bien ce genre d’attention. Ma maman dit que je suis un peu masochiste… mais si elle savait… Quand Suyeol me rapproche de lui avec autorité, je lui souris en retenant un ronronnement de satisfaction. Me retrouver tout contre lui me donne envie de rester là pendant longtemps. Mes mains me picotent, elles veulent découvrir sa peau, son corps mais elles doivent patienter. Nos regards s’accrochent avant que nos lèvres se rencontrent une nouvelle fois. Ce baiser est bien différent des autres. Il est avide et autoritaire. Je le soupçonne de ne pas être un adepte des baisers mais alors moi j’adore ça ! On m’a déjà embrassé plusieurs fois mais jamais comme il le fait. C’est carrément orgasmique avec lui. Je pourrais dévorer sa bouche pour toujours que j’en serai jamais lassé.

Profitant de notre baiser et de leur liberté, mes mains se faufilent sous la chemise de mon amant. Remontant lentement sur son torse, elles caressent du bout des doigts son ventre puis ses pectoraux. Ensuite elles vont découvrir son dos. Sa peau est douce mais ses muscles sont fermes. Cela me donne envie de faire leur contour avec ma langue et de marquer chaque parcelle avec mes dents. Suyeol est plus que bien foutu ! Je vais mourir en le voyant nu ! Mon cœur ne pourra jamais résister  à cette vision paradisiaque et orgasmique. Il compte enlever quand sa fichue chemise blanche ? Je vais finir par lui arracher s’il continue ainsi à me torturer. Il ne peut pas être insensible à l’effet qu’il me fait. Mon corps collé ainsi au sien, il ne peut pas manquer mon érection qui tend le tissu de mon jeans. Ce dernier devient vraiment étroit et désagréable à porter. Suyeol fait quelque chose !!!

Lorsque nos lèvres se séparent, ma respiration est saccadée et les battements de mon cœur désordonnés. On dirait que je viens de courir un marathon. Mes joues doivent être toute rouges. Heureusement que nous sommes dans le noir ! Enfouissant mon visage de son cou, je dépose un baiser à la base de ce dernier avant de remonter vers sa mâchoire. Ma langue traçant des petits cercles sur son chemin. L’odeur de sa peau est enivrante. Elle me fait perdre mes esprits. Ses mains parcourent mon dos, mes hanches, mes fesses pendant que je dévore la peau de son cou. Je ne peux pas me retenir de le mordre quand ses mains se posent sur mon fessier. Cette caresse me prend par surprise mais j’aime ça ! Mes dents laissent une petite marque rouge dans son cou. Ma langue passe dessus pour atténuer la douleur provoquée par la morsure. Oups ! Je me suis laissé emporter. Les mains de Suyeol se posent sous mes genoux et immédiatement je comprends ce qu’il va faire. Je m’accroche à lui pendant que je suis ainsi dans ses bras. Mes jambes se croisent dans son dos pour éviter de glisser mais aussi pour lui permettre de mieux me tenir. Ma respiration est plus haletante que tout à l’heure. Mon cœur bat vraiment fort, cela me fait presque mal. Il ne veut pas se mettre sur « pause » en attendant ? Suyeol me dépose sur le lit et s’installe entre mes jambes. Purée ! Il me tue en prenant tout son temps. C’est un amant prévenant mais je ne suis pas en sucre ! « Je te laisse juger mon endurance, je compte sur toi pour m'en dire des nouvelles Yunseong. » Oh ! Ma remarque aurait-elle vexée monsieur ? Je lui souris avec provocation pendant qu’il commence à déboutonner sa chemise. Merde ! Ce n’est pas trop tôt ! Je suis pressé de la voir virer celle-ci mais Suyeol prend TOUT SON TEMPS ! Non mais cela ne va pas du tout ! Mes yeux plongent dans les siens. Ils sont si sombres qu’ils doivent paraitre noirs maintenant. C’est toujours ainsi quand le désir a pris possession de tout mon être. Il est vraiment trop long pour enlever sa chemise. Je me redresse pour me retrouver assis face à lui. Il est toujours installé entre mes jambes, ce ne sera pas très pratique pour retirer mon pantalon mais on en est pas encore là. Mes mains se posent sur les siennes pour le stopper. Ma bouche embrasse déjà la peau dévoilée par les boutons. Mes doigts ont l’habitude de déboutonner à l’aveugle, je finis son travail avant de lui retirer cet affreux vêtement et de le jeter au sol. Mes mains se posent sur son torse et remontent en même temps que mes lèvres. Mes doigts s’entrelacent derrière son cou. Nos regards s’accrochent. « Tu parles toujours autant avant de faire l’amour ? » Ma bouche se pose sur la sienne chastement juste par provocation. « Cesse de parler et agis ! On jugera de ton endurance ensuite. » Mon sourire est encore plus provocateur mais je veux lui faire comprendre que je ne suis pas en sucre et qu’il peut se laisser aller avec moi…

© O'DAIM


Invité» Invité

Lun 30 Nov - 17:48
     

i can't stop myself, i love it so much.

tenue ✗ Comment est-il possible que le tout d'une personne me charme ? Ses jeux de regards me font plonger dans son manège la tête baissée, je mène généralement la partie, mais là, je sens toutes mes cartes cachées être inutiles. Une à une, je les regarde, je me dis qu'elles ne le valent pas, qu'elles sont misérables. Serai-je tombé amoureux ? Le cœur du grand Tadase, jeune PDG d'une entreprise de publicité, au grand potentiel, vient de battre de façon désordonnée pour une personne ; un homme appelé Yunseong. Je ne nie plus l'évidence, même si je ne parviens pas à y croire. La foudre s'est abattue sur moi sans que je ne vois quoi que ce soit arriver. J'ai été le premier à l'approcher, et certainement le premier à tomber ainsi dans ses filets, aussi vite, aussi profondément. Je m'emmêle dans mes propres sentiments, je ne sens plus mes membres, mon cœur résonne fortement dans mes oreilles. Je ne peux cesser de l'observer, dans cette semi obscurité qui enveloppe son corps, elle le touche de ses doigts d'ombre délicats, je l'envie, je veux le posséder à mon tour. Mon corps réagit sans que je ne calcule quoi que ce soit, comme si j'étais un aimant, irrémédiablement attiré par cet inconnu. Yunseong. Je ne veux pas oublier ce prénom, je ne veux pas qu'il quitte cette pièce, qu'il reste. Je suis bien ringard à penser ainsi, mais je me sens différent avec lui.

Ma bouche glisse avec facilité sur sa peau, je le savoure, le déguste, comme la meilleure des gourmandises qu'il puisse exister sur Terre. Je n'ai jamais connu pareil sensation, c'est enivrant, comme si mon cerveau se vidait. Qui suis-je ? Où suis-je ? Il n'y a que son prénom qui me revient sans cesse. Deux syllabes que je veux prononcer souvent, tout le temps, à chacune de mes respirations. Je ne veux plus me passer de ces baisers. NOS baisers, de cette puissante dose de drogue qui court dans mes veines. Suis-je dépendant ? Oui, certainement, mais qu'importe, j'ai toute une nuit pour profiter de Yunseong, et je compte bien lui montrer à quel point je le désire. Je parviens à trouver le chemin jusqu'au lit avec ses jambes autour de mon bassin et mes mains sous ses cuisses, je n'ai pas de mal à trouver une place entre elles ensuite. Comme si nos corps étaient en parfaite harmonie, qu'ils étaient faits pour aller ensemble.

Mes doigts prennent l'initiative de retirer les boutons de ma chemise, mais l'arracher me brûle les phalanges, bien que je souhaite le rendre fou. Je me sens dominant, et lui totalement à ma merci. J'aime cette sensation de pouvoir, je ne peux m'en défaire ; je ne le veux pas. Yunseong semble pressé, impatient, ou peut-être suis-je trop lent, mais sa réaction me fait sourire autant qu'elle me plaît. Il n'est plus question d'amusement, mais de sérieux. Nos yeux se rencontrent, et mes gestes cessent tous, comme s'il aspirait mon énergie, comme s'il arrêtait le temps, et je le dévisage avec l'envie de l'embrasser. Une terrible envie qui me dévaste de l'intérieur, qui me tord le ventre, qui fait s'accélérer mon rythme cardiaque. Il se redresse, ses jambes sont de nouveau autour de moi, mes doigts se posent naturellement sur ses genoux, remontant avec lenteur sur ses cuisses. Il ne souhaite pas me laisser faire, très bien, cela me convient parfaitement.

Je ne manque pas un seul de ses gestes ; que ce soit sa bouche sur ma peau à peine découverte, ou bien encore ses doigts experts sur les boutons de ma chemise blanche. Bien vite, je me retrouve dans la même tenue que mon amant, c'est-à-dire torse nu. Des frissons me parcourent lorsque ses doigts remontent sur mon corps, puis viennent s'emmêler ensemble dans ma nuque. Je l'écoute, sa voix me taquine, mais mon regard se fait de plus en plus désireux de l'avoir que pour moi. Les sourires n'atteignent plus mes lèvres, ce sont plutôt mes dents qui viennent les mordre. Il va regretter ses paroles, c'est bien trop tard, il m'a rendu ivre, il va devoir subir ma folie, je ne peux plus le lâcher. Remontant mes mains plus haut sur ses cuisses, je me permets d'effleurer, de mes pouces, la bosse proéminente sous son pantalon, avant de prendre le chemin vers ses fesses, que je serre entre mes doigts. Je fais se lever son bassin légèrement, afin de me mettre dans une position confortable, pour ensuite rapprocher considérablement son corps du mien, faisant se rencontrer pour la première fois nos envies emprisonnées. Un lourd soupir s'échappe de mes lèvres, avant que je ne m'attaque à la peau de son cou. Assis sur moi, sa peau est à mon entière disposition et je ne m'empêche pas de la lécher avec envie, venant suçoter le lob de son oreille parfois, redescendant jusqu'à sa mâchoire, taquinant le coin de sa bouche avant de baiser sa clavicule.

Mes mains, elles, explorent leur nouveau terrain de chasse ; l'une se glisse malicieusement dans le pantalon de Yunseong afin de sentir la fermeté de son derrière par dessus son boxer, tandis que l'autre vient attraper ses cheveux, penchant sa tête, m'offrant plus d'accès. Mes lèvres viennent happer les siennes quelques secondes, avant que ma langue ne vienne titille un des tétons de mon amant, serrant un peu plus la peau de son fessier dans ma main, c'est comme si une autre personne essayait de prendre possession de mon corps. Un combat s'engage : ma folie contre ma douceur. Laquelle des deux va l'emporter ? Je mordille et tire sur le bouton de chair de Yunseong avant de venir l'embrasser avec une sauvagerie ordonnée. Je ne le lui laisserai aucun répit.

aux curieux/ses:
 

O'Daim

Invité» Invité

Lun 7 Déc - 0:21
     

i can't stop myself, i love it so much


Tadase & me

Mes yeux se ferment lentement tandis que mon corps frissonne à son contact. Je me sens chavirer dans un monde de volupté, de promesses et de caresses. Une vague dévastatrice vient balayer tous mes principes. Une petite voix perfide ne cesse de pailler à mes oreilles pour me dire qu’elle savait que cela finirait par arriver un jour. Je voudrais bien la faire taire définitivement parce que ma conscience est vraiment casse-pied quand elle a raison. Suyeol a capturé mon cœur quand nos regards se sont croisés pour la première fois. Jamais auparavant je n’avais eu cette impression que j’appartenais à quelqu’un. On ne pouvait pas dire que l’on se connaissait déjà. Non on venait de se rencontrer. Cette sensation est étrange et effrayante. Est-ce cela l’amour ? Je n’en sais rien parce que je me préserve toujours. Mon petit cœur ne supporterait pas de se faire piétiner sans vergogne pour les beaux yeux d’un inconnu… Je ne dois pas laisser Suyeol m’atteindre ainsi mais plus je suis avec lui et plus je ne veux que lui. Le chemin vers mon cœur a été pris d’assaut par ce regard envoutant. Je suis son prisonnier… mais uniquement pour ce soir. Ma conscience peut bien me hurler ce qu’elle veut, ma raison sait que jamais nos chemins se croiseront à nouveau. L’arrivée du jour viendra mettre un terme à cette histoire. Cela me brise le cœur de penser ainsi mais je dois être réaliste. Nous ne pourrons jamais être ensemble. Il vit dans un monde qui est hors d’atteinte. Je ne sais même pas comment je vais rentrer chez moi demain matin. Je dois constamment revendre mes affaires pour avoir de quoi me nourrir et payer mon loyer ainsi que mes factures. Oh Suyeol ! Je voudrais tellement rester près de lui…

Comment puis-je continuer à avoir l’esprit clair avec lui ? Ses lèvres sur mon corps ne cessent de m’arracher des gémissements tantôt de plaisir, tantôt de surprise. Chaque centimètre de ma peau est devenu hyper sensible à ses caresses. C’est enivrant. Cette sensation de ne plus être maître de soi-même. Cela me fait peur mais je veux oublier pendant quelques heures que tout m’échappe et que Suyeol a le total contrôle de la situation. Mes jambes passées autour de sa taille, mes doigts entrelacés derrière sa nuque… Je pourrais rester ainsi indéfiniment. Je me retiens de ronronner de plaisir quand je sens ses mains me soutenir. Est-ce qu’il peut lire en moi ou pas ? Mes yeux croisent les siens et j’en oublie l’endroit où nous sommes. Je ne me lasse pas de le regarder. Je veux continuer de me perdre dans son regard, avoir la sensation d’être le seul qui compte.

Installé entre mes jambes, je ne peux pas m’empêcher d’être satisfait de la situation. Jamais je n’aurais pu imaginer attraper un homme tel que lui dans mes filets pourtant avec un regard tout avait changé. Allongé sur le dos, je regarde défaire lentement les boutons de sa chemise. Cette fichue chemise blanche qui ne semble pas vouloir disparaitre. Il en a beaucoup dans ses placards ? Je me surprends à avoir envie de la déchirer car j’en ai assez de ne pas pouvoir le toucher. Mes yeux ne manquent rien de son déshabillage pourtant je sens une certaine impatience me gagner. Je veux bouger mes jambes pour lui faire comprendre que je trouve cela bien trop long mais je préfère me redresser et prendre les devants. Embrassant chaque centimètre de peau que je dévoile, l’odeur de sa peau m’enveloppe et me fait tourner la tête. Ne voulant vraiment pas me séparer de lui, je veux découvrir chaque parcelle de son corps. Mes mains caressent son torse avant de venir s’entrelacer dans sa nuque. Pendant que je le regarde, mon cœur loupe plusieurs battements. On dirait qu’il ne connait plus le rythme. Suyeol va régner une certaine confusion dans ma tête. Je dois me concentrer pour me souvenir de ce que je voulais lui dire. Je finis par le taquiner car je veux que monsieur agisse un peu plus. Je ne dis pas que Suyeol n’est pas entreprenant, loin de moi cette idée saugrenue mais il aime prendre son temps et cela me torture. S’il décide de continuer sur cette voie, je sais que je finirai par pleurnicher parce que je ne suis pas vraiment patient. Etonnamment, je me contrôle pour le moment mais pour combien de temps ? Le regard de Suyeol change pendant que je lui parle. Le désir prend un peu plus de place dans ses prunelles, ses dents mordent ses lèvres et cela me rend dingue. Sa bouche est une douce tentation. J’ai envie de l’embrasser, de la caresser, de la mordre. Je veux rester collé à lui aussi longtemps qu’il sera capable de me tenir ainsi contre lui. Mes pouces caressent la base de ses cheveux pendant que…

La situation bascule sans que je comprenne ce qui se passe. Suyeol peut passer à la vitesse supérieure en un battement de cils. Je suis surpris et un peu confus par son changement d’attitude mai dans le bon sens. Ses mains remontent sur mes cuisses et frôlent la bosse de mon pantalon. Je laisse échapper un soupir sous cette caresse avant de pousser un cri de surpris quand il me soulève pour m’installer sur lui. Cette position est une véritable torture. Je sens mon bassin collé au sien, nos proéminences se rencontrent et au moindre de nos mouvements le frottement entre les deux m’arrachent des plaintes. Je vais finir par mourir dans ses bras s’il continue ainsi. Sa bouche s’attaque à mon cou, instinctivement je me penche un peu en arrière pour lui en donner un accès total. Je suis sensible à cet endroit mais vraiment avec lui c’est carrément un bonheur de me faire embrasser ici. Mes mains se glissent dans sa chevelure. Je cherche un moyen de me retenir, je suis en train de perdre pied et il ne se passe rien pourtant. Comment Suyeol peut me faire chavirer ainsi seulement en me caressant ? Ses lèvres se baladent comme si elles avaient toujours fait ça. C’est enivrant !

Sa main tirant ma tête en arrière, l’autre sur mes fesses, je crois que j’ai littéralement perdu mon esprit en cet instant. Mes pensées sont aussi désordonnées que les battements de mon cœur. Ma respiration est saccadée comme si je venais de courir un marathon. Ce sont les caresses de Suyeol qui me rendent ainsi. Sa bouche qui ne cesse de jouer avec l’un de mes tétons pendant que l’autre serre un peu plus mes fesses dans sa paume. Heureusement que nous sommes déjà sur son lit sinon mes jambes m’auraient lâché. Obligé de poser une main sur le matelas pour ne pas partir complètement en arrière, je tente de me redresser pour m’aider à reprendre mes esprits mais c’est peine perdue. Au lieu de me redresser, ma main attrape la nuque de Suyeol et l’emprisonne comme s’il comptait s’échapper. Je me presse un peu plus contre lui. Le frottement de nos jeans me rend complètement fou. Il faut vraiment que je cesse d’emporter sinon je risque de me retrouver un peu trop à l’étroit dedans. Je voudrais déjà me débarrasser de celui-ci. La bouche légèrement entrouverte, je tente de remettre de l’ordre dans mes pensées… mais impossible. Je lâche un « Suyeol… » mais je ne sais même pas pourquoi je l’appelle ainsi. Je ne veux pas qu’il s’arrête ! Je suis vraiment faible entre ses mains, cela ne m’était jamais arrivé avant… et j’aime vraiment ça. Mon bassin effectuait des mouvements lents mais provocateurs. Je cherche un moyen de me rapprocher de lui tout en faisant comprendre que j’en voulais plus. Je suis vraiment insatiable !

© O'DAIM


 
i can't stop myself, i love it so much ; nc-18 (tayun)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [LC XY] How I Learned to Stop Worrying and Love The Hail
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» 05_ i just can't stop loving you

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We Love Technology ♠ :: La ville de Nishinaka ♠ :: Mazerumachi-